10/09/2014

Bicentenaire : l'Histoire mise à l'écart

 

Sur le vif - Mercredi 10.09.14 - 14.46h

 

1814-1815 : un tournant majeur pour Genève, qui entre dans la Confédération, mais aussi pour la Suisse, qui s’enrichit, avec le Valais et Neuchâtel, de trois nouveaux cantons. Une mutation de la Suisse qui, comme toujours et loin du mythe d’un « peuple heureux » (Rougemont), s’est opérée sous pression extérieure. Et quelle pression ! La chute de Napoléon. 33 ans plus tard, c’est également en symbiose et en synergie parfaites avec les grandes Révolutions de notre continent (France, Allemagne, Autriche, Italie) que la Suisse créera son Etat fédéral. De même, en 1918, c’est exactement pendant les premiers jours de la Révolution allemande, si bien racontée par le romancier Alfred Döblin (November 1918), que notre pays vit cette fameuse Grève générale, qui traumatisa tant l’ordre bourgeois, marqua les mémoires au fer rouge, il suffit pour cela de lire la presse et la littérature des années vingt, trente et quarante. Non, notre pays n’a jamais été isolé (si ce n’est entre 1939 et 1945), il est un pays d’Europe comme un autre, ni meilleur ni pire, tout aussi sensible aux vibrations de l’ensemble du continent.

 

1814-1815 : à Genève, les autorités multiplient les festivités du Bicentenaire. Et c’est là, hélas, le problème : non pas le Bicentenaire, mais l’omniprésence du pouvoir en place. On ne voit et n’entend que lui. Sous prétexte de commémoration, il passe son temps à se mettre en scène lui-même. Non dans l’exercice de la réflexion historique, mais dans celui de la mondanité répétée : Longchamp reçoit Burkhalter, François accueille Didier, les huit épingles qui tirent les deux hommes embarquent dans le même bateau, entre soi on se sourit, on se congratule. De loin, de la côte, avec des jumelles de chasse, faute de grive, on tente d’apercevoir les ministres, ils boivent un verre entre eux, sur le pont. Tant mieux pour eux. Mais c’est un peu juste.

 

J’ai pas mal étudié les commémorations, et cite souvent ici les époustouflants « Lieux de mémoire », publiés chez NRF par l’historien Pierre Nora. Et je me dis que pour commémorer, il faut avant toute chose avoir de quoi se souvenir. Lorsqu’un pays – la France – a perdu un million et demi d’hommes au combat en quatre ans (du 2 août 1914 au 11 novembre 1918), soit une moyenne d’environ mille par jour, on peut aisément comprendre que les survivants, face à l’immensité du vide, l’omniprésence d’un deuil touchant chaque famille, le silence hébété de l’absurde (dont nous parlera Céline dès le Voyage), s’embarquent, à force de marbre et de bronze, dans l’aventure des monuments aux morts. Qui serions-nous, les Suisses, demeurés neutres pendant cette boucherie, pour oser leur articuler le moindre grief, même si le goût artistique des stèles et des Poilus de village n’est pas toujours à la hauteur de Rodin ?

 

Mais Genève et 1814-1815, c’est autre chose. Nous commémorons assurément un événement important, mais enfin il n’est nullement porté par le tragique de l’Histoire, le rapprochement entre Genève et la Confédération s’étant opéré en douceur, progressivement, avec plusieurs dates-clefs échelonnées sur deux ans, comme l’ont très bien montré nos historiens. L’objet commémoré n’aura donc pas sur le public d’aujourd’hui la puissance d’émotion qui vous monte à la gorge lorsque vous vous rendez sur le mémorial d’un camp de la mort où dans un cimetière militaire du côté de Verdun. Le rapport du public ne passera pas par l’immédiateté d’un instinct : il faut, en profondeur, lui EXPLIQUER ce que nous commémorons, et pourquoi l’événement passé nous lie à notre présent. C’est ce que nous avions tenté de faire, infatigablement, un ou deux collègues et moi, à la RSR en 1998, lorsque nous avions monté nos innombrables émissions spéciales (décentralisées dans tous les cantons) autour du 150ème de l’Etat fédéral et du 200ème de la République helvétique.

 

Cette tâche explicative, cette mission d’exégèse, ont-elles été accomplies à Genève pour ce Bicentenaire ? La réponse, sans faillir, est non. Nos autorités, toutes empressées à se mettre elles-mêmes en scène comme agents de commémoration, on largement négligé l’essentiel : l’Histoire elle-même, cette prodigieuse discipline qui constamment exige prise de distance, remise en question, retour aux sources et aux archives. Du coup, on célèbre, on concélèbre, on trinque, on se congratule, toujours les mêmes réseaux, toujours François avec ses quatre épingles, mais le plus important, la réinvention de l’éclairage historique, on le laisse de côté. Tout au plus quelques costumes, gentillets, juste dépoussiérés du cortège de 1964 (dont l’auteur de ces lignes, six ans à l’époque, garde un souvenir certes diffus, mais joyeux et coloré). Tout au plus, quelque camions de pompiers, à travers les âges. Mais sur l’encouragement au chemin intellectuel de la découverte historique, peu de choses. Tout aussi peu, hélas, sur la seule chose, au fond, qui vaille, dans un chemin de commémoration : l’actualisation brechtienne avec ce que nous sommes aujourd’hui. Car enfin, ce sont les hommes et les femmes de 2014-2015 qui commémorent, c’est à eux qu’on parle, à leurs consciences qu’on s’adresse, à leurs capacités de mémoire, d’imagination, de projection qu’on esquisse une mise en scène. Oui, j’aurais voulu un Brecht, ou un Heiner Müller, pour assumer avec élévation l’évocation de ces années-là. Hélas, nous n’eûmes que l’éternité épinglée de François, accueillant Didier, ou même (dans un numéro récent du Temps) face à son miroir. De ce Bicentenaire, nous retiendrons la ronde des commémorants, malheureusement alliée à la mise à l’écart de l’appel à l’Histoire.

 

Pascal Décaillet

 

14:46 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

L'histoire n'a pas une grande place dans ce bicentenaire, comme elle n'a plus une grande place ailleurs à Genève.

Depuis plusieurs mois maintenant, les événements de toutes sortes s'enchaînent pour rappeler 1914-1918. Face à des millions de morts, les lieux de mémoires et les musées à grands spectacles ont un terreau fertile. Une création politique, hélas, ne dispose pas de la même charge émotionnelle. Et les médias, de toutes sortes, sont dépendants à la charge émotionnelle.

Écrit par : olivier | 10/09/2014

Tiens, c'est vrai ça : Genève fait partie de la Confédération suisse, on aurait tendance à l'oublier...
Blague à part, il faudrait vraiment la lancer, cette initiative populaire pour l'en éjecter. Elle obtiendrait la majorité du peuple et des cantons les doigts dans le nez...

Écrit par : Géo | 10/09/2014

Il est impossible, dans une société aussi individualiste que la nôtre, de s'entendre sur une lecture commune des faits historiques. C'est la raison pour laquelle l'enseignement de l'histoire n'est plus possible aujourd'hui, et pour laquelle, évidemment, les hommes politiques ne peuvent plus ressentir qu'un immense malaise à l'idée de s'engager dans une lecture historique des événements commémorés. On s'arrête dès lors à une commémoration de faits strictement juridiques. Rien d'étonnant à cela.

Alors que l'heure officielle est au Grand Genève (qui était l'hôte d'honneur du 1er août officiel), et à un évident à-plat-ventrisme devant l'Europe, la force d'attraction de la Suisse, on le sait, sécrète des idées sécessionnistes dans les parties limitrophes de nos grands voisins. Rappeler que la Suisse grandit lentement, mais qu'elle grandit, ne va pas nécessairement réjouir ceux qui croient à la nécessité d'un avenir européen pour la Suisse (parmi lesquels un nombre considérable de nos élus).

Neuchâtel, Valais et Genève entraient dans la Confédération en 1814-1815. Il y a, aujourd'hui, de l'autre côté de chacune de nos frontières, des régions qui pourraient être candidates à une adhésion. Mais il n'est pas certain que cette lecture de l'histoire soit compatible avec la position doctrinale de nos élites politiques. La Suisse accepterait-elle ces régions en son sein, si celles-ci le lui demandaient? Et, si oui, à quelles conditions? (Car il y en avait eu, pour Genève, des conditions, et des conditions qui ont profondément modifié la physionomie de la ville.) Imaginons l'écho qu'aurait, disons dans le Vorarlberg, un discours officiel du Président de la Confédération sur ces deux questions. Et comprenons pourquoi un tel discours n'est pas possible.

On pourrait, un jour, écrire l'histoire des faits qui ne se sont pas produits. Et, aussi, commémorer les événements qui n'ont pas eu lieu.

Écrit par : Raphaël Baeriswyl | 10/09/2014

Salut
Nous on est genevois pas Suisse
la propagande de pierre maudet
des drapeaux chuiche sur les poubelle ça suffit

Nous ont Sais ou mène le nationalisme .

Écrit par : azt | 11/09/2014

Les commentaires sont fermés.