23/10/2014

L'émotion du pays, ça existe

 

 Sur le vif - Jeudi 23.10.14 - 17.46h

 

« Le pays s’est laissé entraîner dans une campagne émotionnelle » : la phrase-type, bateau, des perdants d’une campagne, le dimanche après-midi de leur défaite, dès 12.30h, en boucle jusqu’à 20h, tous médias confondus. L’éternel aveu de la défaite du rationnel face à l’image, par nature plus sentimentale : « Je déteste l’image », reconnaissait ce matin Suzette Sandoz, au demeurant délicieuse au sein d’un débat sur le sexe, à la RSR. En l’écoutant, j’ai immédiatement pensé à ces églises luthériennes que je visitais lors de mes séjours en Allemagne du nord, celles de Lunebourg, Hambourg et Lübeck, par exemple. Moi, catholique, j’avais passionnément aimé ces parois de briques rouges, nues et immenses, avec encore des marques d’obus de la guerre. Chaque fois que je lis Thomas Mann, c’est ce Lübeck-là que je vois, celui aussi où le jeune Bach, en 1705, était allé à pied se former chez Buxtehude.

 

En Suisse donc, les perdants d’un dimanche rejettent la faute sur l’émotion. Ils ont tort. Car elle fait partie, comme aussi la raison, de la totalité politique. Bien sûr, il a fallu la puissance de la Raison triomphante, celle des Lumières et du radicalisme naissant, la « Vernunft » de la philosophie politique allemande, pour nous amener, nous les Suisses, à codifier ensemble, avec un même langage, au-delà justement de nos essences disparates, de nos parlers multiples, de nos rapports si différents aux liturgies, un savoir-être politique commun. C’est le miracle de notre pays. C’est pourquoi nous devons tant et tant aux radicaux du dix-neuvième : ils nous ont forgé les codes de ce qui nous fédère. Dès le début, ils avaient une vision d’Etat, une pensée d’Etat, une culture d’Etat. La primauté du rationnel, avec ce qu’elle peut avoir d’un peu sec et d’un peu ennuyeux, nous fut indispensable, pendant ces deux siècles, pour parler le même langage. Je n’ai pas dit « la même langue ».

 

Et c’est de là qu’elle vient, la peur de l’émotion. Trop de tellurisme sentimental tuerait la construction raisonnable de notre pays. C’est un discours que je peux entendre. Mais aujourd’hui, plus de deux siècles après une Révolution helvétique (1798) où les Arbres de liberté, dans nos cantons romands, se réclamaient des valeurs de la Raison, plus d’un siècle et demi après 1848, près d’un siècle après la Grève générale (novembre 1918), notre rapport à l’émotion politique a changé. On a le droit de se réclamer d’elle, sans encourir le grief de nourrir les ferments de dispersion, ceux des Guerres de Religion, de 1847 ou de novembre 1918.

 

Ce qui a décoincé le droit à l’émotion, depuis disons une vingtaine d’années, c’est la montée en force des initiatives. Elles existent certes depuis plus d’un siècle, mais leur nombre a explosé ces dernières années, et surtout elles commencent sérieusement à être acceptées. Initiatives des Alpes, initiative Weber, 9 février et tant d’autres : des thèmes totalement négligés par les corps intermédiaires, mais voulus puissamment par la base, émergent de plus en plus, et forcent la victoire.

 

Aujourd’hui dans le champ politique suisse, la force d’innovation, l’initiative, l’offensive des idées, tout cela provient grandement de la démocratie directe, acculant les pouvoirs constitués (ceux-là même qui ont négligé les thèmes) en position défensive. Alors, retranchés dans les murs du Palais fédéral comme dans une sorte de Fort Apache, ils tentent, en guise d’huile bouillante, le discours de la morale et du raisonnable, la défense par le convenable ou l’invalidation. La puissance de succès des initiatives, en Suisse, confine les élus dans une Ligne Maginot, incapables de mouvement, de manœuvre, d’imagination, de contre-attaque. Ils n’ont là que la rançon de leur surdité, de leur insensibilité aux souffrances et aux vraies préoccupations des gens : plus ils s’auto-adouberont, entre eux, en se tutoyant sur les réseaux sociaux, plus ils mépriseront le peuple, plus ils s’enfermeront dans leurs fortins.

 

De leur Ligne Maginot, ils continueront de regretter le temps de la Raison, la plupart d’entre eux n’ayant d’ailleurs pas la culture politique de savoir ce qu’est la Vernunft : pour cela, il faut lire les pages Inland de la NZZ, ou avoir ouvert des livres d’Histoire allemande ou suisse. Eh oui, chers élus, il ne suffit d’aller à Berne pour sa carrière, certains d’entre vous en commis-voyageurs de la banque privée, des pharmas ou des Caisses maladie. Non. Il faut se présenter pour servir. Ou mieux : ne pas ne présenter du tout, le débat politique n’appartenant absolument pas aux élus, mais à l’ensemble des citoyennes et citoyens de notre pays.

 

En attendant, pendant qu’ils ronchonnent dans leurs abris en condamnant l’émotion, n’ayons crainte, nous les citoyens, hommes, femmes, de gauche, de droite, peu importe, de faire monter le chant de notre appartenance au pays. Notre joie de faire vivre cette belle démocratie, ce pays de liberté. Et si ça doit passer par l’émotion, eh bien émouvons-nous. Nul pisse-froid cérébral ne pourra longtemps nous en empêcher. Si la jouissance de la vie, du débat, du choc des idées, leur pose tant problème, alors laissons-les, entre eux, dans l'immensité glacée de leurs fortins.

 

Pascal Décaillet

 

17:46 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

A lire cet article en référence ça vous met plus que de l'émotion; la colère et surtout la confirmation que nous sommes menés en bateau par nos propres dirigeants:

http://lilianeheldkhawam.wordpress.com/2014/10/23/le-trafic-de-paiement-de-la-suisse-finance-t-il-la-zone-euro-par-liliane-held-khawam/

Écrit par : Corélande | 24/10/2014

Alors notre Pascal, vient de causer dans le poste au 12:45.
Bien.
Le réd' en chef du "Temps", ne faisait clairement pas le poids devant maître Décaillet.

Mes meilleures salutations.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 24/10/2014

C'est un joli et vaste débat. Quel place doit-on donner à l'émotion, aux émotions dans la décision politique ? Celle de l'individu et celle d'une institution ou d'un état ? Et qu'y a-t-il face à cette émotion(s) ? La raison, la logique ? Probablement un mélange des deux, comme toujours.

Je pense que cette question est insuffisante parce qu'elle ignore encore sur quel éléments la décision se base, qu'elle soit émotionnelle ou raisonnée ? Que sait le décideur ? Qui a trié l'information qui lui est parvenue (rédaction, journaliste, site internet, partis, activistes, le hasard ?).

Le décideur est-il qualifié pour décider ? Cette même question est assez obscène quant on se réfère au vote (une décision personnelle, d'un impact limité mais souveraine). Y répondre négativement revient à instaurer une nouvelle forme de vote censitaire (au sens non économique).

Notre Etat s'est donné des principes qui visent à éviter les décisions purement émotionnelles dans un domaine comme la justice ou le droit administratif. Une place pour l'émotion ? Oui, dans le pénal et seulement à la marge, là où la loi laisse une latitude au juge (professionnel ou jury) pour laisser son émotion jouer.

Écrit par : Rolin Wavre | 24/10/2014

Cher Rolin,
A quel titre le droit administratif serait-il aussi glacial et déshumanisé que vous le dites, faisant place, toute la place à des fonctionnaires qui ressemblent de plus en plus à des presse boutons?

Cette vision, le stalinisme nous en a montré la cruauté, les vices et le combines.

Le droit tout entier, dans la mesure où il est le régulateur du vivre ensemble, doit avoir et conserver un fond d'humanité.

On a cru pertinent de supprimer le jury, sous les coups de buttoirs de la droite libérale la plus cynique, celle qui tient les commandes. Cela n'a rien changé, si ce n'est d'éloigner encore un peu plus les citoyens de leurs responsabilités, dont celle de juger en leur âme et conscience.

Écrit par : Patrick Dimier | 24/10/2014

Les commentaires sont fermés.