28/09/2014

Complexe et savoureuse, la démocratie suisse

 

Sur le vif - Dimanche 28.09.14 - 16.20h

 

Le petit miracle de notre démocratie suisse, c’est que personne n’est jamais humilié lors d’un dimanche de votations. Comme nous votons toujours sur trois ou quatre sujets en même temps, entre les fédéraux, les cantonaux et les communaux, il est rare que nous nous trouvions totalement perdants, ou totalement gagnants. Ainsi, j’étais comme on sait pour la Caisse publique, sans d’ailleurs me faire d’illusion sur le résultat : je perds. Et j’étais contre la traversée de la Rade, version UDC-MCG, étant à fond pour la grande, celle du lac : je gagne. Et l’immense majorité des citoyennes et citoyens de ce pays, ce dimanche, dans un sens ou dans l’autre, dans toutes les combinaisons possibles, sont dans mon cas.

 

Cette pluralité des sujets, ainsi que le triple échelon de notre citoyenneté (communes, cantons, Confédération) est non seulement une incroyable richesse de notre démocratie, mais aussi un facteur de complexité, dans le sens gustatif ou olfactif du terme, qui dissout les peines, atténue les triomphes, nous oblige à considérer le pays dans ses vingt-six composantes (Neuchâtel, les deux Bâle, le Jura, Schaffhouse, Argovie ont, tout autant que Genève, été le lieu d’importants scrutins aujourd’hui).

 

A cet égard, rien ne vaut la lecture des cartes de votations : canton par canton, district par district, commune par commune. Pour les villes, comme Genève, quartier par quartier. J’aime infiniment la délicieuse, la savoureuse complexité de notre démocratie suisse. Au final, il n’y a pas ce soir une Suisse qui gagne, une Suisse qui perd. Non. Il y a un peuple, composé de vingt-six cantons et de centaines de communes, qui a exprimé sa citoyenneté sur de nombreux sujets.

 

Le peuple suisse, qui se frotte depuis tant de décennies à la démocratie directe, et connaît depuis 1919 le scrutin proportionnel, ce vieux peuple multiple et bigarré, aux parlers différents, aux religions diverses, ou sans religion, peu importe, a la chance de bénéficier d’une pratique de la démocratie que beaucoup de voisins lui envient. Tenez, nous sommes bien le seul peuple au monde à connaître, pour les vingt ans qui viennent, les dates des votations fédérales. Nous ne savons pas encore sur quoi nous voterons en 2022, mais nous savons quand ! Etrange et fascinant système, où le calendrier de la liturgie citoyenne précède les contenus. Compatriotes, préservons notre démocratie directe, étendons-la, même, plutôt que de la brider : elle est notre bien commun le plus précieux, la promesse du surgissement renouvelé de la volonté populaire, au-delà du petit jeu des élites, des corps intermédiaires et de tous ceux qui, pour étendre leurs prébendes, voudraient nous la confisquer.

 

Ma dernière remarque sera pour appeler, comme je le fais toujours, à l’acceptation du verdict populaire. Dans certaines réactions, cet après-midi, notamment du côté de l’UDC genevoise, je n’ai pas trouvé ce côté bon joueur qu’ils sont pourtant, tout le reste de l’année, les premiers à appeler de leurs vœux. Quand on se mobilise, depuis plus d’un an, sur un sujet qu’on n’a inventé qu’à des fins électorales liées à l’automne 2013, un sujet si lointain de son patrimoine génétique de parti, on accepte la défaite avec un peu plus de majesté.

 

Pascal Décaillet

 

16:20 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Imprimer |  Facebook | |

25/09/2014

Caisse publique : l'après-28-septembre a commencé

 

Sur le vif - Jeudi 25.09.14 - 16.43h

 

J’ai déjà plaidé ici pour la Caisse publique, déjà précisé que je serai dimanche dans le camp des perdants, déjà annoncé que je respecterais bien sûr la décision majoritaire. Le peuple et les cantons, sans aucun doute, refuseront le texte qui nous est soumis. Mais je suis citoyen de Genève, et il est fort possible que mon canton dise oui. Possible, aussi, que nous soyons confrontés dimanche à une nette différence de sensibilité, liée à la conception du rôle de l’Etat, entre Romands et Alémaniques. Assurément, la carte du vote sera, comme toujours, passionnante à étudier, canton par canton, district par district, commune par commune.

 

Si Genève, dimanche, dit oui, admettons même un oui bien net, et que la Suisse dit non, il faudra bien sûr commencer par reconnaître la légitimité voulue par la majorité. Donc, faire le deuil de ce modèle de Caisse publique avec agences cantonales ou intercantonales, pour l’assurance de base. Comme nous fîmes, en mars 2007, le deuil de la Caisse unique. Mais cela ne signifiera en rien la fin du combat pour une conception plus cohérente de l’assurance-maladie en Suisse, avec un rôle plus important de l’Etat. Il faudra, dès ce soir-là, prendre des rendez-vous avec l’avenir. En jetant dans la discussion, dès dimanche, d’autres modèles de gestions des Caisses, pour l’assurance obligatoire. Des hommes comme Mauro Poggia et Pierre-Yves Maillard, ministres de la Santé dans les cantons de Genève et Vaud, seront attendus au tournant. Le premier d’entre eux, sur le plateau du « Grand Genève à chaud » dimanche dès 18.30h, pourrait être amené à nous en dire un peu plus.

 

La partie sera serrée. Il s’agira d’esquisser des solutions cantonales, ou intercantonales, sans donner l’impression de bafouer la décision souveraine du peuple et des cantons, si ces derniers disent non. J’ai assez plaidé ici, depuis des années, pour que les décisions populaires soient respectées, pour m'inscrire contre toute manœuvre de contournement. Mais dans le domaine de l’assurance maladie, la part de responsabilité des cantons est assez ample pour qu’on puisse se permettre, tout au moins, d’imaginer des solutions de réformes locales ou régionales, qui de toute manière seront soumises au souverain : faire l’économie d’une onction populaire, par des jongleries administratives, conduirait à la catastrophe.

 

Deux choses encore. D’abord, cette augmentation de 4% en moyenne des primes pour 2015, annoncée aujourd’hui, à J – 3, sans trop influencer un vote qui s’est déjà, en écrasante majorité, opéré par correspondance, ne manquera pas d’échauffer les esprits. Car ces derniers, même dans le camp des opposants, sont très rares à considérer le statu quo comme une solution viable. « Le statu quo n’est pas une option », affirmait il y a quelques jours Alain Berset, à la RSR.

 

Ma dernière remarque sera pour regretter – mais sans larmoyer – qu’en matière d’assurance-maladie, la Suisse n’ait encore jamais su écrire, comme elle le fit en 1947 – 1948 en matière de retraite, une grande et belle page, lisible, rassembleuse et cohérente, de l’Histoire de nos assurances sociales. C’est dommage, car ce sont les grands réseaux de mutualité et de solidarité qui, depuis 1848, ont fait la Suisse moderne. Dans les infrastructures ferroviaires (les CFF remplaçant progressivement les compagnies privées, sous l’impulsion volontariste des radicaux). Mais aussi, dans les assurances sociales. Cela passe par des solutions d’Etat. Cela ne signifie pas « étatistes », ni « travaillistes » dans le sens de la Grande Bretagne de l’immédiate après-guerre. Mais des solutions à hauteur d’Etat. A hauteur d’une codification capable de nous rassembler, là où la somme des aventures privées, individuelles, axées sur le seul profit et le mythe de la concurrence, n’a clairement pas fait ses preuves.

 

Pascal Décaillet

 

16:42 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

24/09/2014

Meurtre des TPG : un procès politique ?

 

Sur le vif - Mercredi 24.09.14 - 17.29h

 

D’abord, la seule chose qui compte : un homme en a tué un autre. C’est cela, l’essentiel. Et c’est à la famille de la victime, sa douleur, que nous devons penser. Et cet homme, qui en a tué un autre, doit prendre ses responsabilités face à la justice, seule habilitée à démêler l’affaire, et statuer.

 

Mais il y a tout de même un problème dans cette affaire du meurtre des TPG. Parce que la victime était frontalière, des voix s’élèvent pour nous dire, en substance : « Voyez le résultat de certains discours politiques », allusion bien sûr au MCG. Et là, je ne suis pas d’accord. Parce qu’à ce jour, à moins de connaître à fond le dossier, nul d’entre nous n’est habilité à produire cet amalgame. Je veux dire le produire dans ce cas précis, intrinsèque.

 

Et puis, il y a autre chose qui me chicane : le rôle du Procureur général. Ce dernier, comme on sait, a de nombreux adjoints, et ne descend que rarement lui-même dans l’arène, pour porter la réquisition. Pourquoi, dans ce cas précis, a-t-il choisi de le faire ? Quel signal a-t-il voulu donner ? On nous dira que le théâtre d’opérations du meurtre implique le Grand Etat (une importante régie), je ne suis pas sûr que l’argument soit suffisant.

 

Pour moi, Olivier Jornot a commis une erreur. D’aucuns ne se gêneront pas de lui rappeler son origine politique (le PLR), que l’un des thèmes brassés autour du meurtre est celui de la préférence cantonale, et que le signal donné par sa présence en personne se trouve être, de facto, un signal politique. A cela s’ajoutent certaines maladresses, ou malveillances, de presse. Ainsi, lorsque le Temps, dans son édition en ligne d’aujourd’hui, parle de « l’exécution d’un frontalier », on ne peut que d’interroger sur le choix des mots. Tout cela, au final, donne le sentiment d’un procès à forte tonalité politique. Pas sûr que la famille de la victime, parfaitement légitimée à faire valoir ses droits, ait besoin de tout ce brassage périphérique, par rapport au drame qu’elle a vécu.

 

 

Pascal Décaillet

 

17:29 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

Indignation sélective

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 24.09.14

 

J’ai toujours, depuis de longues années, soutenu le peuple palestinien. Toujours, j’ai dit et écrit qu’il devait avoir un Etat à lui. Un Etat ! Et non une simple autonomie administrative dans le cadre d’une occupation qui date de 1967. Mais toujours, disant cela, j’ai ajouté qu’un autre Etat, Israël, devait voir reconnu son droit total à l’existence. Et que les enfants de ce pays devaient aller à l’école sans que le bus scolaire ne risque une explosion par attentat. En clair, comme l’immensité de mes compatriotes suisses, je plaide pour une paix durable, fondée sur la dignité de deux Etats souverains. Mes nombreux voyages au Proche Orient m’ont convaincu de cette position.

 

Solidaires avec la Palestine, oui. Surtout au moment où les populations civiles de Gaza font les frais d’une riposte disproportionnée d’Israël. Solidaires, mais dans l’équilibre et, non dans l’unilatéralisme. A cet égard, au moment où plusieurs centaines d’artistes et d’intellectuels suisses envoient au Conseil fédéral (ce mardi 23 septembre) un appel de solidarité avec les Palestiniens, on a quand même envie de leur dire que leur indignation a tendance à toujours aller dans le même sens. Certains d’entre eux – pas tous – déploient contre Israël, oui contre Israël même et pas seulement contre la disproportion militaire, une haine farouche, qu’ils peinent à dissimuler. On aimerait aussi les entendre, ces voix indignées, lorsque des populations civiles israéliennes tombent dans des attentats. Ces jours-là, hélas, ils sont bien silencieux.

 

Pascal Décaillet

 

14:34 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

Etats 2015 : longue vie à la gauche !

 

Sur le vif - Mercredi 24.09.14 - 10.14h

 

Dans mes années bernoises, j’adorais aller au Conseil des Etats. Il y avait cette antichambre si paisible, sans un bruit, l’odeur de la pipe de Gilles Petitpierre, le souvenir de très belles discussions avec cet homme brillant, mais aussi la parfaite courtoisie de tous, le sourire de mon ami Otto Schoch, représentant radical des Rhodes Extérieures d’Appenzell, qui avait présidé en 1990 une commission sur la réforme de l’armée à laquelle, avec entre autres Uli Windisch et Martin Killias, j’avais eu l’honneur d’appartenir. Nous avions siégé toute une année, dans tous les coins du pays.

 

Les Etats, c’est la Chambre des Cantons. Autant dire que dans un pays fédéraliste, ça n’est pas rien. Les 46 représentants du « Stöckli » défendent bien sûr l’intérêt du pays tout entier, mais aussi celui de leurs cantons respectifs. Très important dans les questions touchant, par exemple, aux finances, aux grandes infrastructures routières ou ferroviaires, à l’assurance maladie. Ils sont ceux, véritablement, qui montent à Berne pour défendre l’intérêt supérieur de leur canton. On y parle assis (ce qui m’a toujours un peu dérouté), chacun dans sa langue, sans traduction. On attend donc d’un conseiller aux Etats francophone un bon niveau d’allemand, et l’inverse pour les germanophones. Quant aux représentants de la Suisse italienne, aucun souci pour eux : la plupart parlent parfaitement trois de nos quatre langues nationales.

 

Et puis, il n’y a que deux conseillers aux Etats par canton (un seul par demi-canton), alors qu’au National, la représentation est proportionnelle au nombre d’habitants : beaucoup d’élus pour Zurich, très peu pour Glaris. Deux par canton, c’est plus visible. Le poste est donc, au moment des élections fédérales, particulièrement prisé. Mais le chemin d’accès est tout sauf facile : les politiciens les plus chevronnés s’y sont cassé les dents, Blocher par exemple.

 

Il faut, aux Etats, des personnalités rassembleuses. Capables de faire des voix sur leur personne, au-delà de leurs familles politiques. Olivier Reverdin, qui avait été mon professeur à l’Université, mais aussi le patron du Journal de Genève, un helléniste hors pair, le président de l’Assemblée du Conseil de l’Europe et du Fonds national de la recherche scientifique, en était une, respecté au-delà de son étiquette libérale.

 

Dès lors, qui représentera Genève aux Etats entre 2015 et 2019 ? Face aux deux sortants, la socialiste Liliane Maury Pasquier et le Vert Robert Cramer, qui tiennent la place et bénéficient de l’avantage du terrain, ayant tissé leurs réseaux, qui de droite pour oser s’emparer de l’un des sièges, voire les deux ? Réponse : à ce jour, d’une façon qui serait évidente, personne. Car dans la droite genevoise, principalement l’Entente, les grandes figures n’existent plus. Les dernières d’entre elles, ultimes cartouches, ont été casées au Conseil d’Etat. On n'imagine guère qu’à peine élus, ou réélus, ces gens aient le front de trahir leurs électeurs (pour cinq ans) pour s’en aller à Berne. Car désormais, il faut choisir : on est conseiller d’Etat ou aux Etats, pas les deux.

 

Dans la députation actuelle au National, on ne semble pas se presser au portillon pour courir au casse-pipe, le dernier ticket d’Entente, pourtant constitué de deux locomotives, avait échoué il y a quatre ans, cela laisse des traces. Quant au recyclage d’anciens conseillers d’Etat, ayant déjà blanchi sous le harnais pendant douze ans, accompli une législature de trop et très modérément forcé leur talent dans l’ordre de la capacité de travail, on se dit que la Chambre des Cantons a peut-être une autre vocation que celle d’assurer des rentes à vie, aussi débonnaire et sympathique soit l’intéressé.

 

Reste la question majeure, la stratégie électorale. Dans une élection de type majoritaire, il faut serrer les rangs. La gauche, disciplinée dans ces cas-là, sait le faire, et elle aurait tort de s’en priver. Mais face à elle, quid ? Une droite en lambeaux ! Des caciques de l’Entente qui ne cessent, à longueur de journées, au lieu d’attaquer la gauche, de s’en prendre à la troisième force du canton, dite « nouvelle », oui ce Tiers État de la politique genevoise, jailli des élections cantonales, et qui assurément aura marqué d'ici là des points, notamment dans les communes suburbaines, aux municipales du printemps 2015. Si l’Entente et le bloc MCG-UDC ne sont pas capables de passer des accords sur des personnes rassembleuses, le duo Cramer – Maury Pasquier perdurera. Nous pourrons dire « longue vie à la gauche », et nous frotter les mains d’avoir à Genève la droite la plus bête du monde.

 

 

Pascal Décaillet

 

10:14 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

23/09/2014

Et Dieu créa la nostalgie

img-thing?.out=jpg&size=l&tid=69191770 

Sur le vif - Mardi 23.09.14 - 15.45h

 

Les jeunes, aujourd’hui, ou les amnésiques, ne voient en elle que la dame de 80 ans qu’elle sera dimanche. D’abord, je veux dire ici que c’est très beau, une dame ou un homme de 80 ans, c’est une vie encore présente, une somme de bonheurs et de cicatrices, une mémoire. J’ai eu la chance de voir mes parents dépasser cet âge, n’ai jamais eu l’impression d’un naufrage, juste la vie qui va, vers son terme. Le destin de Bardot, vieillir, est notre lot à tous. Moi aussi, je me sens vieillir. Et toi, qui me lis ?

 

Bien sûr, cette octogénaire a quelque chose d’un peu particulier : elle fut l’une des plus belles femmes du monde. Elle le fut, et ne l’est plus : voir partir notre jeunesse, c’est aussi notre lot à tous. En cela, Brigitte Bardot n’est rien d’autre qu’un humain comme un autre, celui dont les années de lumière et de facilité s’éloignent, pour laisser la place au chemin d’aspérité. Mais aussi, à cette incroyable sérénité, délestée des angoisses de la jeunesse. Vieillir, ou mûrir si le mot vous fait peur, ça n’est justement pas accumuler, mais s’enrichir en se dessaisissant. Par soustraction, se préparer à l’essentiel.

 

Toute ma vie, déjà enfant, j’ai aimé le passé, la nostalgie. Cela s’appelle le romantisme, allemand bien sûr, celui qui produisit les plus grands poètes, les musiciens. Et dans mon enfance, il y avait Bardot. Nul, de moins de cinquante ans, ne peut imaginer l’effet qu’elle produisait. Ça n’est pas de la star, pourtant, que je veux aujourd’hui me souvenir, mais de sa présence de feu sur les écrans. Je tiens le Mépris de Godard pour l’un des plus grands films du monde, Bardot y est tout simplement bouleversante. Je voudrais prendre ce film avec moi, pour unique viatique, sur une île grecque, dans les rivages éblouissants de la mer bleue, le voir et le voir encore. Le prendre, oui, dans l’ultime traversée du dernier fleuve, Styx ou Achéron, comme vous voudrez, le Petit ou le Grand Rhône, la Dranse ou le Trient me convenant aussi à merveille.

 

Aujourd’hui, je veux dire merci à cette dame, à quelques jours de ses 80 ans. Je ne parlerai ni de ses positions politiques, ni de la cause animale, ni de la trace des ans. Je parlerai juste de la vie qui va, et de cette dame hors normes, naguère pour sa beauté, aujourd’hui pour sa liberté. Bon Anniversaire, Madame Bardot.

 

 

Pascal Décaillet

 

15:45 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

21/09/2014

La droite doit se réconcilier avec l'Etat

 

Sur le vif - Dimanche 21.09.14 - 15.27h

 

Avant de considérer l’éternelle triangulation entre les trois grandes familles des droites suisses (PDC, PLR, UDC), posée une nouvelle fois, ce matin, à fins électorales, dans la presse alémanique, avec sa faux d’agronome, par le géomètre Christophe Darbellay, il convient évidemment de se plonger dans l’Histoire. D’où viennent ces grandes familles de droite ? Surgies de quels combats, principalement au dix-neuvième siècle ? Portées par quels grands journaux, quelles grandes plumes, quelles grandes voix ? Installées depuis quand au plan fédéral ?

 

Et puis, il faudra multiplier toute cette réflexion par vingt-six, nos Histoires politiques étant éminemment cantonales : le radicalisme valaisan n’a pas grand-chose à voir avec le zurichois ; la démocratie chrétienne genevoise est fort éloignée des étendards noirs de la Suisse centrale. Sans cette approche diachronique, multiple et nuancée, l’observateur politique, faute de recul, se laissera trop facilement saisir par les pièges de la rhétorique électorale, tous partis confondus. Appel, donc à la culture. Appel à l’Histoire. Appel à lire voracement, par exemple, les ouvrages si remarquables d’Olivier Meuwly sur le destin de nos partis politiques suisses, ces deux derniers siècles. A l’exception de ce dernier, et Dieu merci de quelques autres, il manque aujourd’hui, en Suisse, une véritable école de réflexion sur la nature profonde, la philosophie, le chemin historique des différentes droites en Suisse, depuis 1848, voire 1798.

 

J’affirme ici que dans l’improbable géométrie triangulaire des trois grandes familles que sont le PDC, le PLR et l’UDC, un facteur fatal d’illisibilité procède du divorce, depuis une trentaine d’années, entre une partie de la droite suisse et le sens de l’Etat. Je fais partie, comme on sait, des défenseurs d’un Etat fort (ce qui ne signifie pas tentaculaire), un Etat solide et dynamique, actif non seulement dans ses fondements régaliens (la sécurité, la défense nationale, les Affaires étrangères, les grandes infrastructures routières ou ferroviaires), mais aussi, avec la même puissance, dans les assurances sociales, la santé, l’école. D’où ma position, certes d’avance perdante, mais à laquelle je ne retranche rien, sur la Caisse publique. Or, cette défense de l’Etat (je dis de l’Etat, et non d’une armada de fonctionnaires derrière des guichets), pourquoi la droite, depuis plus d’une génération, l’a-t-elle laissée à la gauche ? Comment des hommes et des femmes de grande culture républicaine ont-ils pu à ce point se laisser phagocyter, depuis trente ans, par les mirages du libéralisme, souvent alliés à l’individualisme libertaire, le culte de l’argent facile, l’évanescence de la structure collective au seul profit de l’affirmation de la réussite individuelle ? Où sont-elles passées, les grandes voix radicales, populaires, joyeuses, celle d’un Jean-Pascal Delamuraz ? Doivent-elles, devant l’éternité, faire silence face à la religion du profit, ou tout au moins face à cette nouvelle génération de parlementaires fédéraux, montés à Berne comme commis-voyageurs de la banque privée, des magnats des grandes pharmas, ou des géants de l’assurance-maladie ?

 

Oui, je regrette infiniment le temps des radicaux. Ils sont, en Suisse, ceux qui ont fait l’Etat moderne. Ils l’ont conçu intellectuellement, incarné par de grandes figures, réalisé par d’immenses projets collectifs. Cela, dans les cantons (Fazy, Druey) et au niveau fédéral. Oui, ces hommes-là, aux côtés de quelques socialistes d’exception, comme Tschudi à Berne ou Chavanne à Genève, ou d’un incomparable PDC comme Furgler, ont façonné la Suisse d’aujourd’hui. Ils avaient en commun un sens profond de l’Etat. Où sont-ils, aujourd’hui, ces hommes-là ? Pourquoi la droite suisse devrait-elle être à tout prix libérale, libre-échangiste, à l’anglo-saxonne, et tout l’intérêt, toute l’attention pour le domaine régalien devraient-ils être abandonnés à la seule famille de la gauche ?

 

Immense erreur. Les années de bulle financière, de dérégulation, d’abandon de l’idée de service public, ont créé, dans les consciences suisses, une assimilation entre « droite » et « libéralisme ». Oh, le libéralisme a parfaitement le droit d’exister, d’avoir ses hommes et ses femmes, ses journaux, ses lobbys. Mais enfin, l’univers complexe et passionnant, pétri d’Histoire, de la droite suisse ne saurait se ramener à cette seule famille de pensée. Je plaide ici pour que ceux, dans les partis de la droite suisse (PDC, PLR, UDC) qui croient encore dans le rôle et la mission de l’Etat, se réveillent. On peut être de droite et aimer l’Etat. De droite, et aimer passionnément l’idée républicaine. De droite, et vouloir des assurances sociales puissantes, efficaces, solidaires et mutuelles, échappant aux mécanismes du profit, organisées dans l’intérêt de tous. Si la grande famille de pensée des droites suisses continue de laisser dériver le discours sur l’Etat dans les seules eaux territoriales de la gauche, alors elle fera le lit de tous ceux, dans notre pays, qui voudraient faire l’économie d’une réflexion collective, au seul profit de l’affirmation individuelle. Philosophiquement, c’est une posture. Politiquement, dans un pays comme la Suisse, construit sur l’acceptation des différences dans l’assomption d’un destin commun, c’est le début du suicide.

 

Pascal Décaillet

 

15:27 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

19/09/2014

La vraie leçon des Ecossais

 

Sur le vif - Vendredi 19.09.14 - 09.35h

 

Je ne m’exprime pas ici sur la réalité intrinsèque du non écossais (55%) à l’indépendance, mais sur le signal délivré à l’idée régionaliste en Europe. A la vérité, une douche écossaise. Et qui fait du bien. Parce qu’elle remet les idées en place, autour du réel, et vient calmer les ardeurs de démembrement des nations actuelles chez tant de nos beaux esprits : il est vrai que la région, c’est sympa, et la nation c’est méchant. A ces modes de pensée, qu’on qualifiera de libertaires gentilles, ces Canada Dry de la pensée de Denis de Rougemont, le non des Écossais, la volonté de ces derniers (malgré une profonde et magnifique identité historique, culturelle et géographique) de demeurer dans le Royaume Uni, constitue une vraie, une belle leçon.

 

Les Écossais ont voulu voir plus loin que leur identité, plus loin que leur ethnie, plus loin que leurs intérêts économiques immédiats (mettre la main directement sur le pétrole de la mer du Nord, sans le truchement de Londres, eût été la promesse d’une manne facile pour la nouvelle nation indépendante). Ils ont choisi de maintenir de lien, plusieurs fois séculaire, parfois dans la douleur, mais si souvent dans la seule communauté qui scelle vraiment, celle du sang versé, avec leurs voisins au sein de cette grande île, maintes fois admirable lorsqu’il s’est agi de défendre son indépendance, et plus récemment les peuples libres.

 

Bien sûr que le pays de Marie Stuart a une identité incroyable, une personnalité extraordinaire. Mais 55% des électeurs de ce peuple a jugé qu’il existait d’autres critères que la seule identité. Voyez-vous, pendant toute cette campagne référendaire, lors de longues promenades en montagne, je pensais à l’héroïsme et la loyauté des régiments écossais, fauchés le 18 juin 1815, lors de la bataille de Waterloo. Pour qui sont-ils tombés ? Pour la seule Écosse, ou pour une entité plus grande, que le duc de Wellington avait charge de conduire ? Tous ces Écossais, tombés sur tous les champs de bataille de l’Empire britannique, ont partagé leur sang avec celui des Anglais, des Gallois, des Irlandais du Nord, sans compter celui des Canadiens, des Néo-Zélandais, des Australiens.

 

De quoi élargir, au fil des siècles, l’horizon d’attente et l’ambition d’appartenance d’un peuple impétueux, légitimement attaché à ses racines, ses légendes, ses musiques, ses folklores. J’ai aussi, toujours sur mes sentiers valaisans, beaucoup pensé à l’œuvre de Maurice Chappaz, écrivain et poète bagnard, aussi ancré qu’il était universel. Universel, parce que justement ancré. Ce qu’on peut reprocher aux adeptes de la gentille région contre la méchante nation, c’est justement d’opposer l’ancrage à l’élargissement. Certains d’entre eux rêveraient même que l’homme idéal ne fût de nulle part. Comme si nous étions, nous humains, issus d’autre chose que de la terre, d’autre sève que des racines. Jaillis d’elles, oui, pour mieux y retourner.

 

 

Pascal Décaillet

 

09:35 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Imprimer |  Facebook | |

18/09/2014

Le Conseil d'Etat rétablit le vote censitaire

Stamp_Switzerland_1881_25c.jpg 

Sur le vif - Jeudi 18.09.14 - 16.45h

 

85 centimes (ou même 1 franc, si on opte, contrairement à la Chancellerie, pour le courrier A), ça n’est évidemment pas beaucoup. La plupart d’entre nous, lorsqu’ils se promènent dans Genève, ont au moins un franc sur eux. Encore que nous soyons un peu moins à disposer sur notre personne de cet objet de plus en plus désuet, et dont la collection me ravissait dans mon ancestrale enfance, un timbre-poste.

 

Il faudra donc, désormais, pour avoir le droit de voter, engorger les bureaux de poste pour se procurer un timbre. Une longue queue pour la plus aguicheuse des dentelles. Déjà que la notion même de « bureau de poste » relève d’une autre époque. Merci, donc, au Conseil d’Etat genevois, dans sa mesure de réduction de charge numéro 7, Département présidentiel s’il vous plaît, d’avoir instauré la « suppression de la gratuité du retour des votes par correspondance ». Outre qu’il y flotte un très léger parfum de pouvoir censitaire (ça tombe bien, il paraît qu’on célèbre, seuls en Europe, la Restauration), nul doute que le citoyen appréciera la hauteur de vue, la captation politique budgétaire d’ensemble, l’acuité stratégique de ce Conseil d’Etat qui prend plaisir, direction le Paléolithique, à nous faire voyager dans le temps.

 

Mais il y a pire : avez-vous pensé au citoyen centenaire ? Non seulement il devra faire surveiller son déambulateur pendant qu’il fait la queue dans l’extraordinaire ambiance sociale d’un office postal, mais en plus on lui supprime son « cadeau jubilaire ». Double peine ! Vieillir, ah vieillir, ne manquait guère, jusqu’ici de cachet. Seul celui de la poste faisant foi, on sacrifiera le fauteuil sur l’autel de la citoyenneté. Ah, les braves gens ! Victimes du pointillisme pusillanime d’un budget fourre-tout, sans vision, sans véritable courage. Juste celui du Catalogue de la Redoute, ou de la Samaritaine. A moins que cette dernière ne soit trop occupée à aider le centenaire à saliver l'extase de pouvoir voter.

 

Pascal Décaillet

 

16:45 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Citoyens, cultivez-vous !

 

Commentaire publié dans GHI - 17.09.14

 

Les politiques sont-ils tous des menteurs ? Non, assurément ! J’affirme même ici que l’écrasante majorité d’entre eux, tous partis confondus, sont des gens sincères, intéressés avant tout par le bien public, généreux de leur temps et de leur engagement. Pour autant, faut-il les croire ? Là, la réponse est beaucoup plus nuancée. Non qu’ils travestissent à dessein la réalité, mais pour une raison simple : l’essence même du discours politique, qui est de convaincre sur un programme et surtout sur le choix d’une personne, ne vise évidemment pas la recherche de la vérité. Mais la séduction d’un moment. La parole politique se rapproche donc davantage du message publicitaire.

 

Cela n’a rien de grave. Il suffit de le savoir. Et, toujours, de décortiquer, décrypter, mettre en perspective, défricher le champ des intérêts réels, pour ne pas être le jouet du discours. Cela implique, de la part des citoyens, une volonté critique, une posture d’analyse du langage, mais aussi la connaissance la plus profonde possible de l’Histoire, des antécédents, des modèles. Plus le citoyen s’informe, plus il approfondit sa culture politique et historique, plus il s’intéresse au choix des mots, mieux il sera armé pour forger, en toute indépendance des pressions, ses outils de décision politique. Ce travail-là ne s’exerce pas contre les partis, qui sont indispensables en démocratie, encore moins contre le personnel politique, mais en faveur de l’énergie citoyenne, celle qui vient d’en bas, se veut lucide et critique, et non moutonnière. En Suisse plus que partout, cette acuité doit être encouragée, puisque le suffrage universel est constamment appelé à trancher les grands débats.

 

Les politiques, il faut les juger non sur leurs paroles, mais sur leurs actes. Un exemple : le 18 juin 1954, Pierre Mendès France, désigné par l’Assemblée pour former un gouvernement, se donne un mois, pas un jour de plus, pour résoudre la crise indochinoise, le contingent français s’étant laissé encercler dans la cuvette de Dien Bien Phu. Un mois plus tard, exactement, il décroche les Accords de Genève. La légende, parfaitement méritée, pouvait naître, celle d’un homme, tiens pour une fois, qui tient ses promesses. Mais pour un Mendès France, combien de beaux parleurs ? Pour un André Chavanne, qui a révolutionné l’Ecole genevoise en l’adaptant aux exigences de la modernité, pour un Tschudi qui a fait accomplir, en 14 ans, des pas de géants à nos assurances sociales, combien de charlatans du verbe, juste préoccupés par l’élection, la réélection, si ce n’est la rente. Juste soucieux du réseau, cette savante toile d’araignée dans laquelle il faut se trouver, à Genève, pour exister, et où gravitent toujours les mêmes, se tutoyant comme dans un club, échangeant postes et prébendes, en cercle fermé. Exemple : le tout petit réservoir d’hommes dans lequel on puise lorsqu’il s’agit de renouveler les têtes des grandes régies publiques.

 

Citoyens, cultivez-vous ! Lisez des centaines de livres d’Histoire. Intéressez-vous au langage, lisez Saussure, aiguisez votre sens critique. Mieux vous serez armés, mieux se portera la République.

 

Pascal Décaillet

 

10:20 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Imprimer |  Facebook | |

17/09/2014

Esther et le bruissement du silence

 

Sur le vif - Mercredi 17.09.14 - 17.31h

 

Pourquoi Esther Alder, magistrate Verte à l’exécutif de la Ville de Genève, a-t-elle toute sa place, demain autant qu’aujourd’hui, dans la politique municipale ? Pour une raison simple : c’est une politicienne qui prend des engagements et les tient, se fixe des objectifs et se concentre sur eux, pense prioritairement à ses administrés, et surtout se soucie comme d’une guigne du jeu politique. Non seulement, elle ne s’y intéresse pas, mais elle ne joue pas. Jamais dans le miroir. Jamais dans l’allusion. Jamais dans le second degré. Jamais dans le réseau moiré des échos et des reflets. Ses pairs le lui reprochent, la presse croit bon de sourire, tout le petit monde de la Cour ricane.

 

Mais elle, va son chemin. Celui pour lequel elle a été élue. La solidarité sociale en Ville de Genève. L’aide aux démunis. Ces derniers, lorsqu’ils la voient arriver, ne ricanent pas. Parce qu’ils savent que pour eux, elle servira à quelque chose. En cela, Esther Alder, jugée ringarde par la mondanité des modernes et des branchés, pourrait bien, l’air de rien, l’être beaucoup moins par la population : voilà, pour une fois, une politicienne qui ne passe pas son temps à bavarder, mais tente d’agir. Cette fameuse adéquation des actes avec les engagements, principe mendésiste majeur, que je mentionnais dans mon dernier papier.

 

Loin des lazzis, Esther Alder va son chemin, oui. Avec le rythme qui est sien, et n’est certes pas celui du tempo Tschudi, ni des grandes célérités urbaines. Mais ce chemin, le sien, elle le suit. La tâche qu’elle se fixe, elle l’accomplit. Avec des hauts et des bas, bien sûr. Et le public, au-delà des jeux de miroirs qu’on veut bien lui tendre, et avec lesquels on tente de l’éblouir, pourrait bien discerner dans cette force tranquille un atout dans l’ordre de la politique. Peut-être parce qu’il commence, à Genève comme ailleurs, à en avoir plus qu’assez de la sanctification sonore des coulisses. Et pourrait, doucement, se mettre à lui préférer ce qu’Heidegger, parlant de cette Forêt Noire qui lui était si chère, appelait « Das Geläute der Stille ». Le bruissement du silence.

 

Pascal Décaillet

 

17:31 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Imprimer |  Facebook | |

16/09/2014

Respect à nos Musulmans de Suisse

 

Sur le vif - Mardi 16.09.14 - 14.56h

 

Je rumine ce papier depuis des mois. Depuis des années même, sans doute depuis le dimanche de la votation sur les minarets. Résultat que je respecte, car je suis démocrate, mais qui continue de m’apparaître comme une aberration. J’avais profondément combattu cette initiative, j’ai été dans le camp des perdants, c’est la vie. Mais le problème demeure : la manière, dans notre pays, dont certains, hélas de plus en plus nombreux, parlent de l’Islam, est aussi ahurissante qu’inquiétante. Ce qui me frappe, et c’est mon objet ici, n’est pas leur opinion (nous sommes en démocratie, chacun s’exprime), mais le niveau d’inculture que souvent elle dévoile.

 

Méconnaissance totale de l’Histoire des religions. Ignorance crasse sur ce qu’est l’Islam. Ou d’ailleurs, le judaïsme, le christianisme. On a le droit, parfaitement, de s’opposer à une religion, il ne saurait en République exister de dogmes, ni de délit de blasphème. Mais par pitié, qu’on le fasse en connaissance de cause. Cela signifie, avant de stigmatiser, connaître. Et pour connaître, il faut s’informer. Apprendre. Lire, et lire encore. Le domaine religieux, qui m’intéresse comme on sait de très près, est l’un de ceux qui supportent le moins l’amalgame ou l’approximation, l’étiquette lestement collée. Je ne parle pas ici de la foi (je ne m’exprime jamais sur ce sujet), mais de l’aspect historique, culturel, textuel qui doit être maîtrisé lorsqu’on s’exprime sur une religion. Notamment sur l’une des trois religions du Livre (judaïsme, christianisme, Islam), qui précisément, au fil des siècles, ont exprimé leurs sensibilités par la voie de textes. Il conviendrait, un minimum, de se frotter à ces derniers.

 

J’ai eu la chance de découvrir l’Islam sur place, très jeune : à huit ans à Damas, avec ma famille, lorsque nous avons visité la Grande Mosquée des Omeyyades, puis, quelques jours plus tard, les grands édifices d'Istanbul. Puis, trois ans plus tard, lors d’un magnifique été passé avec ma mère à visiter l’Andalousie, ce pays qui fut d’ouverture et de respect mutuels, dont parlent si bien les livres de mon ami Maurice-Ruben Hayoun. Et puis, j’ai eu une deuxième chance, beaucoup plus grande encore : celle d’avoir pendant quatre ans, au primaire (1965-1969), comme professeur de religion un homme d’exception dont j’ai souvent parlé ici, le Père Louis Collomb. Prêtre catholique, il nous a évidemment initiés à cette religion, mais j’atteste ici l’immense respect, l’immense douceur, l’immense tolérance, et surtout la profonde connaissance avec lesquels il nous parlait, notamment, du judaïsme et de l’Islam. Jamais, je dis jamais, au cours de ces quatre ans, il n’a eu le moindre mot dénigrant pour ces religions. Il nous renseignait sur leurs textes, leur foi, leur Histoire. Cela m’a amené, dans ma vie, moi catholique, à ne jamais attaquer d’autres religions.

 

Je conçois pourtant qu’on puisse le faire, rien ne doit être tabou, et il n’y a pas, dans notre espace public, à protéger une religion sous le seul prétexte qu’elle serait religion. Ce que les autorités nous garantissent, et c’est un acquis puissant, c’est la liberté pour chacun de croire ou ne pas croire, pratiquer ses cultes en des lieux déterminés pour cela. Il y a évidemment lieu de s’en réjouir.

 

Mais la manière dont en Suisse on parle aujourd’hui de l’Islam ! Le règne de la confusion. On confond Islam et islamisme, on ne voit l’Islam que dans ses composantes maghrébines, le confondant avec l’arabité, alors que le premier pays musulman du monde est l’Indonésie, et que la grande majorité de nos Musulmans de Suisse sont d’origine balkanique, où l’Histoire de l’implantation islamique, sous la présence ottomane, n’a strictement rien à voir avec celle du Golfe Persique, encore moins celle de l’Afrique du Nord. On profite de l’actualité, en effet abominable, de ces décapitations, pour mettre tous les Musulmans dans le même panier : cet amalgame est non seulement scélérat, mais relève d’une inimaginable inculture.

 

Citoyen suisse, je demande pour les Musulmans de notre pays (et bien sûr aussi pour les autres communautés religieuses) le respect que nous nous devons mutuellement en République. Cela ne doit pas empêcher cette dernière de faire respecter ses règles, ses usages, ses coutumes. Par les Musulmans. Mais aussi par tout le monde : Juifs, Chrétiens, athées, agnostiques, peu importe, la République reconnaît des citoyens et des citoyennes, et non des communautés. Pour l’heure, le plus urgent est de calmer les esprits. Dénoncer les amalgames. Et surtout, INFORMER. Je peine à entrevoir que cette initiation à l’Histoire des grands courants religieux puisse émaner d’une autre instance que de l’École. Pratiquer une telle initiation, évidemment factuelle et culturelle, ça n’est en rien attenter au principe de laïcité. A moins qu’on ne veuille entendre par cette dernière la négation, jusqu’à l’éradication sémantique, de tout ce qui touche, de près ou de loin, au phénomène religieux.

 

Pascal Décaillet

 

14:56 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (71) | |  Imprimer |  Facebook | |

12/09/2014

Plaidoyer pour l'allemand

images?q=tbn:ANd9GcReD4PdEi8LvZ31vy8-9JU5oPK8zczS6qbQMcgcbHxSZvygIHpZ 


Commentaire publié dans GHI - 10.09.14
 

 

Bien sûr, l’anglais est utile, qui le nierait ? C’est une langue véhiculaire, planétaire, facile pour les échanges et le commerce. L’anglais est d’ailleurs aussi une langue de haute tenue littéraire, mais bizarrement ses partisans, tout à la louange de l’affairisme aisé, ne brandissent jamais ces qualités.


 
Je n’entends pas ici m’attaquer à l’anglais, ni jouer une langue contre une autre. Je dis simplement qu’en Suisse, nous avons des langues nationales, parmi lesquelles trois de nos plus importants parlers continentaux : le français, l’allemand, l’italien.


 
L’italien, l’allemand, pour un Suisse, ne relèvent pas de l’exotisme : ces langues, ces cultures font partie de notre patrimoine national. Leur montrer de la défiance, en prônant le primat de la langue du commerce, c’est mépriser ce que nous sommes, ce qui nous constitue, dans l’Histoire et dans le présent.


 
Pour ma part, l’allemand et sa littérature sont toujours venus avant toute autre chose. Une langue d’exception, chantante et complexe, taillée à la fois pour la démonstration cérébrale (la langue de Kant), pour le théâtre (Brecht) et pour la plus raffinée des poésies (Hölderlin, Celan).
 


Au cœur, au plus brûlant de ce notre débat d’été sur les langues en Suisse, j’avais juste envie de crier cela, qui est de l’ordre de la culture et de l’élévation : allez vers l’allemand, allez vers l’italien. Jamais vous ne le regretterez.


 
Pascal Décaillet

 

10:18 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Imprimer |  Facebook | |

10/09/2014

Conseil d'Etat : déjà fatigué !

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 10.09.14


 
Le programme de législature refusé par le Parlement, des majorités de soutien de plus en plus difficiles à trouver, un collège sans cohérence et sans stratégie claire, des caisses de l’Etat vides, voilà à quoi ressemble le gouvernement genevois, moins d’un an après son élection. Sans compter les désaveux en votations populaires. Chaque magistrat, certes, fait ce qu’il peut pour le bien public. Mais on peine, pour l’heure, à entrevoir la moindre dynamique d’ensemble. Bref, le Conseil d’Etat 2013-2018, premier issu de la nouvelle Constitution, apparaît tout aussi fatigué que les collèges précédents. Pire : ces derniers montraient des signes d’usure en fin de législature, alors que celui-ci les affiche au début déjà de son mandat.
 


Dix mois seulement après les élections, il faut déchanter : cette fameuse nouvelle équipe qu’on nous avait promise tout l’automne 2013, à coup de grands discours et de promesses, ce vent nouveau, cette cohérence, rien de cela n’est au rendez-vous. Il ne s’agit pas ici de mettre en cause le travail individuel de tel ou tel magistrat, dans son ministère. Mais de juger les signaux donnés par l’ensemble. Car enfin, si on élit sept conseillers d’Etat, on élit avant tout un gouvernement, qui doit briller par son énergie, son courage, son inventivité, sa résistance aux modes et aux pressions, et surtout sa vision stratégique. Ils ont beau se mettre au vert, se réunir extra muros, prendre du recul en des lieux ombragés, rien n’y fait : la lisibilité de l’action n’apparaît pas.


 
Les causes sont multiples. Elles tiennent beaucoup au système électoral, fruit d’une nouvelle Constitution qui n’a pas poussé la logique réformatrice jusqu’au bout. Sans aller jusqu’à tisser des tapisseries de Bayeux, pour faire référence à l’éblouissant discours tenu en cette ville par Charles de Gaulle en 1946, qui jetait, avec douze ans d’avance, les bases d’une République nouvelle, il faut bien admettre qu’à Genève, les constituants se sont contentés, en termes de réforme gouvernementale, de cosmétique. On ne révolutionne pas un exécutif en ajoutant un an à la législature, ni en déléguant une seule personne à l’inauguration des chrysanthèmes. Résultat : le vrai visage politique du canton, tel que sorti des urnes dans l’élection législative, n’apparaît pas au gouvernement, où l’Entente (quatre magistrats sur sept, alors qu’elle ne représente qu’un gros tiers de l’électorat) est surreprésentée.


 
Ces quatre Messieurs de l’Entente (deux PLR et deux PDC) vont donc passer la législature à encaisser des désaveux au Grand Conseil, et de plus en plus souvent devant le peuple. Ils y sont comme d’avance condamnés, victimes expiatoires d’un mauvais système. Ils s’en consoleront en multipliant les présences entre eux, dans les cocktails et les congratulations mutuelles de l’horizontalité genevoise du pouvoir. Cela leur fera peut-être du bien dans leur sentiment d’éternité au pouvoir, mais ne fera pas avancer le canton d’un millimètre. Triste début, en vérité, pour ce qui devait être la première équipe d’une nouvelle ère, rafraîchie et réinventée, et qui donne déjà l’impression de courir derrière son ombre. Sans jamais la rattraper.
 


Pascal Décaillet

 

22:48 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Bicentenaire : l'Histoire mise à l'écart

 

Sur le vif - Mercredi 10.09.14 - 14.46h

 

1814-1815 : un tournant majeur pour Genève, qui entre dans la Confédération, mais aussi pour la Suisse, qui s’enrichit, avec le Valais et Neuchâtel, de trois nouveaux cantons. Une mutation de la Suisse qui, comme toujours et loin du mythe d’un « peuple heureux » (Rougemont), s’est opérée sous pression extérieure. Et quelle pression ! La chute de Napoléon. 33 ans plus tard, c’est également en symbiose et en synergie parfaites avec les grandes Révolutions de notre continent (France, Allemagne, Autriche, Italie) que la Suisse créera son Etat fédéral. De même, en 1918, c’est exactement pendant les premiers jours de la Révolution allemande, si bien racontée par le romancier Alfred Döblin (November 1918), que notre pays vit cette fameuse Grève générale, qui traumatisa tant l’ordre bourgeois, marqua les mémoires au fer rouge, il suffit pour cela de lire la presse et la littérature des années vingt, trente et quarante. Non, notre pays n’a jamais été isolé (si ce n’est entre 1939 et 1945), il est un pays d’Europe comme un autre, ni meilleur ni pire, tout aussi sensible aux vibrations de l’ensemble du continent.

 

1814-1815 : à Genève, les autorités multiplient les festivités du Bicentenaire. Et c’est là, hélas, le problème : non pas le Bicentenaire, mais l’omniprésence du pouvoir en place. On ne voit et n’entend que lui. Sous prétexte de commémoration, il passe son temps à se mettre en scène lui-même. Non dans l’exercice de la réflexion historique, mais dans celui de la mondanité répétée : Longchamp reçoit Burkhalter, François accueille Didier, les huit épingles qui tirent les deux hommes embarquent dans le même bateau, entre soi on se sourit, on se congratule. De loin, de la côte, avec des jumelles de chasse, faute de grive, on tente d’apercevoir les ministres, ils boivent un verre entre eux, sur le pont. Tant mieux pour eux. Mais c’est un peu juste.

 

J’ai pas mal étudié les commémorations, et cite souvent ici les époustouflants « Lieux de mémoire », publiés chez NRF par l’historien Pierre Nora. Et je me dis que pour commémorer, il faut avant toute chose avoir de quoi se souvenir. Lorsqu’un pays – la France – a perdu un million et demi d’hommes au combat en quatre ans (du 2 août 1914 au 11 novembre 1918), soit une moyenne d’environ mille par jour, on peut aisément comprendre que les survivants, face à l’immensité du vide, l’omniprésence d’un deuil touchant chaque famille, le silence hébété de l’absurde (dont nous parlera Céline dès le Voyage), s’embarquent, à force de marbre et de bronze, dans l’aventure des monuments aux morts. Qui serions-nous, les Suisses, demeurés neutres pendant cette boucherie, pour oser leur articuler le moindre grief, même si le goût artistique des stèles et des Poilus de village n’est pas toujours à la hauteur de Rodin ?

 

Mais Genève et 1814-1815, c’est autre chose. Nous commémorons assurément un événement important, mais enfin il n’est nullement porté par le tragique de l’Histoire, le rapprochement entre Genève et la Confédération s’étant opéré en douceur, progressivement, avec plusieurs dates-clefs échelonnées sur deux ans, comme l’ont très bien montré nos historiens. L’objet commémoré n’aura donc pas sur le public d’aujourd’hui la puissance d’émotion qui vous monte à la gorge lorsque vous vous rendez sur le mémorial d’un camp de la mort où dans un cimetière militaire du côté de Verdun. Le rapport du public ne passera pas par l’immédiateté d’un instinct : il faut, en profondeur, lui EXPLIQUER ce que nous commémorons, et pourquoi l’événement passé nous lie à notre présent. C’est ce que nous avions tenté de faire, infatigablement, un ou deux collègues et moi, à la RSR en 1998, lorsque nous avions monté nos innombrables émissions spéciales (décentralisées dans tous les cantons) autour du 150ème de l’Etat fédéral et du 200ème de la République helvétique.

 

Cette tâche explicative, cette mission d’exégèse, ont-elles été accomplies à Genève pour ce Bicentenaire ? La réponse, sans faillir, est non. Nos autorités, toutes empressées à se mettre elles-mêmes en scène comme agents de commémoration, on largement négligé l’essentiel : l’Histoire elle-même, cette prodigieuse discipline qui constamment exige prise de distance, remise en question, retour aux sources et aux archives. Du coup, on célèbre, on concélèbre, on trinque, on se congratule, toujours les mêmes réseaux, toujours François avec ses quatre épingles, mais le plus important, la réinvention de l’éclairage historique, on le laisse de côté. Tout au plus quelques costumes, gentillets, juste dépoussiérés du cortège de 1964 (dont l’auteur de ces lignes, six ans à l’époque, garde un souvenir certes diffus, mais joyeux et coloré). Tout au plus, quelque camions de pompiers, à travers les âges. Mais sur l’encouragement au chemin intellectuel de la découverte historique, peu de choses. Tout aussi peu, hélas, sur la seule chose, au fond, qui vaille, dans un chemin de commémoration : l’actualisation brechtienne avec ce que nous sommes aujourd’hui. Car enfin, ce sont les hommes et les femmes de 2014-2015 qui commémorent, c’est à eux qu’on parle, à leurs consciences qu’on s’adresse, à leurs capacités de mémoire, d’imagination, de projection qu’on esquisse une mise en scène. Oui, j’aurais voulu un Brecht, ou un Heiner Müller, pour assumer avec élévation l’évocation de ces années-là. Hélas, nous n’eûmes que l’éternité épinglée de François, accueillant Didier, ou même (dans un numéro récent du Temps) face à son miroir. De ce Bicentenaire, nous retiendrons la ronde des commémorants, malheureusement alliée à la mise à l’écart de l’appel à l’Histoire.

 

Pascal Décaillet

 

14:46 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

09/09/2014

Caisse publique : les raisons de mon oui

 

Sur le vif - Mardi 09.09.14 - 12.57h

 

Le 28 septembre, je dirai oui à la Caisse publique d’assurance-maladie, tout comme j’avais déjà, le 11 mars 2007, dit oui à la « Caisse maladie unique et sociale », nettement rejetée par le peuple et les cantons, principalement pour la question de son financement. Je dirai oui, et j’explique ici pourquoi, en précisant que de bons arguments existent des deux côtés. Disons-le tout net : j’ignore si la Caisse publique nous permettra de payer des primes moins exorbitantes qu’aujourd’hui, ce qui est assurément le souci majeur de la population, et je place le débat sur le seul plan qui m’intéresse dans les affaires politiques, celui de la vision citoyenne. La conception, en l’espèce, que je me fais du rôle de la santé publique dans une société humaine organisée, qu’on appelle « Etat ».

 

La LAMAL (loi sur l’assurance-maladie), je la connais par cœur, ayant assisté à Berne, il y a vingt ans, à l’intégralité des débats parlementaires sur la genèse de cette loi. J’ai vu tous les conseillers fédéraux s’y casser les dents, Flavio Cotti, Ruth Dreifuss, Pascal Couchepin, Didier Burkhalter, Alain Berset. Je ne recenserai pas ici les multiples raisons qui ont conduit à l’explosion des primes dans notre pays, nous les connaissons tous, et l’une d’entre elles, majeures, est évidemment la surconsommation médicale.

 

Mais surtout, ce qui a le plus lamentablement échoué, et qu’on nous brandissait pourtant, au milieu des années 1990, dans une idéologie libérale que n’allait pas arranger le courant blairien (contaminant jusqu’à  notre gauche en Suisse), c’est la mise en concurrence des Caisses. J’encourage tout historien en instance de mémoire ou de thèse à aller rechercher, dans les archives audiovisuelles et celles des journaux, les argumentaires d’il y a vingt ans, ces promesses de magie libérale, où le dogme du marché, d’inspiration anglo-saxonne, remplaçait celui d’une économie en effet passablement dirigiste, héritée de la guerre et des années d’après-guerre. Oui, j’espère que les historiens vont nous ressortir ces argumentaires avec leurs mirages de libéralisme post-moderne, où ce tout qui ressemble à une solidarité sociale, une mutualité au sein d’une communauté humaine, devait s’évaporer au profit des vertus de la concurrence-reine. Vingt ans après, le résultat est là. C’est un échec. J’ignore si un système d’Etat eût fait mieux, je ne me risquerais pas à l’affirmer. Mais la mise en concurrence est une cruelle défaite. Il faut aujourd’hui en prendre acte, en saisir la mesure.

 

A mon tour, je ne prétends pas que la prise en charge de l’assurance de base par une caisse-maladie nationale de droit public, avec agences cantonales ou intercantonales, serait une quelconque panacée. Mais comme citoyen, je veux y croire : non à la panacée, mais à quelque chose de plus solide, de plus juste, de plus solidaire, de plus conforme à l’idée que je me fais de la prise en charge de la santé au sein d’une nation moderne. Depuis toujours, je plaide pour que la santé (tout au moins dans l’assurance de base) échappe aux mécanismes de concurrence du privé. Pourquoi ? Mais parce qu’elle est d’intérêt éminemment public ! Parce qu’elle est notre bien le plus précieux, la condition de notre vie. Parce que chacun d’entre nous doit pouvoir accéder aux soins de base. Aussi, parce qu’économiquement, le libéralisme n’a jamais été ma vision des choses. Et qu’il existe pour moi d’autres valeurs que celles du profit. Par exemple, l’Etat. Par exemple, la République. Par exemple, la solidarité. Au nom de ces principes, dont vous voyez bien qu’ils sont politiques et non techniques, j’estime que la Suisse doit au moins essayer le modèle de Caisse publique que nous proposent les initiants.

 

Ensuite, quoi ? Eh bien ensuite, hélas, le 28 septembre, ce modèle sera refusé, sans doute par la puissance majoritaire du vote alémanique, où la conception du rôle de l’Etat n’est pas la même que dans les cantons latins. Je serai donc, le 28, dans le camp des perdants. Mais au moins, j’aurai plaidé. Reste que la Suisse, cette belle et vivante démocratie qui, à commencer par l’AVS en 1947-1948, a inventé après la guerre un réseau enviable d’assurances sociales, n’a pas réussi ce pari dans l’ordre de l’assurance-maladie. Partisan d’un Etat fort, je rêve d’une Révolution comparable à celle de l’instauration, à la Libération, de la Sécurité sociale par le général de Gaulle. Quelque chose, pour l’assurance de base, de puissamment collectif. Une réforme qui ressemble à une urgence d’Etat, inspirée par un mouvement de solidarité et de justice. Cela ne sera pas, je le vois bien, pour le 28 septembre 2014. Mais cela, en Suisse, devra bien advenir un jour. Car notre petit pays peut être très grand, lorsqu’il parvient, comme avec l’AVS juste après la guerre, à se doter d’instruments à la hauteur de son ambition pour le bien général, et non pour le seul profit de quelques-uns.

 

Pascal Décaillet

 

12:57 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Imprimer |  Facebook | |

03/09/2014

Traverser oui, mais pas comme ça !

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 03.09.14

 

Depuis toujours, je milite pour une traversée. Je suis né et j’ai grandi à l’endroit où j’habite maintenant, à deux pas de ce lac que j’aime tant, et j’ai vu, en un demi-siècle, la circulation décupler à Genève. Même en mettant l’accent sur les transports publics, ce qu’il faut assurément faire, les voitures seront toujours là dans dix ans, trente ans. Et notre Rade, elle, n’aura pas pour autant grandi d’un millimètre. Le destin de Genève, c’est de traverser le lac. Pour boucler son périphérique, entamé mais non achevé avec l’autoroute de contournement. Pour désengorger la Rade, et notamment le pont du Mont-Blanc, de tous ceux qui n’ont rien à y faire, parce qu’ils ne font que transiter de l’actuelle sortie Vengeron à la région d’Annemasse, ou le contraire.

 

C’est ce chantier-là, le grand pari, le grand rendez-vous du siècle. Cette traversée-là, oui, la grande, par exemple Vengeron-Belotte, mais pas la petite. Pas celle sur laquelle nous votons le 28 septembre prochain. Trop petite. Trop étriquée. Trop enfermée dans l’espace urbain. Arrivant avec trente ans de retard. Pas assez visionnaire. Ma position personnelle est donc qu’il faut sauter un tour, même si je puis comprendre ce que cette patience imposée peut avoir de rageant quand on contemple les bouchons sur les quais, sur le pont du Mont-Blanc, route de Lausanne. Sauter un tour, en rongeant son frein, pour mieux se battre, tous ensemble, oui tout un canton uni, afin d’obtenir un jour les crédits pour une grande traversée.

 

Bien entendu, je suis citoyen, et je respecte les décisions démocratiques. Si le peuple accepte, le 28 septembre, la traversée de l’UDC, eh bien il faudra la faire. Mais désolé, Mesdames et Messieurs les partisans, ce serait là un coup dans l’eau. Et puis, surtout, à ce point dans la densité urbaine (avenue de France – Port-Noir), traverser pour aller où ? La difficulté, même avec un tunnel de liaison vers Malagnou, d’obtenir un tracé cohérent et efficace, est immense. Ceux que nous devons dissuader de passer par le pont du Mont-Blanc, ce sont les transitaires. Ce dont Genève a besoin, c’est un vaste et généreux périphérique, utile, oui cette fois osons le mot, à tous les usagers du « Grand Genève », notamment les travailleurs frontaliers. L’axe de pénétration de ces derniers sur leur lieu de travail, s’ils viennent en voiture, doit être au maximum autoroutier, extra-urbain, et surtout pas dans un encombrement supplémentaire de la route, puis rue de Lausanne (déjà totalement saturées) ou des routes d’accès, côté Champel-Malagnou.

 

Cette position, bien entendu, n’engage que moi. Je m’exprime ici comme citoyen, passionnément concerné par Genève et son destin. Comme des dizaines de milliers d’autres électeurs du 28 septembre, j’ai ma vision et mon urbanisme pour Genève. Certains les partageront, d’autres non. Que chacun s’exprime. Et dans tous les cas, la décision populaire devra être respectée. Si c’est non, nous orienterons toutes nos énergies sur la grande traversée. Si c’est oui, les opposants devront s’incliner, prendre acte de la volonté du peuple, et percer sans tarder – ni jouer au plus fin sur des subtilités juridiques - cette traversée de la Rade que nous propose l’UDC.

 

Pascal Décaillet

 

17:06 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Imprimer |  Facebook | |

André Castella, le sourire de la République

images?q=tbn:ANd9GcSetK0KuvsJf4eV2gShourswD25xJNc9rScuGbxCzmB28WmesWf
 

Sur le vif - Mercredi 03.09.14 - 09.49h

 

Pendant de longues heures, lorsque je lisais les éblouissants « Lieux de mémoire » de l’historien français Pierre Nora (NRF), j’allais contempler les monuments aux morts, dans les villages de France, et je me disais que la République, oui cette idée républicaine à laquelle je suis tant attaché, ne pouvait être un simple concept, mais devait s’incarner dans des êtres, par le miracle d'une Transfiguration. Démarche éminemment chrétienne : je l’assume. On peut être chrétien et profondément républicain, la question du Ralliement a été réglée, avec une parfaite clarté, par Léon XIII, il y a quelque 120 ans.

 

Dans l’œuvre de Nora, qui se penche notamment sur les milliers de tonnes de bronze fondu, pour en faire des stèles, dans les immédiates années après la victoire de 1918, la République est liée à la mort, au sacrifice. On érige des saints de la nation, comme l’Eglise édicte les siens, taillés dans la même pierre, proposés à la contemplation des survivants.

 

Le sens du service de l’Etat, la fidélité républicaine, alliés à une incroyable ouverture intérieure, sont les qualités qui fondent André Castella. Tout comme elles constituent et déterminent le caractère de ces autres amis que sont pour moi Jean-François Duchosal, Dominique Louis. Nous avons certes, eux et moi, servi sous le même drapeau, dans le même régiment, que deux d’entre eux ont commandé. Mais cette seule communauté des armes ne serait rien si elle n’était portée par une forme de mystique, assurément différente chez chacun, mais portée par un souffle commun. Chez ces gens-là, parmi les plus admirables que je connaisse à Genève, les Duchosal, les Louis, les Castella, on n’a pas servi l’Etat, ni le drapeau, à fins de carriérisme ou d’enrichissement, mais simplement parce qu’on y a cru.

 

Délégué à l’intégration, pendant sept ans, André Castella a donné à ce poste une rare dimension d’énergie, d’invention et d’engagement. Rien de mièvre dans sa fougue, rien de cette apologie parfois extatique de l’altérité. Non. Juste le secret subtil et fragile d’une ouverture à l’autre. Castella a cru à sa fonction, il l’a habitée. Il l’a incarnée.

 

Il va maintenant, toujours sous l’égide du républicain et régalien Maudet, se consacrer à d’autres tâches, en proximité avec le terrain et les communes. Je te dis, André, que tu dois continuer tel que tu as toujours été : républicain, serviteur, mystique. A quoi s’ajoute une sérieuse pointe d’humour et d’éternelle bonne humeur dont on ne va tout de même pas se priver, la vie n’étant pas nécessairement interminable, et toute gravité pénétrée devant être à fuir avec les enjambées du maraudeur, le forfait juste commis, dans les premières lueurs de l’aube.

 

 

Pascal Décaillet

 

09:49 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

02/09/2014

Charles Péguy, notre contemporain

Charles_peguy.jpg 

*** Le 5 septembre 1914, dans les toutes premières semaines de la Grande Guerre, le lieutenant Charles Péguy, 41 ans, tombait au front, près de Villeroy. En une trentaine d'années, j'ai beaucoup écrit sur Péguy, c'est même l'un des auteurs sur lesquels je me suis le plus exprimé. Parce que le sens de son oeuvre et son engagement républicain me touchent profondément. A trois jours du centenaire, je reproduis ici la chronique que j'avais rédigée il y a dix ans, dans la Revue Choisir, chez mes amis jésuites, Avril 2004.


Charles Péguy, notre contemporain

 

Déterré en 1992 par Alain Finkielkraut d’un quart de siècle de scandaleuse indifférence due aux errances d’amnésie et à l’inculture historique crasse de la génération soixante-huit, Charles Péguy habite les ombres et les lumières de notre monde moderne. Il est, en cette aube de troisième millénaire, un compagnon de route d’une actualité étonnamment brillante. Il est, au sens le plus fort, dans toutes les grandes querelles qui nous agitent, de la laïcité au pouvoir de l’argent, de l’humus des frontières aux vents célestes du cosmopolitisme, notre ami, notre contemporain.

 

Six ans après la très belle, et troublante, lecture protestante du pasteur Michel Leplay, ceux qui aiment Péguy accueilleront avec une immense joie la sortie, toute récente, d’un ensemble d’études politiques et littéraires sur le fondateur des « Cahiers de la Quinzaine » (Charles Péguy, l’écrivain et le politique, textes édités par Romain Vaissermann). Hommage, bien sûr, de l’École normale supérieure à l’un de ses plus fulgurants élèves, mais surtout, vibrant appel à la levée définitive d’une quarantaine aussi injuste que stérile, plus riche d’enseignements sur ceux qui l’ont promulguée, sur le mal qu’ils nous ont fait, que sur son objet.

 

Tour à tour dreyfusard, catholique et socialiste, immensément républicain dans un monde où l’aristocratie de la pensée était plutôt monarchiste, orphelin de père, fils d’une rempailleuse de chaises, boursier n’accédant à la Rue d’Ulm que par l’ardeur affamée de son mérite, défenseur des ouvriers mais passionnément nationaliste dès que vient poindre, sur la France, l’ombre conquérante d’un Guillaume II, notre homme, assurément, est complexe, ne se fond dans aucun moule, semble multiplier les paradoxes, se soustraire, comme une anguille, à tous les pêcheurs d’étiquettes. Déjà, pendant les quatre décennies de sa pauvre et sublime existence, les innombrables éditorialistes, penseurs, pamphlétaires noircissant les pages d’une presse française alors en pleine apogée, s’arrachaient cheveux et barbes (que certains avaient fort longues) pour classer, déclasser, reclasser l’auteur du Mystère de la charité de Jeanne d’Arc dans un tiroir, une catégorie qui pussent, un moment au moins, les arranger, les calmer, leur donner l’impression de maîtriser le cas Péguy.

 

Ainsi, l’Action française. Tout connaisseur de Péguy sait parfaitement, et depuis toujours, que l’auteur de Notre jeunesse, ce bouleversant portrait, publié en 1910, de l’anarchiste juif Bernard Lazare (le tout premier défenseur de Dreyfus) n’a strictement rien à voir avec les gens de Maurras qui d’ailleurs, dès la sortie de ce livre et pour les quatre ans qui resteront à vivre à Péguy, le rejettent, le conspuent avec des mots que seule cette époque de soufre et de braise est capable de produire. Péguy a beau être républicain quand Maurras est monarchiste, il a beau se proclamer dreyfusard, « socialiste », rien n’y fait : dans l’esprit des gens, aujourd’hui, malgré toutes les lumières et toutes les démonstrations de vérité, malgré Finkielkraut, il reste perçu, totalement à tort, comme l’un des maîtres à penser du fascisme à la française, c’est-à-dire de Vichy.

 

On recommandera donc la lecture, dans le livre cité plus haut, de l’admirable article de Guillaume Bourgeade, doctorant à l’Université de Paris-III, collaborateur de la Revue des deux mondes, intitulé Péguy et l’Action française. Une petite trentaine de pages pour ausculter et radiographier, avec une lumineuse clarté, l’origine du malentendu. Où apparaît la figure décisive du maurrassien Henri Massis (1886-1970), critique littéraire, grand disciple du maître de Martigues, qui fera beaucoup, dès la mort du lieutenant Péguy près de Villeroy le 5 septembre 1914 (à 41 ans), pour récupérer la figure de celui qui avait si bien chanté Jeanne d’Arc, les saints Innocents et la cathédrale de Chartres.

 

Dans cette récupération, qui habitera l’entre-deux-guerres et préfigure celle, beaucoup plus scélérate, de Vichy, tout n’est pas faux. À commencer, bien sûr, par la question nationale, cette affaire de l’Alsace-Lorraine et de l’imminence de la guerre qui, de 1910 à 1914, fait du « socialiste » Péguy un homme paradoxalement beaucoup plus proche de Barrès que de Jaurès : « En temps de guerre, écrit-il dans L’Argent suite, il n’y a plus qu’une politique, et c’est la politique de la Convention nationale. Mais il ne faut pas se dissimuler que la politique de la Convention nationale c’est Jaurès dans une charrette et un roulement de tambour pour couvrir cette grande voix ». Phrase aussi célèbre que terrible, que jamais, pendant tout le vingtième siècle et jusqu’à nos jours, le courant pacifiste (puis libertaire) de la gauche française ne lui pardonnera.

 

Neuf décennies après sa mort, l’illuminé de l’Histoire et de l’âme charnelle, l’infatigable défenseur de Dreyfus, le chantre de l’École républicaine et égalitaire, avec ses hussards noirs et ses craies blanches, n’a pas fini de nous interpeller par les paradoxes de son œuvre, le feu de sa plume, l’exemple passionné de sa vie. On aimerait qu’il soit là, parmi nous, au milieu des livres, à rugir et haranguer, faire vivre la vie, un peu plus fort.

 

 Pascal Décaillet - Revue Choisir - Avril 2004

 

14:53 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |