03/09/2014

Traverser oui, mais pas comme ça !

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 03.09.14

 

Depuis toujours, je milite pour une traversée. Je suis né et j’ai grandi à l’endroit où j’habite maintenant, à deux pas de ce lac que j’aime tant, et j’ai vu, en un demi-siècle, la circulation décupler à Genève. Même en mettant l’accent sur les transports publics, ce qu’il faut assurément faire, les voitures seront toujours là dans dix ans, trente ans. Et notre Rade, elle, n’aura pas pour autant grandi d’un millimètre. Le destin de Genève, c’est de traverser le lac. Pour boucler son périphérique, entamé mais non achevé avec l’autoroute de contournement. Pour désengorger la Rade, et notamment le pont du Mont-Blanc, de tous ceux qui n’ont rien à y faire, parce qu’ils ne font que transiter de l’actuelle sortie Vengeron à la région d’Annemasse, ou le contraire.

 

C’est ce chantier-là, le grand pari, le grand rendez-vous du siècle. Cette traversée-là, oui, la grande, par exemple Vengeron-Belotte, mais pas la petite. Pas celle sur laquelle nous votons le 28 septembre prochain. Trop petite. Trop étriquée. Trop enfermée dans l’espace urbain. Arrivant avec trente ans de retard. Pas assez visionnaire. Ma position personnelle est donc qu’il faut sauter un tour, même si je puis comprendre ce que cette patience imposée peut avoir de rageant quand on contemple les bouchons sur les quais, sur le pont du Mont-Blanc, route de Lausanne. Sauter un tour, en rongeant son frein, pour mieux se battre, tous ensemble, oui tout un canton uni, afin d’obtenir un jour les crédits pour une grande traversée.

 

Bien entendu, je suis citoyen, et je respecte les décisions démocratiques. Si le peuple accepte, le 28 septembre, la traversée de l’UDC, eh bien il faudra la faire. Mais désolé, Mesdames et Messieurs les partisans, ce serait là un coup dans l’eau. Et puis, surtout, à ce point dans la densité urbaine (avenue de France – Port-Noir), traverser pour aller où ? La difficulté, même avec un tunnel de liaison vers Malagnou, d’obtenir un tracé cohérent et efficace, est immense. Ceux que nous devons dissuader de passer par le pont du Mont-Blanc, ce sont les transitaires. Ce dont Genève a besoin, c’est un vaste et généreux périphérique, utile, oui cette fois osons le mot, à tous les usagers du « Grand Genève », notamment les travailleurs frontaliers. L’axe de pénétration de ces derniers sur leur lieu de travail, s’ils viennent en voiture, doit être au maximum autoroutier, extra-urbain, et surtout pas dans un encombrement supplémentaire de la route, puis rue de Lausanne (déjà totalement saturées) ou des routes d’accès, côté Champel-Malagnou.

 

Cette position, bien entendu, n’engage que moi. Je m’exprime ici comme citoyen, passionnément concerné par Genève et son destin. Comme des dizaines de milliers d’autres électeurs du 28 septembre, j’ai ma vision et mon urbanisme pour Genève. Certains les partageront, d’autres non. Que chacun s’exprime. Et dans tous les cas, la décision populaire devra être respectée. Si c’est non, nous orienterons toutes nos énergies sur la grande traversée. Si c’est oui, les opposants devront s’incliner, prendre acte de la volonté du peuple, et percer sans tarder – ni jouer au plus fin sur des subtilités juridiques - cette traversée de la Rade que nous propose l’UDC.

 

Pascal Décaillet

 

17:06 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Merci, enfin

Écrit par : M Seiler | 03/09/2014

Bon d'accord c'est promis je me battrai pour que la sortie ne se fasse pas avenue de France sous vos fenêtres, mais plus en amont pour rejoindre la route des Nations qui a été validée et sera réalisée à court terme.
Mais de grâce, faites un tout petit effort intellectuel, juste un exercice de style pour garder la souplesse des neurones et vous comprendrez que l'alternative que vous et d'autres nous proposez ne résoudra en rien les problèmes des circulation que nous subissons à Genève.
Merci d'avance pour cet effort qui ne devrait être qu'un jeu pour vous.

Écrit par : Pierre Jenni | 03/09/2014

L'avantage du 28 septembre est que même si cela arrive avec 30 ans de retard, c'est déjà ça et cela coûte bien moins cher que la très grande traversée pour laquelle les fonds ne seront jamais disponibles car avec le domaine financier massacré par les attaques contre le secret bancaire la manne financière pour tout le pays est déjà en train de se tarir par rapport aux années records au profit d'autres destinations géographiques bien moins stupides. Concernant les frontaliers et le contexte économique difficile qui s'annonce une recrudescence des licenciements sera bienvenue.

Écrit par : La censure anéantis la Suisse | 03/09/2014

Bravo pour votre prise de position! Qui démontre votre indépendance d'esprit.

Pour les opposants, la meilleure affiche:

http://files.newsnetz.ch/bildlegende/49421/1992295_pic_970x641.jpg

Écrit par : Johannj | 03/09/2014

M. Jenni, Pascal Décaillet sera sans doute sensible à vos encouragements aux efforts intellectuels. Qui sait, peut-être vous demander-t-il d'en faire autant ? Il y a des bouchons à la route des Jeunes, il y en a sur l'autoroute, sur les quais de l'Arve, à la rue Louis-Aubert... Arrêtons la liste : on se demande bien pourquoi il faudrait commencer précisément par la mesure antibouchon la plus chère ? Il faut que les genevois acceptent ce fait : nous sommes une grande ville, la plus motorisée de Suisse, et dans une grande ville, dans toutes les grandes villes, il y a des bouchons !
Rappelons par ailleurs que nos amis zurichois, dans la même configuration géographique, et malgré leur expertise en accaparement des fonds fédéraux, n'ont pas de tunnel sous-lacustre, pas de ceinture complète, ni existant, ni en projet !

Écrit par : Eugen Billard | 04/09/2014

@Johannj: un peu culcul comme dessin, non?

Au début, j'ai cru qu'il était écrit "PEACE" au-dessus des guichets.... C'est vrai que si un oui pouvait nous apporter la paix, ça serait bien. Malheureusement, je crois que ça ne serait que le début de la guerre.

Écrit par : Mikhail Ivanovic | 04/09/2014

"Si c’est oui, les opposants devront s’incliner, prendre acte de la volonté du peuple, et percer sans tarder – ni jouer au plus fin sur des subtilités juridiques - cette traversée de la Rade que nous propose l’UDC." On appelle cela du fatalisme démocratique !
Si le droit le permet, rien n'empêche d'honorables démocrates d'en faire usage, surtout quand le bon sens et la raison sont bafoués et que l'avenir des finances publiques sont en jeu !

Écrit par : asger | 04/09/2014

Ce que dit asger ci-dessus traduit bien le sentiment que donnent les autorités en ce moment : "votez ce que vous voulez, de toute façon on s’assoira dessus". Elles se sont bien assises sur l'initiative pour la mobilité douce, alors la traversée...

Écrit par : Mikhail Ivanovic | 04/09/2014

@ Jenni
Effort intellectuel demandez-vous à Monsieur Décaillet, le voici :
Evidence d'abord : nos villes ne sont pas faites pour absorber des dizaines de milliers de voitures simultanément, leur voirie ne le permettra JAMAIS, c'est un fait devant lequel même les plus démagogues de nos politiciens doivent s'incliner. Changeons donc de paradigme : l'hyper centre pour les taxis, les transports publics, la mobilité douce, les services, les macaronnés et les détenteurs d'un parking privé ; les autres automobiles restent dans des parkings gratuits et bien desservis par les TPG et votre confrérie dans la couronne intérieure de l'autoroute de contournement (incluant la grande traversée). Et le flot des voiture en transit de tous genres restent "hors les murs" dans ces mêmes parkings. Je vis en France voisine (sur France), et d'où je suis cela me paraît être la seule solution pour augmenter l'attractivité et la singularité de cette ville que j'aime !

Écrit par : aster | 04/09/2014

Nitunnel, mais un beau pont.
Un bel ouvrage.
Une belle traversée, élancée, audacieuse, San Francisco l'a fait, pourquoi pas Genève?

Ador, Ador, d'accord, mais c'est pas pour toujours, cette "belle vue qu'ont eu les Confédérés en arrivant à Genève".

Faut évoluer.

Mais pas sous l'eau!

Écrit par : Keren Dispa | 04/09/2014

Les commentaires sont fermés.