13/03/2014

Le pardon, la création, la rencontre

 

Commentaire publié dans GHI - 12.03.14

 

« Le pardon est antérieur à la création ». La phrase a du souffle. Elle est si puissante qu’elle nous laisse pantois, incrédules dans notre reconstitution personnelle de toute Genèse, ou toute Théogonie. Elle fut prononcée dans Genève à chaud, ce lundi 10 mars, par l’un des meilleurs spécialistes de la philosophie juive, Maurice-Ruben Hayoun. Surtout, elle fut prononcée dans un moment de grâce : la rencontre de cet incroyable érudit avec, face à lui, George Bizos, 85 ans, avocat sud-africain d’origine grecque, défenseur de Nelson Mandela lors de son procès en 1963. Bizos est l’un de ceux qui ont évité la peine de mort au héros de la lutte anti-apartheid.

 

Hayoun-Bizos. Ces deux-là, dix minutes avant l’émission, ne se connaissaient pas. Et soudain, le miracle d’une rencontre. Mandela, nous dit Bizos, malgré ses 27 années de prison, n’a jamais éprouvé le sentiment de vengeance. Il a toujours prôné la vérité et la réconciliation. Et face à lui, le vieux lion du barreau de Johannesburg a un immense connaisseur de la Bible qui nous parle du pardon. Antérieur à la création ! Et ce défi à toute chronologie, que ni Hésiode ni les Pères de l’Eglise n’ont osé, vient résonner, lorsque nous sommes en présence de MM Bizos et Hayoun, comme quelque chose, au fond, de parfaitement concevable. Miracle d’une rencontre. Miracle de la vie. Etincelles, choc de silex. Dans la nuit de l’ordinaire.

 

Pascal Décaillet

 

14:35 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Le Diable et le bon Dieu: le "divin" Maurice celui qui murmurait "en allemand à l'oreille du Pape Ratzinger , a pris bien soin d'éviter de fâcher la noble assistance en ne mentionnant pas l'active collaboration d'Israël avec l'apartheid sud- africain.
Il ne s'est non plus pas abaisser à évoquer les bourses vides de Netanyahu qui ne lui ont pas permis de se rendre aux obsèques de Mandela.

Miracle ou Mirage?

Écrit par : briand | 13/03/2014

Si l'on voulait comprendre le récit de la GE comme l'histoire d'une guérison mentale par une cure psychanalytique géniale lorsque chaque chose se remet en place en "ordre" reprend un sens (d'un malade mental, par exemple, on dit qu'il n'a plus tout son bon sens, qu'il a perdu la tête, qu'il y a quelque chose qui ne tourne pas rond), tel serait l'effet d'une cure psychanalytique géniale (y aurait-il un aspect prophétique en ce récit, nous a-t-on dit, appartenant à la même tradition littéraire que l'histoire du héros Gilgamesh) puis se diriger vers les évangiles où Jésus dit à une personne paralysée qu'il vient de guérir de ne pas "retomber" dans son "péché" sans quoi cette personne serait plus "malade" encore (lépreux dits "impurs"!)la guérison peut apparaître comme une rédemption, un salut. A Lourdes, les offices religieux comprennent la confession des péchés, le pardon.
En ce cas, comme vous écrivez,compris de cette façon, le pardon serait antérieur à la "création" (à la guérison). Un pasteur nous enseignait que la GE ne nous dit pas tant que Dieu crée mais qu'il "sépare", "place"! Nous avez, Pascal Décaillet, été privilégié par la possibilité d'une telle rencontre avec
Maurice Ruben-Hayoun et George Bizos: un peu d'espoir pour tous.

Écrit par : Myriam Belakovsk | 13/03/2014

Merci Pascal Décaillet: J'aurais tant aimé écouter! George Bizos connu de longue date et j'étais proche (géographiquement) de Prétoria lors du fameux procès. Nous lui devons plus que nous ne pouvons le dire.
Quant à Maurice-Ruben Hayoun: chacun a des ombres dans son histoire passée,(comme l'indique Briand) ce qui n'empêche pas sa sincérité dans le dialogue.
merci encore cmj

Écrit par : cmj | 14/03/2014

Tiens, mais c'est vol au dessus d'un nid de coucous, par ici. C'est le printemps ?

Écrit par : Géo | 14/03/2014

Les commentaires sont fermés.