10/09/2014

Conseil d'Etat : déjà fatigué !

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 10.09.14


 
Le programme de législature refusé par le Parlement, des majorités de soutien de plus en plus difficiles à trouver, un collège sans cohérence et sans stratégie claire, des caisses de l’Etat vides, voilà à quoi ressemble le gouvernement genevois, moins d’un an après son élection. Sans compter les désaveux en votations populaires. Chaque magistrat, certes, fait ce qu’il peut pour le bien public. Mais on peine, pour l’heure, à entrevoir la moindre dynamique d’ensemble. Bref, le Conseil d’Etat 2013-2018, premier issu de la nouvelle Constitution, apparaît tout aussi fatigué que les collèges précédents. Pire : ces derniers montraient des signes d’usure en fin de législature, alors que celui-ci les affiche au début déjà de son mandat.
 


Dix mois seulement après les élections, il faut déchanter : cette fameuse nouvelle équipe qu’on nous avait promise tout l’automne 2013, à coup de grands discours et de promesses, ce vent nouveau, cette cohérence, rien de cela n’est au rendez-vous. Il ne s’agit pas ici de mettre en cause le travail individuel de tel ou tel magistrat, dans son ministère. Mais de juger les signaux donnés par l’ensemble. Car enfin, si on élit sept conseillers d’Etat, on élit avant tout un gouvernement, qui doit briller par son énergie, son courage, son inventivité, sa résistance aux modes et aux pressions, et surtout sa vision stratégique. Ils ont beau se mettre au vert, se réunir extra muros, prendre du recul en des lieux ombragés, rien n’y fait : la lisibilité de l’action n’apparaît pas.


 
Les causes sont multiples. Elles tiennent beaucoup au système électoral, fruit d’une nouvelle Constitution qui n’a pas poussé la logique réformatrice jusqu’au bout. Sans aller jusqu’à tisser des tapisseries de Bayeux, pour faire référence à l’éblouissant discours tenu en cette ville par Charles de Gaulle en 1946, qui jetait, avec douze ans d’avance, les bases d’une République nouvelle, il faut bien admettre qu’à Genève, les constituants se sont contentés, en termes de réforme gouvernementale, de cosmétique. On ne révolutionne pas un exécutif en ajoutant un an à la législature, ni en déléguant une seule personne à l’inauguration des chrysanthèmes. Résultat : le vrai visage politique du canton, tel que sorti des urnes dans l’élection législative, n’apparaît pas au gouvernement, où l’Entente (quatre magistrats sur sept, alors qu’elle ne représente qu’un gros tiers de l’électorat) est surreprésentée.


 
Ces quatre Messieurs de l’Entente (deux PLR et deux PDC) vont donc passer la législature à encaisser des désaveux au Grand Conseil, et de plus en plus souvent devant le peuple. Ils y sont comme d’avance condamnés, victimes expiatoires d’un mauvais système. Ils s’en consoleront en multipliant les présences entre eux, dans les cocktails et les congratulations mutuelles de l’horizontalité genevoise du pouvoir. Cela leur fera peut-être du bien dans leur sentiment d’éternité au pouvoir, mais ne fera pas avancer le canton d’un millimètre. Triste début, en vérité, pour ce qui devait être la première équipe d’une nouvelle ère, rafraîchie et réinventée, et qui donne déjà l’impression de courir derrière son ombre. Sans jamais la rattraper.
 


Pascal Décaillet

 

22:48 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Bonjour M.
Merci d'avoir publier mon com sur M.Jean Ziegler
J'AImes les personnes qui nous rassemble

une question moi je comparent pas
il y a pas de sous pourtant
En 2014, le budget annuel du département de la sécurité a augmenté d’un tiers
il font comment pour payer les milliers de cameras installer en ville .

ils trouvent ou l'argent pour la nouvelle milice a pierre maudet

ils trouvent ou l'argent pour construire des prisons partout

ils trouvent ou l'argent pour refaire les routes ou passe les riches une fois par ans

ils vont trouver ou l'argent pour détruire la rade le plus beau cadeaux que les anciens nous on laisser pour les futures générations

Moi je croie que au contraire il y a encore beaucoup d'argents Sale

Merci de me répondre svp Merci

Écrit par : azt | 11/09/2014

"Ils s’en consoleront en multipliant les présences entre eux, dans les cocktails et les congratulations mutuelles de l’horizontalité genevoise du pouvoir."

Aujourd'hui, dans la création artistique et dans la vie quotidienne, l'idée même de verticalité - donc de hiérarchie(s) - effraie les mutins de Panurge*. Les politiques suivent au lieu de se rassembler autour d'une seule exigence qui devrait être leur honneur, le bien public servi par l'union des compétences dans un esprit républicain.

* Ça n'empêche pas les usines à fabriquer du cadre corporate de prospérer, mais il n'y a aucun risque de débordement dans le Réel puisqu'ils fonctionnent entre eux dans une virtualité lénifiante.

Écrit par : Malentraide | 11/09/2014

PS: Cher Pascal Décaillet,

Votre vision "gaullienne" de l'Histoire et de la Politique est bien trop vaste, bien trop généreuse pour le misérable petit tas de vanités de la république et canton de Genève.

Écrit par : Malentraide | 11/09/2014

Les commentaires sont fermés.