17/12/2014

Deux hommes d'honneur

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 17.12.14

 

Dominique Louis, Jean-François Duchosal. Le premier fut chef adjoint du Protocole à l’Etat de Genève, le second chef de la sécurité à l’aéroport. Les deux sont colonels. J’ai eu l’honneur de servir sous les mêmes drapeaux qu’eux, au régiment d’infanterie 3.

 

Je crois que j’aime les histoires d’hommes. Celles avec de la mélancolie, de la verve, de l’humour, du désespoir, du panache. L’histoire de ces deux hommes me plaît, parce qu’elles sont, l’une et l’autre, entièrement vouées à l’idée de servir. Son éloquence, sa faconde, Dominique Louis les a mises au service de l’intérêt public. Jusqu’à devenir, en 25 ans, un incomparable héraut de l’Escalade. Il n’a pas brillé pour lui-même, il a mis son talent au service d’une cause plus ample.

 

Ses vacances, Jean-François Duchosal les passait le plus souvent en Afrique, dans des missions humanitaires bénévoles. Il y avait déjà, chez ce futur pèlerin, la quête spirituelle du moine-soldat. La seule jouissance de la matière ne le satisfaisait pas.

 

Il existe, à Genève, pas mal d’hommes et de femmes comme Dominique et Jean-François. Dans cette cité du luxe et du paraître, il se pratique d’autres valeurs, qui furent tout autant portées par la Réforme, l’humanisme, puis l’ouverture aux catholiques, le service des armes et celui de l’école. Le don de soi. L’abnégation. L’émotion face à la bannière. A ces deux hommes, je dis merci. Ils sont pour moi des exemples.

 

Pascal Décaillet

 

17:44 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Je souhaite tout simplement vous dire bravo pour votre magnifique article.

Écrit par : Patrick Wehrli | 17/12/2014

Entièrement d'accord avec vous Monsieur Décaillet. Ce sont précisément ces femmes et ces hommes qui font défaut parmi nos dirigeants actuels.

Écrit par : jacques joray | 18/12/2014

Deux hommes de valeur et d’une forme de grandeur dans l’action et le verbe qui tendent à se perdre.

Deux hommes de caractère et de principes qui parfois leur ont valu quelques remontrances hiérarchiques.

Deux hommes respectés avec leurs qualités et leurs défauts qui n’ont jamais renié leurs origines ni leurs valeurs.

Une forme de courage dans l’engagement par des choix différents, mais respectables et respectés.

Alors chapeau Messieurs !

et surtout pleine santé, car nous avons encore besoin de vos commentaires et de votre perspicacité légendaire

Luc Amiguet
Ancien Commandant du SSA

Écrit par : Luc Amiguet | 19/12/2014

Les commentaires sont fermés.