23/04/2014

Magnifique emmerdeur

1360165421791.jpg 

Chronique publiée dans Lausanne Cités - Mercredi 23.04.14

 

Rien ne m’énerve plus que Jean Ziegler, si ce n’est les gens qui passent leur temps à dire du mal de Jean Ziegler. Cet homme, que je connais et que j’interviewe depuis plus de trente ans, je dis qu’il est un salutaire emmerdeur, un dérangeur nécessaire, l’éruption de nos mauvaises consciences, avec des tonnes de lave et l’incandescence du volcan.

 

Bien sûr, il est insupportable. Il en fait trop, théâtralise à outrance, exagère le propos, cherche à nous faire oublier ses amitiés avec des dictateurs. Mais voilà, c’est Ziegler, il vient de fêter ses 80 ans, et c’est sans doute un peu tard pour le refaire. D’ailleurs, on ne refait jamais les gens : ils sont ce qu’ils sont, à prendre intégralement, avec leurs qualités, leurs défauts.

 

Ziegler m’a toujours fait penser à Franz Weber. L’homme des saintes colères, mais l’homme d’une foi entière, bouillante, émue, profondément amoureuse du monde. Chez l’un, c’est le combat pour la justice. Chez l’autre, le combat pour la planète. Chez l’un et l’autre, l’adhésion bouleversée à l’immense chaleur du mystère du monde. Chez ces deux hommes, colériques et un peu cinglés, je perçois de splendides contemporains, de vrais compatriotes. Critiques, imprécateurs, fous de vivre et d’exister. Il en faudrait beaucoup plus, des hommes comme eux, dans le champ si raisonnable de notre petite Suisse.

 

 

Pascal Décaillet

 

15:37 Publié dans Coups de Griffe Lausanne Cités | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Weber, Ziegler et Décaillet, c'est vrai qu'il y a des points communs...
En France, on pourrait trouver aussi Jean-Marie Le Pen, Mélenchon, Dieudonné Mbala Mbala, Montebourg...
Vive les guignols, puisque l'on vit dans leur monde...

Écrit par : Géo | 23/04/2014

"Bien sûr, il est insupportable. Il en fait trop, théâtralise à outrance, exagère le propos, cherche à nous faire oublier ses amitiés avec des dictateurs. Mais voilà, c’est Ziegler, il vient de fêter ses 80 ans, et c’est sans doute un peu tard pour le refaire."

Etrange billet, vous verrouillez d'avance toute critique à l'encontre de cet individu que vous dépeignez avec bienveillance, indulgence voire complaisance comme un fieffé menteur aux amitiés plus que douteuses.

Je présume que c'est donc intentionnellement que vous faites l'impasse sur ses travers narcissiques, assoiffé d'honneurs, avide de luxe tout en se plaignant qu'il lui aura été imposé et d'une malhonnêteté consommée comme il en a fait l'aveux lors de l'émission, alors animée par votre charmante consœur Manuella Maury, "Le passager" d'avoir organisé son insolvabilité afin de se soustraire au paiement des dommages et intérêts dus aux personnes qu'il a diffamé et qui l'auront, à multiples occasions, fait condamner. Je vois d’ailleurs chez lui une cohérence certaine qui aura consisté à pratiquer la charité bien ordonnée puisqu’il doit à ses amitiés avec des dictateurs la grâce qui lui a été faite de pouvoir jouir d’un job, j’ai failli écrire rôle, à revenus insaisissables.

Il est vrai que chaque homme a sa part d’ombre et ainsi donc si même un De Gaulle aura conservé de l’estime pour Pétain, Mitterrand pour Bousquet alors, et toute proportion gardée, comment pourriez-vous faire l’objet d’un quelconque reproche pour un motif aussi dérisoire que celui d'user d'euphémismes outrageants ou bien celui de faire l’apologie de la roublardise et de la tartufferie quand bien même se seraient-elles parfaitement accommodées des menus crimes contre l’humanité perpétrés par quelques uns de leurs frères en idéologie.

Écrit par : Giona | 24/04/2014

Comment défendre une cause sans rigueur et vérité ? Dis autrement, comment défendre une cause en falsifiant l'histoire ? Dans les années 70 - 80 j'étais scandalisé, comme Ziegler, qu'en Suisse nous pouvions, sans état d'âme, receler les fortunes de dictateurs, c'était l'ère Mobutu. Si à ce moment, une personnalité du niveau d'un Denis de Rougemont, s'était élevée contre cette pratique, en montrant au peuple suisse que cela ne pouvait plus continuer ainsi, alors, peut-être qu'à droite aussi on aurait ouvert les yeux. Seulement voilà, lorsque le défenseur d'une cause juste use et abuse d'arguments tels que Ziegler a produits, alors la cause, si belle soit-elle, décline inexorablement. Le travail de Ziegler a été totalement contre productif et ce n'est vraiment que dernièrement que l'on a compris en Suisse, les abus du secret bancaire et de certains banquiers. Que ce fut tard.
Lorsqu'on veut contrer un extrémisme par un autre on imite ce qui s'est passé dans les années 30: fascisme contre communisme et l'inverse.

http://www.livresdeguerre.net/forum/contribution.php?index=42092&v=1

http://www.livresdeguerre.net/forum/contribution.php?index=54028&v=1

Écrit par : Christian Favre | 24/04/2014

"Compatriote" J'aimerais bien savoir ce qu'il y a de patriote chez Ziegler. Pour le reste il est loin d'être con je vous l'accorde.

Écrit par : norbertmaendly | 24/04/2014

Ziegler, Weber deux hommes qui auront réussi à tirer tous les profits du système, bien trop peu exigeant à leur égard ! Comme quoi on peut être idéologue, se faire le défenseur des nobles causes sans jamais perdre le sens des réalités économiques (je devrais dire pécuniaires). Non , on ne les changera pas mais , personnellement, je ne les regretterai pas.

Écrit par : uranus2011 | 24/04/2014

Comme d'habitude en Suisse : totalement juste sur le fond, totalement à côté de la plaque sur la forme... Pour toucher sa cible il faut des arguments valables et pas des arguments caricaturaux. C'est le défaut majeur de M. Ziegler, il argumente caricaturalement et, du coup, rate complètement sa cible et passe facilement pour une personne à la crédibilité discutable... De prime abord, il m'énerve prodigieusement. À la réflexion, il a souvent raison. Mais il ne sait pas vraiment faire valoir ses idées et commence par nous (les Suisses) diminuer et nous dénigrer... De plus, il nous juge... Il a le droit de juger notre comportement, mais pas ce que nous sommes. Or, les Suisses sont sensibles à leur image et il s'ingénie à la détruire systématiquement et avec force. Par cette façon de faire, il donne des arguments à ses adversaires... et des arguments solides.

Écrit par : Félix WEBER | 24/04/2014

Les commentaires sont fermés.