09/03/2014

Ecopop : chacun en conscience

 

Sur le vif - Dimanche 09.03.14 - 16.34h

 

Avec Ecopop, cette initiative sur laquelle nous devrions nous prononcer avant la fin de l’année, c’est reparti comme en quarante. Le Conseil fédéral, nous dit-on, ne veut pas de cette initiative. On va aussi nous dire que les Chambres fédérales n’en veulent pas. Tout cela sera certes exact, mais le problème – toujours le même – c’est que l’avis du Conseil fédéral et celui du Parlement n’ont pas beaucoup d’importance dans une initiative.

 

Une initiative, dans notre démocratie suisse, est un défi lancé au peuple par une fraction du peuple. Lancé à l’ensemble du corps électoral, par un tout petit groupe, au départ, un comité d’initiative. Le but ultime n’est absolument pas de convaincre le Conseil fédéral, ni les Chambres, traditionnellement hostiles à cette démocratie directe qui vient les déranger. Et pour cause : si, d’en bas, on ressent la nécessité de procéder par voie d’initiative, c’est parce que les problèmes concernés ont, du point de vue des initiants, été négligés par les élus. Une initiative est bel et bien, chez nous, un mécanisme correctif à la gouvernance législative ou exécutive. Nos voisins nous l’envient. Et ils ont raison.

 

Malgré tout cela, l’immense majorité des médias, SSR en tête, insistent de façon appuyée, non sur une présentation de l’initiative, mais sur son rejet par les corps constitués. Le point de vue de ces derniers n’est pourtant qu’un indicateur parmi d’autres. Il n’a pas à être à ce point mis en valeur. Une initiative, c’est une affaire du peuple avec le peuple. Le peuple, face à lui-même : qu’on lui laisse au moins cela, dans un système où la démocratie représentative a déjà pris tant d’importance.

 

Pour ma part, je considère Ecopop comme la votation la plus importante de notre calendrier démocratique. J’aurai largement, dans les mois qui viennent, l’occasion d’y revenir. J’encourage, comme chaque fois, chaque citoyenne, chaque citoyen à se forger sa décision par lui-même. La traditionnelle démolition du texte par le pouvoir en place, relayée par la SSR et la majorité des médias, sans parler d’Économie Suisse, nous renvoie à notre responsabilité individuelle de citoyen. J’emprunte ce terme à la terminologie de mes amis protestants. Parce qu’en politique, je crois dur comme fer à la conviction indivisible de chaque unité de vote. La vôtre, la mienne, la nôtre à tous.

 

Ah, au fait, puisqu’on parle d’Économie Suisse : adversaires d’Ecopop, n’hésitez pas à lancer à nouveau ces fins limiers de la rhétorique politique. On connaît désormais leur redoutable efficacité.

 

Pascal Décaillet

 

16:34 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Encore toutes mes félicitations pour cette introduction pleine de pertinence!
Bravo!

Nous sommes un certain nombre à avoir voté oui le 9 février par défaut, à titre provisoire, en attendant ECOPOP. Comme vous le soulignez nous allons avoir droit à un tir de barrage massif. La peur a changé de camp. Ce sont maintenant les élites qui ont peur du peuple. Quand comprendront-elles que nous sommes politiquement en démocratie? Ces élites (au choix: nomenklatura, oligarques, ploutocrates) qui savent soi-disant ce qui est bon pour le peuple, mais qui refusent de l'écouter.

Écrit par : Johann | 09/03/2014

Encore une initiative que je vais me faire une joie d'accepter.

Écrit par : La censure pulule en Suisse | 09/03/2014

Prise de position raisonnable et raisonnée de Dominique Bourg, philosophe français, dans "haute définition" du 12.30 d'hier, dimanche 9 mars sur la première. http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/le-12h30/5655961-le-12h30-du-09-03-2014.html

Écrit par : Pierre Jenni | 10/03/2014

Bien que très restrictive et autrement plus "couperet" je vous rejoins Messieurs. Pour l'heure et en fonction de l'attitude du CF et des parlementaires; moi je ne dirai pas -tout le parlement-, c'est un grand OUI que je vais soutenir.

Toutefois, avant cette votation qui n'est même pas agendée, il y aura des évènements, je pense aux votations européennes, qui risquent d'influencer notre CF, qui enfin, comprendrait qu'il ne peut pas passer outre la mise en place de "l'immigration de masse"!

D'autre part, je suis plutôt d'avis qu'il ne faut pas brûler les étapes et qu'il faut aussi y aller votation après votation. Toutes celles de cette années sont primordiales et ne peuvent pas se faire "doubler" par d'autres!

C'est un danger de tout noyer et mélanger. Tout le monde ne comprend pas avec aisance les enjeux si on précipite les débats sur des sujets qui ne sont pas encore d'actualités aux niveaux des urnes.

Écrit par : Corélande | 10/03/2014

"Prise de position raisonnable et raisonnée de Dominique Bourg, philosophe français, dans "haute définition" du 12.30 d'hier, dimanche 9 mars sur la première. http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/le-12h30/5655961-le-12h30-du-09-03-2014.html"

Merci! C'est roboratif.

Écrit par : Johann | 10/03/2014

Texte de l'initiative : "Sur l’ensemble des moyens que la Confédération consacre à la coopération internationale au développement, elle en affecte 10 % au moins au financement de mesures visant à encourager la planification familiale volontaire."

En 2012, la direction du développement et de la coopération a dépensé 1,85 milliards de CHF. On va donc pouvoir distribuer pour 185 millions de CHF de préservatifs et de pilules...sûr que les Eglises vont adorer cette initiative.

Écrit par : Souflette | 11/03/2014

Souflette@ Votre vision du planning familial fait quelque peu cauchemarder. Sachant les efforts que doivent faire nos socio-trucs pour que les populations aborigènes acceptent que nous leur construisions un PEM (point d'eau moderne) à 20'000 dollars l'unité, les heures de supplication des petites jeunes des ONG pour que les naturels veuillent bien nous faire l'honneur de permettre à leurs esclaves - pardon leurs nombreuses épouses - d'aller chercher de l'eau moins loin, il faudra bien des centaines de millions de dollars de graissage de pattes pour qu'on nous permette ne serait-ce que d'aborder le sujet...
Il n'y a pas qu'avec Carlos qu'on débloque...

Écrit par : Géo | 11/03/2014

Les médias et une grande majorité des 'écolos' n'arrêtent pas de faire dans le catastrophisme, en nous avertissant notamment que les ressources vont très bientôt se tarir, que nous dépensons trop de ressources par rapport à celles restantes et que le problème majeur sur notre planète est la surpopulation et qu'il faut urgemment, sous peine d'apocalypse, que nous nous mettions tous au développement durable; MAIS quand il s'agit de la Suisse et de l’accroissement exponentielle de sa population, il ne faut surtout rien changer ! C'est en tout cas la position d'une grande majorité des mouvements écologistes dans notre pays. La surpopulation dans la planète est un problème majeur, mais l'explosion de la population dans un petit pays comme la Suisse ne pose pas problème ! Quelle bande d'hypocrites !

Écrit par : Philippe | 11/03/2014

Comme on pouvait le prévoir, le débat sur Ecopop est en train de gentiment dériver sur le volet contraception, et c'est logiquement que Les Observateurs (du moins "La Rédaction", ce qui devrait représenter la position officielle dudit site) appellent à voter non à Ecopop :

http://www.lesobservateurs.ch/2014/03/13/ecopop-cheval-de-troie-de-larbitraire/

On ne devrait pas attendre longtemps avant que les Eglises, progressistes ou conservatrices, suivent allègrement le mouvement...Croissez et multipliez !

Impensable à gauche (décroissants exceptés) ou au centre, attaquée sur sa droite, ladite initiative ne devrait pas faire long feu...à moins que les oeillères "immigration" parviennent à tout occulter, mais là le travestissement risque d'être un peu gros.

Écrit par : Souflette | 13/03/2014

24heures a le sens de l’humour:


«Un millier de personnes à Zurich «pour une Suisse ouverte»»

«L'autre moitié» de la Suisse manifeste sur la place fédérale» Quelque 10'000 personnes avaient également manifesté le 1er mars dernier sur la Place fédérale à Berne.

On voit qu'il n'y a plus de correcteurs... et de chefs d'édition dans les journaux !

Sûr qu’avec seulement 20000 habitants... on pourrait se montrer plus ouverts ! :-))

Écrit par : petard | 15/03/2014

Les commentaires sont fermés.