06/10/2014

Aux Etats, le peuple, ça fait sale

 

Sur le vif - Lundi 06.10.14 - 16.54h

 

Invalider. Ils n’ont plus que ce mot à la bouche. Invalider les initiatives, même si ces dernières ont dûment obtenu les cent mille signatures nécessaires, souvent beaucoup plus. Les invalider, parce qu’on les juge « dangereuses ». Dangereuses, pour qui ? Pour l’intérêt supérieur du pays, ou pour la tranquillité notariale de la classe politique actuellement au pouvoir ? Tranquillité. Rotondité. Langueurs sénatoriales, dans cette Chambre qui devrait représenter les Cantons, et non censurer la démocratie directe, l’un de nos biens les plus précieux en Suisse : tous nos voisins nous l’envient !

 

Oui, j’ai vu rouge en lisant hier la « Schweiz an Sonntag ». Non, je n’admets pas qu’une Commission (celle des Institutions politiques, en l’espèce) du Conseil des Etats vienne, du haut de son promontoire bernois, élaborer des règles visant à niveler, dans les textes d’initiatives populaires, tout ce qui gêne et dépasse. Invalider, niveler, tondre : nous les citoyens, hommes ou femmes, Romands, Alémaniques, italophones, de gauche ou de droite, n’avons pas à nous laisser dicter l’ordre du convenable, en matière de démocratie directe, par des parlementaires fédéraux.

 

Une initiative, je ne cesse de le répéter, c’est une affaire du peuple avec le peuple. Le défi lancé, par quelques citoyens au départ, à l’ensemble du corps électoral de la Confédération, ainsi qu’à nos vingt-six Cantons, la double majorité étant requise. Sur quels sujets ? Mais justement, parbleu, sur ceux que les 246 parlementaires fédéraux n’ont pas jugés bon de humer, peut-être parce que le fumet populaire les incommodait. Initiative des Alpes, lex Weber, renvoi des criminels étrangers, immigration massive (9 février 2014), et demain Ecopop (30 novembre 2014) : autant de sujets ignorés, sous-estimés par nos parlementaires fédéraux, tiens justement par le Conseil des Etats. Autant de sujets méprisés, vilipendés, jugés indignes de parvenir au jugement suprême, celui du suffrage universel : les quelque quatre millions d’électeurs potentiels de notre Confédération, et les vingt-six Cantons.

 

Insupportable, le signal d’arrogance délivré par cette Commission des Etats. Si une initiative est mal ficelée, le peuple citoyen (ces quatre millions, justement) est largement assez mûr, assez rôdé à l’ascèse de la sagacité démocratique, pour en juger lui-même. Le suffrage universel suisse n'a nul besoin d'un "Comité de Sages", ni parlementaire ni judiciaire, pour dessiner à sa place la géométrie de l'acceptable. Cette proposition scélérate de quelques sénateurs mérite un seul classement : celui, vertical, de la poubelle

 

Pascal Décaillet

 

16:54 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (23) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

De 1848 à fin 2014 le peuple suisse se sera prononcé à 586 reprises !

http://www.admin.ch/ch/f/pore/va/vab_2_2_4_1.html

Que je sache, ces 586 votations n'ont pas ébranlées la Suisse, elle se porte plutôt bien cette Suisse. La preuve, c'est que dans les autres pays qui ne sont gouvernés que par des "élites", c'est le bordel. Faut-il que cela devienne aussi le bordel en Suisse en laissant ces politicards se mêler des affaires du peuple ! Que ces politicards se contentent d'exécuter les ordres du peuple. Personne que je sache, parmi le peuple, ne leur a demandé leur avis sur ces questions. C'est quoi au juste ces soudaines revendications de la part de ces politicards ! Le peuple va devoir bientôt y remettre de l'ordre et faire cessez ces enfantillages !

Si cela les dérangent de traiter et de valider ces initiatives et ces referendums du peuple, ces feignants de conseillers nationaux, ces feignants de conseillers d'État et ces feignants de conseillers fédéraux, ils faut qu'ils démissionnent ! Le peuple Suisse peut se passer de ces paresseux imbus de leur personne, mais le peuple Suisse ne se passera ni de ses initiatives ni de ses referendums.

C'est incroyable, sitôt que l'on donne un peu de pouvoir de représentation à ces quelques freluquets de politicards sans importance et remplaçable , ils ne peuvent s'empêcher de considérer leur siège comme un trône. Par le passé, les anciens politiciens suisses savaient se tenir face au peuple. Ils savaient rester à leur place !

Qu'ils écoutent Carl Orff Carmina Burana

http://www.youtube.com/watch?v=FL6f0esz0ws

Les cimetières sont remplis de personnes irremplaçables...

Les sièges du conseil fédéral, du conseil national, du conseil des États sont remplis de politiciens irremplaçables...


Demandez à des jeunes de moins de 25 ans de citer deux conseillers fédéraux qui ont exercé leur pouvoir entre 1900 et 1980, voire même un seul...

Au pire, il est toujours possible de lancer une initiative populaire pour interdire de réduire les droits des citoyens sur les initiatives et sur les referendums.

Écrit par : Lucignolo | 06/10/2014

"Au pire, il est toujours possible de lancer une initiative populaire pour interdire de réduire les droits des citoyens sur les initiatives et sur les referendums."

Un référendum suffira. Maintenant nous savons où se trouvent et qui sont les fossoyeurs de la démocratie, du moins ceux qui essaient d'en être les fossoyeurs.

Les noms et les partis de ces "personnes"? Que l'on sache pour qui ne pas voter prochainement.

Écrit par : Johann | 06/10/2014

"Par le passé, les anciens politiciens suisses savaient se tenir face au peuple. Ils savaient rester à leur place !"

Aujourd'hui pour comprendre ce mouvement de volonté d'abolition des initiatives et référendums il suffit de regarder les parlementaires et leurs doubles passeports. Alors on comprend que les "infiltrés" sont là pour démolir notre système démocrate, insidieusement et sûrement.

Écrit par : Corélande | 07/10/2014

Mais j'y songe ! Nos représentants genevois ne sont-ils tous deux de gauche au conseil des Etats ?

Écrit par : Jean Romain | 07/10/2014

A l'écoute de la RTS hier, on comprenait que les fonctionnaires de la radio d'Etat jubilaient ! Merci à Pascal Décaillet de veiller au respect du peuple et de ne pas hésiter à tancer les parlementaires qui veulent le museler.

Écrit par : Martin Leu | 07/10/2014

Bonjour Pascal,

il est certain que le peuple dérange. Il réfléchit, pense et vote. Parfois, il lui arrive même d'avoir des idées contraire à quelques intérêts très personnels de quelques uns...

Imaginez...

Que le peuple se contente de devoir travailler 80'000 environ dans une vie, pour rembourser les crédits qui permettent la "croissance". Cette même croissance indispensable au système pyramidal de l'argent dette.

Non mais...?! Il serait bien dommageable que le bon petit peuple se mêle de ce qui le regarde... :)

Il faudrait publier les noms et prénoms des dits Conseillers aux États qui pensent que le peuple "sent". Ca devrait leur faire drôle lors de leur réélection.

Taaaaaaaaalaaaaaaaaaaaaam :)

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 07/10/2014

"Non, je n’admets pas qu’une Commission (celle des Institutions politiques, en l’espèce) du Conseil des Etats vienne, du haut de son promontoire bernois, élaborer des règles visant à niveler, dans les textes d’initiatives populaires, tout ce qui gêne et dépasse. Invalider, niveler, tondre : nous les citoyens, hommes ou femmes, Romands, Alémaniques, italophones, de gauche ou de droite, n’avons pas à nous laisser dicter l’ordre du convenable, en matière de démocratie directe, par des parlementaires fédéraux."

Non, vous avez raison. Pas besoin de commissions particulières. La Chambre basse suffit à saccager la lettre et l'esprit de certains textes soumis au peuple. L'initiative Weber en est un exemple significatif. Il n'est historiquement pas le seul.

Quant aux initiatives mal ficelées, je suis nettement moins enthousiaste que vous en ce qui a trait à la sagacité du peuple.

Écrit par : Michel Sommer | 07/10/2014

Quelqu'un pourrait-il m'éclairer sur la signification qu'il faut donner au texte de Corélande qui parle des "parlementaires et leurs doubles passeports."

Écrit par : Michel Sommer | 07/10/2014

@Corélande bienvenue dans le wagon des nombreux citoyens pensant exactement comme vous
A croire qu'à Berne on a peur de ces nouveaux jeunes bardés de diplômes qui ne pensent que fric et interdits et surtout rendement mais de la part des plus âgés
Sans doutes espèrent -ils grâce au selfiage trouver emploi dans un studio de la Paramount
Pauvre monde de la politique jamais depuis la fin de la guerre n'avons nous été si mal gouverné et pourtant dieu sait si notre pays à vécu des heures pas rigolotes mais le peuple pouvait faire confiance aux élus à Berne
Ce qui au sujet des ces nombreux arrivistes n'est pas et de très loin le cas
On peut se poser la question mais comment avons nous fait pour progresser jusqu'en 2000 et sans WEB et quand on voit l'esprit de la dénigration seul vestige de leur maturité d'esprit ça craint pour le futur des jeunes de demain qui pourraient bien grâce à eux tous se retrouver entrain de faire un salut proche de celui des Hitlériens

Écrit par : lovsmeralda | 07/10/2014

Je me réjouis de l'ambiance actuelle.
Pourvu que le Peuple Souverain s'en rappelle le jour venu ... en 2015.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 07/10/2014

Merci infiniment cher Pascal Decaillet....
Maintenir haut les valeurs de notre démocratie...
C'est ce que vous faites si bien, au nom des millions de Co-souverains dont j'ai l'honneur de faire partie.

Écrit par : pacha29 | 07/10/2014

"Mais j'y songe ! Nos représentants genevois ne sont-ils tous deux de gauche au conseil des Etats ?"

Ah oui? Et vous savez comment ils ont voté? Merci de nous informer. Autrement vous ne faites que de la désinformation insidieuse et malveillante. A part ça, qui est majoritaire au c des e?


"Quelqu'un pourrait-il m'éclairer sur la signification qu'il faut donner au texte de Corélande qui parle des "parlementaires et leurs doubles passeports.""

Cela me semble très clair. Faites-vous exprès de ne pas comprendre? Encore un sous-entendu malveillant?

Mais là encore, pour pouvoir affirmer quoi que ce soit... des noms!

Écrit par : Johann | 07/10/2014

L'article dont il est fait référence est ici:

http://www.schweizamsonntag.ch/ressort/politik/brisanter_plan_hoehere_huerden_fuer_initiativen/

Certaines personnes n'ont pas compris que "les droits fondamentaux" sont l'émanation du peuple et non de quelques juristes. Nous saurons le leur rappeler le cas échéant.

Verena Diener (GLP/ZH) n'est pas précisément à gauche...

Écrit par : Johann | 07/10/2014

Pour la composition de la commission politique, faites une recherche:

"Staatspolitische Kommission mitglieder"

Nous avons : Membres de ladite commission:

3 RL : PLR (parti de jean romain)
4 CE : PDC
1 GL : Verts libéraux

2 V : UDC
2 S : Socialistes
1 G : Verts : Cramer

Et donc une nette majorité d'au moins 8 membres (sur 13) de partis de droite susceptibles de vouloir limiter les droits du peuple.

jean romain devrait réfléchir avant d'émettre des commentaires tendancieux et par exemple contacter Robert Cramer pour lui demander comment il se positionne.

Écrit par : Johann | 07/10/2014

Dire que nos deux représentants genevois aux États sont de gauche est effectivement tendancieux.
Quand j'aurai des conseils à demander à des anonymes, je le ferai savoir.

Écrit par : Jean Romain | 07/10/2014

"Pauvre monde de la politique jamais depuis la fin de la guerre n'avons nous été si mal gouverné et pourtant dieu sait si notre pays à vécu des heures pas rigolotes mais le peuple pouvait faire confiance aux élus à Berne."

Lovsmeralda voudra bien m'excuser d'emprunter un passage de son texte. Il ne sert qu'à illustrer mon propos.
Enfant et jeune homme ensuite, j'ai entendu mon père qui avait tendance à généraliser et condamner en bloc la classe politique. Je constate que rien ne change et que de nombreux commentaires font état d'une classe politique suisse incapable, cupide, corrompue, arriviste, etc.

J'en viens à me gratter la tête : comment se fait-il que les citoyens soient aussi mauvais dans le choix de leurs parlementaires. Ils ont pourtant le choix ; on peut biffer des noms, en ajouter d'autres, panacher son bulletin en fonction des personnes et non des partis. Et surtout comment se fait-il que le phénomène se reproduise à chaque législature avec le sempiternel "il y a eu une époque où cela ne se passait pas comme cela."
Ou alors, les candidats trompent le peuple et se font élire sur un programme ou des idées qu'ils n'ont aucune envie de suivre ni aucune capacité à réaliser ! Me vient une autre question: pourquoi beaucoup de ces incapables sont-ils réélus ?

Je n'arrive décidément pas à comprendre ce paradoxe. Les élus sont-ils réellement mauvais ou le sont-ils seulement parce qu'ils ne défendent pas les idées que l'on voudrait qu'ils défendent. Ou encore seraient-ils mauvais parce qu'ils s'arrogent des droits (essaient en tous les cas) qui viseraient à museler le peuple selon l'interprétation de Pascal Décaillet.
A moins qu'ils ne soient mauvais parce que pour les électeurs de droite, ils sont de gauche et inversement.

Finalement j'ai l'impression que de (trop ?) nombreux citoyens votent en fonction des mots d'ordre (détestable expression) des partis sans vraiment réfléchir à qui ils vont donner leur préférence. Cette attitude moutonnière n'est guère compatible avec l'expression d'une véritable démocratie, celle qui permet à chacun de se déterminer après avoir pris la peine de s'informer pleinement. La démocratie demande aussi, le temps d'une élection, un peu d'effort.

Écrit par : Michel Sommer | 07/10/2014

Monsieur Sommer je ne répondrai qu'une seule chose ,le peuple n'élit pas des lobbys et quand on voit les nombreuses magouilles qui pointent leur nez à l'horizon on ne peut pas dire que la Webnombrilite soit source de rentabilité qu'elle soit financière ou mentale.
Il suffit de lire le blog de Monsieur Duval quand au recyclage même la Confédération vient d'être magouillée c'est à dire nous en l'occurrence
Il y a deux mondes que ceux accrocs à internet ne peuvent comprendre c'est à dire le vôtre et les non internautes qui eux prennent le temps de discuter et qui préfèrent agir à leur guise plutôt que se plier à des ordres tombés tout cuits d'une machine dont les rouages sont aussi impénétrables que les voies du *Seigneur*

Écrit par : lovsmeralda | 07/10/2014

Monsieur Jean Romain avez vous voté pour ou contre ce projet ? (je ne suis pas anonyme)

Écrit par : Eric Cosandey | 07/10/2014

Monsieur Cosandey, je n'ai pas eu à me prononcer puisque l'affaire a été discutée à Berne ; mais il est certain que j'aurais refusé de limiter les droits populaires puisqu'il y a des critères précis de validation d'une initiative. Il faut les appliquer et ne pas les renforcer pour faire taire des opposants.

Écrit par : Jean Romain | 07/10/2014

Johann = Eric Cosandey ? ... enfin ... peu importe.
Ce que Johann et la liste qu'il nous donne, nous dévoile en fait, c'est que tous les partis politiques y sont représentés.
Donc ... tous pourris (!), c'est vraiment actuel.

Le citoyen que je suis est donc en droit de se demander pour qui va-t-il voter ?

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 07/10/2014

Pardon ... cette dernière réflexion, m'est venue juste après avoir écrit le commentaire précédent.

Le FASS-90 ... n'inquiète-t-il plus nos ... élus ?
Pour rappel ... l'affaire de Lucerne et l'assassinat de plusieurs conseillers municipaux.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 07/10/2014

Oui. Mais, euh... Quel éclairage donnez-vous aux minarets, dans votre analyse ?

Écrit par : Eugen Billard | 07/10/2014

"Johann = Eric Cosandey ?"

Non.

"Ce que Johann et la liste qu'il nous donne, nous dévoile en fait, c'est que tous les partis politiques y sont représentés.
Donc ... tous pourris (!), c'est vraiment actuel."

Tous? Il n'y a pas de raison de penser que l'UDC, le PS et les Verts soient favorable à une limitation des droits populaires puisque ce seraient les premiers à en être les victimes. Minarets, limitation de l'immigration, résidences secondaires, caisse d'assurance unique, etc. Ce sont les partis majoritaires au parlement qui ont intérêt à se débarrasser des initiatives pour rester les seuls à décider.


"Quand j'aurai des conseils à demander à des anonymes, je le ferai savoir."

MDR! Vous avez été "professeur" de français, non? Où avez-vous vu que je vous donnais des "conseils"? Des problèmes de compréhension, visiblement. Et prétentieux avec ça. Que des qualités. Et visiblement vous ne savez toujours pas qu'elle est la position de Robert Cramer à ce sujet. Mais je vous félicite d'être opposé à une limitation des droits populaires. Une position de gauche, donc. Ou républicaine. Ou démocrate.

Écrit par : Johann | 07/10/2014

Les commentaires sont fermés.