10/12/2014

Cessons d'attaquer l'Etat !

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 10.12.14
 
 
J’ai suivi jour après jour, heure après heure même, les longues querelles autour du budget 2015. Il y a, comme tous les ans, une part de tragi-comédie. Laissons aux politiciens les petites joies de ce théâtre. Prenons juste un peu de hauteur. Et plaçons les attaques contre la fonction publique, particulièrement vitriolées en cet automne 2014, dans leur contexte : celui d’une véritable offensive des milieux libéraux, voire ultra, contre tout ce qui ressemble au service universel, tout ce qui provient de l’Etat. Cela, pour une raison simple : ces gens-là n’ont pas la culture de l’Etat. Tétanisés par le seul mirage de la réussite individuelle, ils ne parviennent pas à entrevoir la beauté de la construction collective d’une communauté humaine.


 
Il ne s’agit pas ici de défendre des privilèges. Assurément, la fonction publique n’en est pas dépourvue, notamment pour les hauts cadres. Il lui appartient, dans chaque Département, de faire le ménage. Mettre fin au copinage, aux prébendes et aux placards dorés, oui : dans le Petit Etat (les fonctionnaires) comme dans le Grand (les régies). Ainsi, rien, je dis bien rien, ne justifie les salaires de certains directeurs, du côté par exemple de l’aéroport. Oui, s’il y a des économies à réaliser, c’est bien du côté des hauts revenus, des nababs et des placards dorés. Mais ces excès ne justifient en rien la vague d’assaut, parfaitement pensée et programmée, contre les serviteurs de l’Etat, dans leur ensemble.


 
Le plus choquant, c’est qu’on s’en prenne au personnel. Dans un canton qui est en train de griller deux milliards pour une liaison ferroviaire dont j’attends qu’on nous prouve l’efficacité, il y a d’autres arbitrages à opérer que se montrer pusillanime sur l’octroi d’une annuité, ou sur l’aide aux plus faibles au sein du DIP. Et de grâce, qu’on ne vienne pas nous faire la leçon sur la différence entre budget d’investissement et de fonctionnement : pour le CEVA, nous passons tous à la caisse, peu importe la ligne budgétaire. Il faudra d’ailleurs un jour revenir sur l’incroyable arrogance de ces quelques roitelets de la Commission des finances, une quinzaine de personnes sur près d’un demi million, qui n’en peuvent plus de distiller leur jouissance dans leur pouvoir de faire peur, brandir les coupes. Naguère deux libéraux agrippés à leur blason, aujourd’hui d’autres, avec hélas l’appui de la toute récente aile ploutocrate du MCG.


 
Pour ma part, je suis tout, sauf fonctionnaire. Petit entrepreneur depuis bientôt neuf ans, j’assume le risque économique, j’ai toujours un peu peur. Je sais ce que signifie payer un loyer professionnel, une charge salariale, les assurances sociales. Mais voilà, à côté de cela, je suis citoyen. Et comme tel, je veux contribuer à entretenir ce qui nous rassemble, dans l’amour du pays et celui de la République. L’école, la santé, la sécurité et font partie au premier plan. Elles doivent certes produire des efforts de gestion, nous sommes tous d’accord. Mais s’acharner à les démanteler, en multipliant les attaques ou les petites piques, relève d’un esprit qui n’est pas le mien. J’appelle ici la population à se battre pour l’idée de l’Etat : il est notre meilleur rempart contre la jungle, la loi du plus fort, la tyrannie du possédant, l’arrogance du pouvoir. 

 


Pascal Décaillet

 

15:01 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Vous avez raison Monsieur Décaillet. Les fonctionnaires ne sont pas responsables des décisions politiques. Ils sont les victimes d'un état dont le fonctionnement est plus que lamentable. Ce sont nos dirigeants de tous bords qui ont mis en place cette pléthore d'employés de la fonction publique. Donc maintenant, il leur appartient d'en subir les conséquences et de mettre de l'ordre, comme on le ferait dans toute entreprise privée, la votre comme la mienne notamment.

Écrit par : jacques joray | 10/12/2014

Votre billet fort bien senti m'amène à penser que l'Etat, celui de Genève notamment, est un peu comme Christophe Colomb : "Il est parti sans savoir où il allait ; il est arrivé sans savoir où il était ; tout cela avec l'argent des autres."

Écrit par : Michel Sommer | 11/12/2014

Voilà une belle économique que l'on aurait pu faire!


« Hors rétrocession au parti, les élus touchent 28 000 francs par année en moyenne, selon la sautière Maria Hutter. Cela peut varier de 10 000 à 45 000 en fonction des commissions occupées. La séance de commission rapporte 110 francs de l’heure et les soirées de plénières environ 800 francs par tête. A cela, il faut ajouter plusieurs heures de préparation en amont, précise-t-elle. La présidence ou la rédaction d’un rapport augmente la mise de moitié. »

Les députés sont en effet rémunérés à l’heure grâce à des jetons de présence. Jusqu’à présent, ces indemnités n’étaient pas imposées mais elles le seront dès 2014. De plus, pour revaloriser leur fonction et s’ajuster au coût de la vie, les députés ont récemment voté une augmentation de 25%. Les jetons de présence restent à 110 francs de l’heure pour les séances de commission et 160 francs pour les séances plénières. L’augmentation touchera seulement la part qui leur revient directement et non ce qu’ils redonnent à leur parti. (Communiqué de presse de la présidence du Grand conseil - août 2013 http://www.geneve.ch/GRANDCONSEIL/data/divers_publication_p
df/2013_08_26_indemnites_deputes.pdf (document PDF)

Selon un article de la "Tribune de Genève" de septembre 2013, leurs indemnités passeront ainsi de 45000 à 62000 francs en moyenne par année http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/Le-salaire-des-depu
te-doitil-etre-augmente/story/19513763.

Écrit par : plumenoire | 11/12/2014

Michel Sommer@ Vous confondez l’État et le gouvernement, semble-t-il. Il ne faut pas négliger le rôle des grands commis, jamais élus mais néanmoins pleins de pouvoir...

Écrit par : Géo | 11/12/2014

Les commentaires sont fermés.