29/03/2014

Constantin le Républicain

 

Sur le vif - Samedi 29.03.14 - 18.57h

 

Enfin, Constantin Franziskakis s’exprime. Enfin, son ministre de tutelle lui en a donné le droit. J’eusse aimé que ce fût chez moi, c’est dans la Tribune de Genève, tant mieux pour ce journal. Et tant mieux surtout pour les lecteurs : on y découvre, avec des réponses solides, sobres et factuelles, le travail au jour le jour d’un très grand serviteur de l’Etat.

 

En lisant les propos du directeur de Champ-Dollon, j’ai été saisi d’émotion. A travers lui, j’ai senti s’exprimer la République elle-même. J’ai pensé à ces figures de marbre sur les monuments aux morts, ces incarnations de ce qui nous rassemble : la loi, parfois dure, mais en même temps l’humanité, de respect de tous. Y compris de ceux qui, pour une raison ou une autre, se retrouvent en prison.

 

Dans notre société, il y a ceux qui prennent des positions verbales, le monde politique en fait partie, et bien sûr moi aussi, enfin nous tous, en très grande majorité. Et il y a ceux, tout au bout de la chaîne, qui doivent appliquer les décisions voulues par le peuple ou ses représentants. Eux ne sont pas des parleurs. Ils sont là, face au réel, face au marbre dur de la vie, avec des décisions à prendre, des situations incroyablement difficiles à gérer. Constantin Franziskakis est de ceux-là. Par la modération de son propos, le réalisme dans lequel il inscrit sa mission, l’humanisme qui l’habite, ce grand commis, dans la TG, nous donne aujourd’hui une leçon.

 

Il y a des discours qui semblent écrits sur du vent, pour reprendre le titre de l’un des plus beaux films de Douglas Sirk, et d’autres, infiniment plus rares, qui respirent la clarté du front. Le même cinéaste, dont j’ai découvert il y a trente ans l’œuvre complète grâce à Rui Nogueira, avait aussi réalisé « Le temps d’aimer, le temps de mourir », d’après « A l’ouest, rien de nouveau », le chef d’œuvre d’Erich Maria Remarque. Le front, le vrai, dans son horreur. En lisant Franziskakis, j’ai pensé à ce livre, à ce roman.

 

Mais l’image la plus forte qui m’a traversé demeure celle de la République elle-même. Face à la constante mise en danger de l’état de droit, le directeur de Champ-Dollon en incarne la clarté, la géométrique rigueur, les valeurs d’humanité. Il incarne la loi, le nomos, la règle, contre la jungle. Tout comme une infirmière, dans un sous-sol d’hôpital. Tout comme nos policiers, nos agents de détention, nos enseignants, nos assistants sociaux.

 

Un homme peut se féliciter de cette interview. Le ministre de tutelle. Pour lui aussi, la République, ça veut dire quelque chose. Pour lui, comme pour sa famille politique, qui s’est construite sur des valeurs d’Etat, des valeurs régaliennes. Je dis que le ministre, et nous tous avec lui, peut être très fier du directeur de la prison. Dans l’improbable obscurité de la chienlit, quelques étincelles de lumière. Merci, Monsieur Franziskakis.

 

Pascal Décaillet

 

18:57 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Bel hommage pour un homme simple et grand serviteur de la République. En ce temps là, la formation des instituteurs ouvrait toutes les portes, même celles des prisons. Une vocation en somme.Bravo et merci Christian.

Écrit par : J-F Girardet | 29/03/2014

sur le pif: de beau en Py , le PS gagne en Avignon. Qui ditMier?

Écrit par : briand | 30/03/2014

Bravo! Magnifique texte.

Écrit par : Grégoire Barbey | 31/03/2014

Les commentaires sont fermés.