26/03/2014

Pape sans Palais

 

Coup de Griffe - Lausanne Cités - Mercredi 26.03.14
 
 
Olivier Py, le nouveau directeur du Festival d’Avignon, est un grand du théâtre. Certaines de ses mises en scène sont visionnaires. Mais ces qualités-là, éminentes sur le plan artistique, ne qualifient pas nécessairement pour un jugement politique pertinent. Preuve, la déclaration proprement ahurissante de Py, lundi 24 mars : « Si le Front National l’emporte en Avignon, le Festival n’aura aucune autre solution que de partir ».
 
 
Partir, pourquoi ? Parce qu’une majorité républicaine, dans un processus parfaitement démocratique, aurait choisi d’élire une équipe qui ne convient pas à M. Py ? Singulière posture, déjà parce qu’elle dévoile un lien bien étroit entre le Festival et l’autorité politique, quelle qu’elle soit. Surtout, parce qu’elle fait dépendre la pérennité d’une institution légendaire, au rayonnement mondial, de l’humeur d’un directeur face à un changement politique décidé par le peuple.
 
 
Pire : Olivier Py se comporte comme si le Festival lui appartenait. Si la nouvelle Mairie ne lui convient pas, qu’il quitte, lui, l’institution. Au nom de quoi irait-il l’arracher au Palais des Papes, dans un improbable exil ne justifiant que son mouvement d’humeur personnel ? Non seulement cette déclaration intempestive fleure l’arrogance, mais politiquement, elle ira à fins contraires : le corps électoral d’Avignon votera, dimanche 30 mars, pour qui il voudra, FN ou pas. Nul mentor, fût-il un génie de la scène, ne pourra se substituer à la puissance de sa conviction citoyenne


Pascal Décaillet
 

10:21 Publié dans Coups de Griffe Lausanne Cités | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Une déclaration qui va s'avérer contre productive.
Nous allons voir ce dimanche un FN conquérant.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 26/03/2014

Je suggérerais à PaPY de faire de la résistance active. Inviter des productions palestiniennes par exemple Rap de Gazaouites, préférer les spectacles de genre "mauvais genre" mises en scène par Caroline Fourest
Le vrai festival off de la Mairie nous ravira avec les danses traditionnelles provençales, Dieudonné et le Soralies du Jardin, sans oublier un remake des Légionnaires "tiens voilà du Boudin "blanc de préférence.

Écrit par : briand | 26/03/2014

" Courage, fuyons! " Olivier Py.

Écrit par : Jmo | 26/03/2014

Que dirait-on d'un chef d'entreprise annonçant "si tel candidat devient maire, je délocalise" ...? Examiner la question permet de se rendre compte du côté absurde de l'effet d'annonce de M. Py. qui , et c'est sa liberté, peut très bien s'en aller après coup. mais pas en l'annonçant ainsi , sorte de chantage face à l'électorat qui pourrait bien réagir de manière opposée à l'effet souhaité.

Écrit par : uranus2011 | 26/03/2014

Si le FN l'emporte, au lieu de partir, Olivier Py aurait une belle occasion de mettre en pratique ce qu'il clame avec d'autres grands indignés culturels portés à bout de bras par les subventions publiques: résister et tenir sa ligne.
Lire: http://www.causeur.fr/olivier-py-fn-avignon,26790

Écrit par : Malentraide | 27/03/2014

Si j'écoute ce qu'il a affirmé sur la 1ère, il me semble que ce qu'il dit ne correspond pas exactement à votre analyse. Il dit ne pas pouvoir travailler avec le FN, ce qui est somme toute son droit (on est libre de ne pas vouloir travailler avec quelqu'un, non?). Dès lors, en effet, deux possibilités: soit le Festival quitte la ville, soit il quitte le Festival. ça me semble cohérent.
Je n'entends rien d'antidémocratique puisqu'il ne conteste ni le scrutin, ni le droit du FN à se présenter, ni l'éventuel résultat. Il affirme que le résultat aura des incidence sur ses propres activités; c'est son droit, où est le problème? Il ne se considère pas comme le propriétaire du Festival non plus, puisqu'il dit soumettre la délocalisation à son équipe, qui peut accepter ou refuser. Re-où est alors le problème?
Olivier Py dit ce qu'il compte personnellement faire en tant que directeur si le FN gagne ses élections. J'appelle ça la liberté d'expression, et je trouve très antidémocratique de le lui reprocher.

Écrit par : didascalie | 27/03/2014

@uranus2011: A l'extrème limite un chef d'entreprise s'il est "propriétaire" de son usine pourrait éventuellement délocaliser, mais Mr. Py n'est pas le propriétaire du festival, il n'en est que l'employé (au sommet de la hiérarchie peut-être) mais l'employé quand même.

Écrit par : grindesel | 27/03/2014

Les commentaires sont fermés.