12/12/2014

PAV : l'immatérielle tyrannie du néant

 

Sur le vif - Vendredi 12.12.14 - 18.03h

 

 

Je regrette le temps où l’un des sept dicastères de l’Etat s’appelait « le Département des Travaux publics ». Il y avait du concret, Grobet qui dépliait des plans pour quelques initiés (dont votre serviteur, naguère au Journal de Genève) au septième étage de la rue David-Dufour, il y avait des casques jaunes et des bottes boueuses. Il y avait l’odeur acide de la bière dans les baraquements de chantiers. Mon père était ingénieur en génie civil, il a beaucoup construit, toute sa vie. Enfant, je le suivais les samedis après-midi (nous finissions l’école le samedi 12h) sur les chantiers, j’adorais ça. Je voulais faire ce métier. Il aura fallu la lecture du Grand Meaulnes, un peu avant l’âge de quatorze ans, pour que le destin me détourne, avec la sainte douceur d’un ange gardien, vers d’autres horizons.

 

A l’époque de Jaques Vernet, de Christian Grobet, et même à celle de Philippe Joye, les Travaux publics étaient quelque chose de merveilleusement concret, on pouvait toucher, tâter, il y avait des chantiers, des maîtres d’œuvre, des pelles mécaniques, du bruit et de la poussière. Puis, il y eut Laurent Moutinot, homme débonnaire et sympathique, mais dont l’équation personnelle avec le principe de construction n’éclatait pas d’évidence.

 

Puis, il y eut le PAV. L’érection fantasmée des grandes illusions virtuelles. On s’est mis à rêver la verticalité. On en a fait un slogan électoral, on a jeté des tonnes de poudre à des milliers d’yeux. On a baratiné, charmé, élucubré, séduit les salons, illuminé les cocktails. Mais d’immeuble, ou même de simple chantier, pas le moindre. Oh, des plans, à n’en plus finir, des maquettes, des concours d’architectes, du rêve lustré, brillantiné. Mais de concret, rien. Le PAV, pour l’heure, c’est un espace intermédiaire entre le zéro et l’infini, dans la galaxie du néant.

 

Alors, pardonnez-moi, mais au moment où les uns reviennent avec une initiative, d’autres nous balancent un projet à 2,5 milliards dont personne ne détient le premier centime, cette idée de tyrannie du virtuel, qui m’habite depuis une bonne décennie, ne parvient toujours à s’extirper de mon esprit. Pour l’heure, puisqu’on parle d’argent, j’aimerais déjà que l’Etat se dote d’un budget 2015 en respectant la fonction publique, sans lui chouraver son annuité ni surtout couper dans la formation. Oui, déjà la garantie de ces quelques millions. Par décence pour ceux qui servent l’Etat, et pour l’idée que nous voulons garder, depuis Chavanne, de l’instruction publique.

 

Déjà cela, oui. Et les 2,5 milliards de poudre aux yeux, toute cette insoutenable légèreté du virtuel, de l’immatériel, tous ces mots évaporés de leur substance, cela, par pitié, après. Une fois que vous aurez honoré vos engagements. Parce que faire rêver le peuple avec des gratte-ciel, sans qu’il n’y ait rien derrière, même pas le quota le plus décemment élémentaire de logement social, c’est se foutre du monde.

 

Pascal Décaillet

 

18:03 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Bravo!

C'est ce qui s'appelle remettre l'église au milieu du village.

Écrit par : Johann | 12/12/2014

J'ai connu le Département des Travaux publics que vous évoquez. J'ai connu et oeuvré pour Jaques Vernet, Christian Grobet, Philippe Joye. C'était l'époque des grandes réalisations: autoroute de contournement de Genève, avec ses ouvrages d'art: pont d'Aigues-Vertes, tunnels de Vernier et Confignon, tranchées couvertes, évitement de Plan-les-Ouates, Barrage et usine hydro-électrique du Seujet, réseau de pistes cyclables... Du concret! un ingénieur cantonal à poigne, des collaborateurs efficaces car toujours très motivés. Christian Grobet était contre l'autoroute, il a remarquablement mené sa réalisation. Après? Comme vous dites: le néant!

Écrit par : Martin Leu | 13/12/2014

Une ou deux remarques tout de même, à vous et à M. Leu.

Tout d'abord, certes le PAV n'a pas vu grand chose jusque là. Mais des projets sont à bout touchant, Sovalp (gare de Lancy-Pont-Rouge), puis sur la caserne des Vernets. Ca fait déjà plus de 2'000 logements.

Ensuite, je parcours assez la ville (et ai la chance d'en avoir une vue assez large dessus pour le constater), il y a tout de même de sacrés chantiers en cours, je vois des grues un peu partout.

Le magnifique CEVA apportant les CFF à la Rive gauche, ses 5 gares et tous les logements prévus aux alentours. Puis 2 gros chantiers, La Chapelle-Les-Sciez où une dizaine de grues oeuvrent encore, et Les Vergers à Meyrin que j'ai été voir il y a quelques jours et qui ont bien commencé. La aussi, plusieurs milliers de logements. Et d'autres chantiers un peu partout.

On ne peut vraiment pas appeler ça le néant...

Écrit par : JDJ | 14/12/2014

Les commentaires sont fermés.