10/04/2014

Philippe Bender, redresseur d'âmes

 
Sur le vif - Jeudi 10.04.14 - 10.49h
 
 
Insupportable d'entendre, et ré-étendre toujours, la RTS présenter avant tout comme un "historien" l'infatigable militant canal historique radical Philippe Bender.
 

Comme si, dans "l'affaire Tornay", ou dans "l'affaire Cleusix", le féroce combattant de Fully n'était qu'un observateur distrait du réel. Comme s'il n'était pas l'un des agents les plus dévastateurs de ceux qui veulent affaiblir le conseiller d'Etat d'Orsières et, par personne interposée, celui de Savièse.


Philippe Bender a parfaitement le droit de s'exprimer, ce qu'il fait d'ailleurs avec un rare puissance de conviction. Mais de grâce, qu'on nous épargne "l'historien, mémoire vivante", et qu'on nous le présente comme ce qu'il est : le combattant le plus féroce, et à coup sûr l'un des plus doués, du Canal le plus historique - je n'ai pas dit hystérique - du radicalisme du côté du Coude du Rhône.


Ces gens-là, blessés d'être écartés d'un pouvoir exécutif où ils siégeaient sans discontinuer depuis 1937, ont des objectifs précis de reconquête, ce qui est d'ailleurs parfaitement légitime. Mais de grâce, qu'on le dise, qu'on l'évoque, qu'on le place en perspective, plutôt que de nous présenter l'homme sous sa seule casquette d'historien, érudit, toutes choses qu'il est en effet.
 

Je viens de visionner Infrarouge. Et me suis dit que ce grand prêtre de la laïcité militante, avec ses leçons sur la "vertu" (fallait-il entendre virtus, au sens de courage, ou vertu dans l'entendement victorien ?) avait manqué la seule carrière qui pût être digne de son intransigeance puissamment jouée: celle d'un redresseur d'âmes. Dans quelque Espagne lointaine.
 
 
La robe de bure lui irait à merveille.
 
 
Pascal Décaillet

10:49 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Même chose dans la façon dont la presse mainstream aux ordres nous présente le "gentil" prix Nobel de la pet, Barack Obama face au "vilain méchant pas beau" Vladimir Putin.

Écrit par : La censure pulule en Suisse | 10/04/2014

Mais quelle belle plume Monsieur Décaillet! Enfin une personne clairvoyante! Bien parler est une chose mais quand la neutralité règne c'est excellent, ce qui n'est pas le cas pour le phénomène qui nous préoccupe.
Merci pour ce blog!
Jenny

Écrit par : Jenny Xu | 10/04/2014

Monsieur Décaillet,

Vous avez oublié l'affaire Philippini (Savro), l'affaire Dorsaz, puis l'affaire Tornay, l'affaire Cleusix. L'ancienne majorité PDC du Valais n'a pas attendu l'historien Philippe Bender pour s'enfoncer dans la corruption et les affaires scabreuses. Et, si vous allez aux bonnes sources, vous verrez que M. Philippe Bender a effectivement étudié l'histoire et je ne vois pas en quoi le mot historien ne lui viendrait pas de droit.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 10/04/2014

@ Madame Ribordy - Assurément, il est historien. Mais je conteste qu'on le présente sous cette seule casquette, alors qu'il est puissamment acteur du débat politique.

Écrit par : Pascal Décaillet | 10/04/2014

Il est vrai qu'avec vous nous avons le choix, Vous nous le présentez comme:

1. féroce combattant
2. agent dévastateur
3. combattant le plus féroce (répétition)
4. grand prêtre de la laïcité.
5. redresseur d'âmes.

Vous ne vous êtes pas trompé. Il faut bien toutes ces qualités pour contrer des politiciens malhonnêtes qui ont gouverné le Valais. Ils n'ont qu'un objectif: asseoir leur pouvoir, maintenir leurs privilèges, gouverner à tout prix.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 10/04/2014

Il a parfaitement le droit de mener tous les combats politiques qu'il veut. Simplement, on arrête de le présenter comme "historien, mémoire vivante, etc.".

Écrit par : Pascal Décaillet | 10/04/2014

Je comprends la remarque de Mme Ribordy mais partage l'analyse de P. Décaillet. Le problème trouve probablement sa source dans le répertoire d'adresses de la rts, ce qui nous vaut son lot d'invités avec étiquettes propres et ronflantes, bien loin d'une diversité légitime que l'on attendra encore longtemps. Finalement Forum tout comme Infra Rouge a son petit monde de fidèles invités , prêts à servir le message attendu.
A ce titre là, M. Bender est un "client" bien commode car on sait qu'il ne restera pas muet dans son coin. Surtout s'il s'agit de l'histoire du valais, en particulier celle liée à l'histoire de son parti.

Écrit par : uranus2011 | 10/04/2014

Franchement, quelle que soit l'étiquette sous laquelle on le présente, l'important est ce qu'il dit, non ? Et il en faut, des comme lui, le Valais en a manqué pendant si longtemps... De plus, je suis sûre que les gens qui le lisent ou l'écoutent - autrement dit les gens concernés, les Valaisans, quoi ! - savent très bien à quoi s'en tenir à son sujet, ce n'est pas une étiquette de plus ou de moins qui y changera quelque chose.

Écrit par : Mathilde Lavenex | 10/04/2014

A mon avis, vous donnez beaucoup trop de pouvoir et d'influence à ce cher homme.
Par naïveté, cela m'étonnerait...

Écrit par : Géo | 10/04/2014

Jolis mots bravo ! et il mérite le pouvoir et l'influence que vous avez donné Mr.

Écrit par : rachat credit | 11/04/2014

"ce n'est pas une étiquette de plus ou de moins qui y changera quelque chose"

Surtout qu'en Valais, un homme public sans étiquette politique, ça n'existe tout simplement pas

Personne ne s'offusque lorsque, dans les chroniques d'invités du Nouvelliste, on affuble du titre sobre de "philosophes" les frères Putallaz, d'"écrivain" Monsieur Despot ou de "journaliste" Monsieur Décaillet. Quand bien même ceux-ci prendraient la défense de l'establishment saviéso-orsiéran.

Écrit par : Souflette | 11/04/2014

Les commentaires sont fermés.