28/02/2014

Les procureurs de la 25ème heure

 

Sur le vif - Vendredi 28.02.14 - 16.41h

 

Ces actions pénales et ces perquisitions, de la part de la Suisse, qui n'interviennent qu'une fois les chefs d'Etat tombés. Avoirs bloqués, procureur, fils de procureur amateur de romans russes illisibles des années 90, pub de Parquet, lustrée, scintillante, tout cela APRÈS.



Si vraiment l'ex-homme fort de Kiev avait des choses à se reprocher par rapport à des avoirs dans notre pays, ce que je conçois volontiers, pourquoi ces valeureux procureurs ne s'en sont-ils pas inquiétés AVANT ? Lorsque les oligarques étaient au pouvoir.



En Suisse, c'est toujours la même chose. La Justice attend qu'un chef d'Etat étranger soit à terre, en exil, lâché par tous, pour bien l'écrabouiller, "bloquer ses avoirs", titrer des communiqués sur "le clan Untel". Lorsqu'il était au pouvoir, l'ancien homme fort ukrainien, on avait le courage de dire "le clan Ianoukovitch"? Dès qu'il gît à terre, on se découvre de si tardives flammes d'insolence, dans la terminologie.



Cela donne une image de suivisme et de traîne. Cela ne sert ni la Justice, ni la Suisse.

 

Pascal Décaillet

 

16:41 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Absolument Monsieur Décaillet, cela ne sert ni la Justice, ni la Suisse, et j'ajouterai ni les Banques.

Écrit par : jacques joray | 28/02/2014

J'approuve également. S'il y a bien quelque chose qui ne va pas dans ce pays, c'est ce suivisme, cette hypocrisie.

Pour marcher tête haute vers nos adversaires, il faut être exemplaire. Il y a encore du travail.

On comprend mieux pourquoi ici, certains veulent qu'on se couche...

Écrit par : petard | 28/02/2014

Ma conscience politique s'est éveillée avec la mort du juge Falcone, puis celle du juge Paolo Borsellino. J'ai ensuite compris le comportement de la Suisse et son secret bancaire avec le livre l'Appel de Genève, avec entre autres le témoignage du procureur Bernanrd Bertossa.

La ville de Genève, place financière mondiale, a publié un texte louant ce livre, daté du 1er octobre 1996, mais dans les faits, rein ne change, sauf quand le vent tourne pour les voyous.

http://ge.ch/justice/appel-de-geneve


La responsabilité première incombe néanmoins au peuple Suisse, qui a toujours soutenu dans sa majorité le secret bancaire. On ne peut pas exiger des juges, des procureurs, d'être performant fasse à cela, alors que le peuple Suisse dans sa majorité, ne les autorisent pas à fouiller les comptes bancaires comme bon leur semble pour mener des enquêtes.

http://www.rts.ch/info/suisse/2906645-la-suisse-et-l-argent-des-dictatures.html

Le peuple Suisse, dans sa majorité, tient au secret bancaire, plus qu'au bien-être et à la liberté des peuples opprimés qui meurent en secret sous l'oppression des dictateurs.

Heureusement que les grandes puissances étrangères vont faire tomber ce maudit secret bancaire Suisse.

La constitution fédérale dit ceci à l’art 190.

Le Tribunal fédéral et les autres autorités sont tenus d'appliquer les lois fédérales et le droit international.1

http://www.admin.ch/opc/fr/classified-compilation/19995395/index.html


http://www.ohchr.org/FR/ProfessionalInterest/Pages/InternationalLaw.aspx

La Suisse a ratifié le 2 décembre 1986 la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

https://treaties.un.org/pages/ViewDetails.aspx?src=TREATY&mtdsg_no=IV-9&chapter=4&lang=fr

La Suisse a ratifié le 18 juin 1992, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques

https://treaties.un.org/pages/ViewDetails.aspx?src=TREATY&mtdsg_no=IV-4&chapter=4&lang=fr

La Suisse a ratifié le 27 mars 1997, la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes

https://treaties.un.org/pages/ViewDetails.aspx?src=TREATY&mtdsg_no=IV-8&chapter=4&lang=fr

Dans ces pays réputés comme des régimes dictatoriaux ou qui n’accordent pas les même droits aux femmes, je me demande pourquoi les juges et procureurs suisses attendent que le conseil fédéral les siffle pour mener des enquêtes sur les éventuels avoirs de ses dictateurs ou misogyne, alors que la Suisse a signé de nombreuses conventions internationales et que la constitution suisse les autorisent à appliquer le droit international.

http://www.un.org/fr/documents/udhr/instruments.shtml


N’étant pas juriste, ni spécialiste en la matière, j’ignore donc si les juges et procureurs Suisses ne peuvent pas mener des enquêtes à cause d’autres lois, ou alors si les juges et procureurs fédéraux sont des imbéciles qui ignorent tous des lois internationales, ou alors que ces juges et procureurs fédéraux sont tout simplement des lâches….

Quoi qu’il en soi, les autorités Suisses qui signent et ratifient ces traités internationaux sont des guignols et les juges et procureurs fédéraux, cantonaux, leurs marionnettes. Je comprends pourquoi les juges et procureures suisses n'ont jamais besoin de protection policières à l'instar du juge Falcone, ils ne prennent pas beaucoup de risques.

Le juge Falcone déclarait "Le lâche meurt plusieurs fois par jour, le courageux une seule fois dans sa vie."

http://www.youtube.com/watch?v=yXlw2DGIpd8

Écrit par : Lucignolo | 01/03/2014

Les commentaires sont fermés.