18/09/2014

Le Conseil d'Etat rétablit le vote censitaire

Stamp_Switzerland_1881_25c.jpg 

Sur le vif - Jeudi 18.09.14 - 16.45h

 

85 centimes (ou même 1 franc, si on opte, contrairement à la Chancellerie, pour le courrier A), ça n’est évidemment pas beaucoup. La plupart d’entre nous, lorsqu’ils se promènent dans Genève, ont au moins un franc sur eux. Encore que nous soyons un peu moins à disposer sur notre personne de cet objet de plus en plus désuet, et dont la collection me ravissait dans mon ancestrale enfance, un timbre-poste.

 

Il faudra donc, désormais, pour avoir le droit de voter, engorger les bureaux de poste pour se procurer un timbre. Une longue queue pour la plus aguicheuse des dentelles. Déjà que la notion même de « bureau de poste » relève d’une autre époque. Merci, donc, au Conseil d’Etat genevois, dans sa mesure de réduction de charge numéro 7, Département présidentiel s’il vous plaît, d’avoir instauré la « suppression de la gratuité du retour des votes par correspondance ». Outre qu’il y flotte un très léger parfum de pouvoir censitaire (ça tombe bien, il paraît qu’on célèbre, seuls en Europe, la Restauration), nul doute que le citoyen appréciera la hauteur de vue, la captation politique budgétaire d’ensemble, l’acuité stratégique de ce Conseil d’Etat qui prend plaisir, direction le Paléolithique, à nous faire voyager dans le temps.

 

Mais il y a pire : avez-vous pensé au citoyen centenaire ? Non seulement il devra faire surveiller son déambulateur pendant qu’il fait la queue dans l’extraordinaire ambiance sociale d’un office postal, mais en plus on lui supprime son « cadeau jubilaire ». Double peine ! Vieillir, ah vieillir, ne manquait guère, jusqu’ici de cachet. Seul celui de la poste faisant foi, on sacrifiera le fauteuil sur l’autel de la citoyenneté. Ah, les braves gens ! Victimes du pointillisme pusillanime d’un budget fourre-tout, sans vision, sans véritable courage. Juste celui du Catalogue de la Redoute, ou de la Samaritaine. A moins que cette dernière ne soit trop occupée à aider le centenaire à saliver l'extase de pouvoir voter.

 

Pascal Décaillet

 

16:45 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Petite erreur typique de journaliste débutant. Il faut mettre l'information en perspective et voir, à force de se cultiver, les liens entre des choses qui n'en ont apparemment aucun. Pourquoi cette coupe dans les budgets? La réponse au mystère se trouvait pourtant en bonne place sur le site de la TdG:
http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/Ne-jetez-pas-la-pub-de-La-Poste-Il-y-quatre-timbres-a-1-franc-dedans/story/15996558.

Écrit par : Raphaël Baeriswyl | 18/09/2014

I-n-c-r-o-y-a-b-l-e!

Bonjour la discrimination avec ceux qui peuvent voter par internet...

Cette proposition stupide ne pourra qu'être supprimée lors du vote du budget.

Écrit par : Johann | 18/09/2014

Sinon il est toujours possible d'ALLER voter. Vous savez, se rendre dans ces bureaux de vote de quartier, installés dans des écoles ou des salles communales, où les citoyens se rendaient le dimanche matin pour accomplir leur devoir civique avant l'introduction de ce vote par correspondance bête à pleurer qui ôte toute conscience et tout symbole au geste que l'on fait...

Heureusement, pour le citoyen attentif, la Poste a prévu le coup en distribuant un tout-ménage qui contient... quatre timbres à un franc. Si vous ne l'avez pas jeté dans un moment d'inattention, cela devrait suffire pour les quatre prochains scrutins !!!

Écrit par : Mikhail Ivanovic | 18/09/2014

Bonjour Pascal,

excellent billet, comme d'habitude ajouterai-je :)

Belle journée à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane Valente | 19/09/2014

Les commentaires sont fermés.