07/05/2014

Marche Blanche : le droit d'être contre

 

Chronique publiée dans Lausanne Cités - Mercredi 07.05.14
 


Le 18 mai, nous votons sur l’initiative dite « de la Marche Blanche », qui entend interdire à vie aux pédophiles (reconnus coupables) de travailler avec des enfants. Je ne me prononce pas ici sur le fond. Chacun d’entre nous votera en conscience. Et nous respecterons le verdict du peuple et des cantons.
 


Mais le climat de la campagne est profondément gênant. Je le dis ici haut et fort, on a le droit d’être contre cette initiative. Et de venir le dire en public, comme le font les partisans. Nous sommes dans une démocratie : on nous propose un texte, on a le droit d’être pour, celui d’être contre, et rien n’est plus détestable que la diabolisation du point de vue opposé.


 
Il n’est pas acceptable que les opposants se voient insultés, ou traités de « complices des pédophiles ». J’ai bien vu, en montant le débat sur Léman Bleu, la difficulté des partisans du non à se dévoiler en public. Comme par hasard, le soir de mon débat, ils étaient tous pris. Je n’aime pas du tout ce genre de climat où un camp terrorise l’autre.


 
Il était insupportable, dans la campagne du 9 février, de voir traiter de « xénophobes » ceux qui voulaient juste réguler les flux d’immigration. Il l’est tout autant, sinon plus, d’assister à l’incroyable intolérance d’un camp par rapport à l’autre. Nous sommes dans une démocratie. On a le droit d’être pour. Le droit d’être contre. Et on respecte l’adversaire.
 


 
Pascal Décaillet

 

14:57 Publié dans Coups de Griffe Lausanne Cités | Lien permanent | Commentaires (18) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

C'est particulièrement visible sur le site "Les Observateurs" totalement colonisé par l'extrême-droite catholique française façon Ecône...

Écrit par : Géo | 07/05/2014

Le respect de l'adversaire n'a pas fait long feu sur ce débat : vous êtes contre, vous défendez les pédophiles, point. Pas étonnant que personne ou presque ne se lance là-dedans, pas grand chose à gagner, tout à y perdre. Si c'est pour se retrouver brocardé chez Lesobservateurs.ch comme bourreau d'enfant par omission, photo et commentaires "modérés" en prime, ça n'en vaut pas trop la peine. Au final, l'initiative passera par défaut, sans réel débat public (qui a compris la différence entre l'initiative et le contre-projet ?), on bricolera une loi d'application ni trop molle ni trop dure (pour la rendre quand même applicable), et au prochain drame, forcément non couvert par la loi, on repartira pour un tour.

Écrit par : Souflette | 07/05/2014

Pascal Décaillet, il est difficile de comprendre pourquoi l'on serait contre l'initiative de la Marche Blanche qui entend interdire à vie aux pédophiles le droit de travailler avec des enfants parce que l'on sait qu'il est impossible de savoir si les personnes reconnues coupables ne récidiveraient pas et, côté victimes, une fois "récidivé", il est trop tard.
Pas question ici, comme il a été argumenté, d'accorder ou de ne pas accorder un pardon. Parlons victimes, uniquement. En revanche, un pédophile ayanr aussi, en même temps, une vocation à l'enfance peut trouver travail à vie, jusqu'à sa retraite, dans le social, l'administratif scolaire etc., concernant l'enfance. En revanche, l'exemple dit de pédophilie concernant un jeune de dix-sept ans qui serait épris d'une fille de quinze ans était on ne peut plus mal choisi car une fille de quinze ans est en mesure de savoir ce qu'elle ressent ou non et de le faire réaliser de gré ou de force à son camarade. Comment prétendre que ce jeune de dix-sept ans courtiserait, ou plus, un/e "ENFANT" de quinze ans!! Méconnaissance évidente (ou feinte?) de la jeunesse et, qui plus est, de la jeunesse d'aujourd'hui.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 07/05/2014

souflette@ Les arguments des adversaires de l'initiative paraissent tout de même assez faibles. Un pédophile (en réalité un pédéraste...) éloigné professionnellement des enfants à vie serait un scandale ? Et les étudiants en médecine éloignés de cette profession par un double échec au final ? C'est ridicule de s'émouvoir sur le sort de ces malheureux pédérastes et de se moquer complétement du sort des enfants qui seront forcément violés par ces gens qui sont TOUJOURS récidivistes...

Écrit par : Géo | 07/05/2014

Absolument d'accord avec vous! Ce climat d'amalgames qui prévaut aujourd'hui est insupportable. Et malheureusement, il n'y a pas un bord et pas un sujet de votation qui y échappe. Et peu de commentaires aussi. Voire les "débats" récents à propos des dernières votations de l'UDC ou le regard sur la "Msnif pour tous". Et, pour l'instant, aucune consolation dans ce marasme intellectuel.

Écrit par : MM | 07/05/2014

Je propose aux opposants de laisser leurs propres enfants dans les mains des pédophiles (reconnus coupables).

Écrit par : Noëlle Ribordy | 07/05/2014

Personnellement je voterai contre cette initiative. J'en ai marre de ces initiatives basées uniquement sur l'émotion, et pas sur la réflexion.
D'ailleurs les propos de Géo et Myriam Belakovsky le montre bien, soit vous êtes avec nous, soit vous êtes un monstre.... Pathétique

Écrit par : Milpa Bagen | 07/05/2014

@Géo et M. Belakovsky,

OUI vous avez le droit de penser que le OUI à l'initiative est le meilleur choix et je respecte votre choix, mais..

voter NON ce n'est pas "s'émouvoir sur le sort de ces malheureux pédérastes" (comme l'écrit Géo) mais c'est dire que, oui, il faut réglementer fortement la vie hors prison des pédophiles en limitant les risques de récidives, mais c'est préférer une définition des actes plus juridiquement applicable du contre-projet que le texte de l'initiative le prévoie.
Je ne me moque pas du sort des enfants en votant NON. Au contraire je soutiens un contre-projet avec lequel les pédophiles condamnés ne pourront pas aller à Strasbourg faire annuler un jugement alors qu'avec le texte de l'initiative le risque est important que l'interdiction de travailler soit annulée par la suite !

N.B. Pédéraste = qui aime uniquement les jeunes garçons (mais pas les jeunes filles). Pédophile = qui aime les enfants (de tout sexe) pré-pubère.
Le premier exclu les filles et le deuxième exclu les ados... quel est le meilleur terme ???

Écrit par : Philippe Calame qui assume son NON | 08/05/2014

Et puis, Monsieur Décaillet, on a aussi le droit d'être pour, dans la discrétion, l'humilité et un certain sens de l'honneur. Je suis pour, ai voté pour et les urnes donneront une réponse qu'il faudra biebn accepter, quel que soit son bord.

Écrit par : Alberto Caballero | 08/05/2014

@ Philippe Calame

A quel âge est-on amoureux? L'enfant, souvent, est un séducteur né: à l'adulte de se dominer.

LE PRETRE ET L'ACOLYTE, d'Oscar Wilde, donne à penser que c'est nous, adulte, qui n'y comprenons rien. Il est vrai qu'en d'autres temps et civilisations comme en Grèce on fabriquait des sièges pourvus de ce qu'il fallait pour préparer le corps du jeune garçon au passage du premier amant.

L'enfant chez nous était, fut roi mais la mode aux familles éclatées puis recomposées ne tend-t-elle pas à relativiser la royauté de l'enfant ayant à se plier aux décisions parentales qu'elles lui conviennent ou non? du momment que ses parents ont "le droit"! Parents qui ne sont pas libres le jour qui serait leur jour de garde, visite ou accueil de l'enfant, se le refilant l'un à l'autre, DIALOGUE PARENTAL! souvent suivi par l'enfant présent se sentant à charge voire "sabot"! Comment ne se laisserait-il pas entourer par d'autres bras que ceux des siens?

Philippe Calame, faut-il "pinailler" sur les mots?!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 08/05/2014

C'est franchement à se marcher sur la tête....

Il est unanimement accepté que les alcooliques doivent être interdits de volant...

Par contre pour les pédophiles... on fait dans l'enculage de mouche.

Quel Monde !

Écrit par : petard | 08/05/2014

"N.B. Pédéraste = qui aime uniquement les jeunes garçons (mais pas les jeunes filles). Pédophile = qui aime les enfants (de tout sexe) pré-pubère."

Ben non, il y a des curiosités sémantiques. Les Grecs connaissaient trois formes d'"amour" : philia, eros et agapè. L'amour entre parents et enfants, ou entre amis pour philia. L'amour des timbres, la philathélie, est certes déjà un peu en dehors des signes...
Eros ne demande pas de commentaires, même pour vous. Péd évoque pais, paidos l'enfant et non le jeune garçon.
Agapè a donné agape mais signifie la charité, la grâce et toute cette sorte de choses...
Un pédophile désigne la personne qui par nature et par instinct éprouve un sentiment amical et protecteur envers les enfants, bref tous les gens normaux.
Pédéraste désigne une personne désireuse d'avoir des rapports sexuels avec de jeunes enfants. Vous vous rappelez quand vos parents vous disaient de faire attention à ce monsieur un peu bizarre et de ne jamais accepter des chocolats d'un inconnu ? Il se trouve que très souvent, ces gens-là préfèrent violer des petits garçons que des petites filles, mais à ce que je crois savoir, ce n'est pas une règle absolue...

Écrit par : Géo | 08/05/2014

"N.B. Pédéraste = qui aime uniquement les jeunes garçons (mais pas les jeunes filles). Pédophile = qui aime les enfants (de tout sexe) pré-pubère."

Ben non, il y a des curiosités sémantiques. Les Grecs connaissaient trois formes d'"amour" : philia, eros et agapè. L'amour entre parents et enfants, ou entre amis pour philia. L'amour des timbres, la philathélie, est certes déjà un peu en dehors des signes...
Eros ne demande pas de commentaires, même pour vous. Péd évoque pais, paidos l'enfant et non le jeune garçon.
Agapè a donné agape mais signifie la charité, la grâce et toute cette sorte de choses...
Un pédophile désigne la personne qui par nature et par instinct éprouve un sentiment amical et protecteur envers les enfants, bref tous les gens normaux.
Pédéraste désigne une personne désireuse d'avoir des rapports sexuels avec de jeunes enfants. Vous vous rappelez quand vos parents vous disaient de faire attention à ce monsieur un peu bizarre et de ne jamais accepter des chocolats d'un inconnu ? Il se trouve que très souvent, ces gens-là préfèrent violer des petits garçons que des petites filles, mais à ce que je crois savoir, ce n'est pas une règle absolue...

Écrit par : Géo | 08/05/2014

Malheureusement, quand l'émotionnel s'invite, il est difficile d'avoir des échanges sereins.

Écrit par : Michel Sommer | 08/05/2014

""N.B. Pédéraste = qui aime uniquement les jeunes garçons (mais pas les jeunes filles)."

" Quasiment abandonné au début du XXe siècle au profit du terme d'origine allemande homosexualité, il est peu à peu réintroduit, par le biais d'André Gide, dans le sens actuel susmentionné, plus conforme à son étymologie.

Dans son sens contemporain, la pédérastie apparaît ainsi comme un cas particulier de ce que certains sexologues nomment hébéphélie ou encore éphébophilie, à savoir l'attirance érotique d'un adulte pour les adolescents, sans précision de sexe. Toutefois, ces vocables du discours médical ne font pas l’unanimité, et n'apparaissent de fait dans aucune des classifications internationales des troubles mentaux. Malgré quelques tentatives de récupération du terme pédérastie par certains psychiatres francophones, la pédérastie ne constitue pas aujourd'hui une catégorie médicale.

Au sens général d'amour des garçons (les « grands », pas les petits), la pédérastie est présente dans de nombreuses cultures au fil des siècles : la Grèce et la Rome antique, les Celtes, le Japon, la Chine, l'Océanie, l'Italie pendant la Renaissance…

En Occident, la pédérastie a connu une histoire mouvementée, depuis longtemps souterraine. Longtemps restée la principale référence en matière d'homosexualité, elle a finalement été rejetée par la majorité des militants homosexuels au cours de leur mouvement d'émancipation dans la seconde moitié du XXe siècle."

Quand on se réfère à wikipédia, il faut tout lire ......

Écrit par : Patoucha | 08/05/2014

"Je n’aime pas du tout ce genre de climat où un camp terrorise l’autre."

Tout à fait d'accord! Et pas seulement en ce qui concerne ce sujet....

"...Au contraire je soutiens un contre-projet avec lequel les pédophiles condamnés ne pourront pas aller à Strasbourg faire annuler un jugement alors qu'avec le texte de l'initiative le risque est important que l'interdiction de travailler soit annulée par la suite !"

Si cela est bien le cas je voterai NON!

Écrit par : Patoucha | 08/05/2014

Bonjour Géo

Ayant eu un grand'oncle pédéraste, bien que marié, il était attiré par les jeunes enfants, garçons ou fillettes.

Autre chose : vous évoquez la Grèce : on y conseillait aux hommes "si tu veux du plaisir, prends un homme. Si tu veux des enfants, prends une femme."

Écrit par : Keren Dispa | 08/05/2014

En ces intéressants échanges entre les uns et les autres que deviennent les principaux intéressés: les enfants, les ados? Qui se soucie véritablement d'eux? sachant qu'un enfant violé sera marqué à vie? Et sa vie sexuelle et affective,partenaires compris, conflictuelle, non gratifiante? Nous ne pouvons faire semblant de l'ignorer: telle victime aujourd'hui sera le plus souvent agresseur sexuel demain.

Écrit par : Alix | 08/05/2014

Les commentaires sont fermés.