31/03/2014

La victoire livide de l'UMP

 

Sur le vif - Lundi 31.03.14 - 09.57h

 

Les Municipales françaises sont toujours remportées - mode de scrutin oblige - par l'une des deux grandes forces de la bipolarité de la Cinquième République. Habituellement, la force d'opposition nationale triomphe, ce vote local étant opéré comme une sanction pour le gouvernement.

 

Donc, hier, l'UMP, favorisée par la machine électorale et l'ancrage ancestral de ses caciques locaux, a gagné. Mais ce parti aurait grandement tort de triompher. Le parti qui monte, en France, surtout dans la bataille interne à la droite, c'est le FN. Totalement défavorisé par le mode de scrutin, ce parti montrera dans deux mois, aux élections européennes, son véritable poids dans la vie politique française.

 

Ce soir-là, il est possible que l'UMP se montre un peu moins souriante, et surtout moins arrogante, sur les écrans. D'ailleurs hier soir déjà, le très orléaniste président par défaut de ce parti apparaissait déjà comme défait et livide, les traits tendus. Sans doute parce qu'il est largement assez intelligent pour entrevoir l'aspect superficiel de cet amoncellement de victoires de féodaux locaux. Comme un paravent à la décomposition nationale, idéologique et morale de son association de notables qui n'a plus rien, mais vraiment plus rien, et depuis longtemps, du souffle gaulliste des grands rassemblements populaires que nous avons connus. Ces messes républicaines, sublimes, étaient d'une puissante essence bonapartiste. L'UMP d'aujourd'hui n'a plus grand chose à voir avec cela.

 

Le souffle du peuple, celui de la colère comme celui de la joie, est passé ailleurs. Nous le verrons dès le mois de mai. Avec les premières cerises.

 

Pascal Décaillet

 

09:57 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

J'espère que vous aurez raison, tant ce parti finalement unique qu'est l'UMPS (alternance de l'UMP et du PS) me fait penser à nos insipides, immobiles et stériles consanguins PLR-PDC-PS-Verts.

J'ai du mal, pour le moment, à voir un grand mouvement dans cette dizaine de communes seulement gagnées par le FN sur 36'000. Et l'incapacité du FN à amener ses candidats sur plus de 600 communes a de quoi inquiéter quant à son ancrage.

Bonne chance à eux!

Écrit par : La censure pulule en Suisse | 31/03/2014

Je pense que, pour le moment, le FN n'a lancé que quelques lignes avec un hameçon au bout. Ça à l'air de mordre. Donc, pour l'ancrage, il suffira de changer la taille du hameçon.

Écrit par : Rui Oliveira | 31/03/2014

Voyons Pascal il y a plus ou au moins aussi important que le Front national, c'est l'élection d'un maire écologiste à Grenoble et d'un maire nationaliste soutenu par les grands partis parlementaires à Bastia. La presse française en parle peu, parler du Front national est encore une manière de rester dans les habitudes culturelles de Paris. Le souffle n'est pas seulement dans la résurgence maurassienne, il y a aussi le souffle écologiste de Pierre Rabhi, le souffle patriotique local hérité de Pascal Paoli.

Écrit par : Rémi Mogenet | 31/03/2014

Voyez les chiffres.

Il faut 20 ans au FN pour doubler son nombre d'élus municipaux.

L'alternance au PS c'est l'UMP. Même sans leader et sans programme.

Le FN existe à la télévision.

Écrit par : Tertar | 31/03/2014

Les commentaires sont fermés.