10/01/2015

Hamlet à la Traverse : épuration, clarté, talent

 

Sur le vif - Samedi 10.01.15 - 18.17h

 

Une salle sobre, sans décor. Huit jeunes, garçons et filles, 16 à 25 ans. Ils disent Hamlet, tout en le jouant, le texte de Shakespeare, dans un mélange de quatre traductions, dont celle, sublime, du poète Yves Bonnefoy. Ils le jouent, mais j’insiste : ils le disent. Si bien, avec un telle mise en valeur des syllabes, que la petite musique élisabéthaine nous trottinera encore longtemps dans la tête après l’heure et demie de représentation. J’en ai rêvé, de ce texte, la nuit dernière, j’ai vu apparaître, non le fantôme du roi, mais des personnages d’hier, comme des notes de partition, par bribes, dans la nuit d’encre.

 

J’ai bien dû voir dix fois Hamlet dans ma vie, dix versions, ce qui est assez normal pour un homme de 56 ans. Il y en eut, hélas, des touffues, toutes de poussière et d’archaïsme, au point que l’enjeu n’apparaissait pas. A quoi sert la mise en scène, si ce n’est, avant toute chose, avant le style et l’esthétique, à mettre en valeur les lignes de puissance et de tension d’un texte ? Eh bien hier soir, à la Traverse, grâce au Travail de Maturité d’une jeune fille de 18 ans, Anna Rossmann-Kiss, grâce à son fantastique effort de clarification , grâce à la précision de ses angles de départ, la filiation et la question de la génération, j’ai vu un peu plus clair dans ce texte, l’un des moments majeurs de l’Histoire du théâtre.

 

Cette réussite dans l’ordre du sens, Anna l’obtient par un constant travail de sobriété et d’épuration. Rien, dans le visuel, qui serait de nature à détourner le spectateur de l’absolue primauté du texte. Les huit jeunes comédiens sont remarquables, ils ont travaillé diction et respiration, ils ont surtout intégré l’exactitude des enjeux, épousé les angles de mise en scène. Ils jouent le même spectacle, racontent la même histoire. Au service d’une même clarté. Du coup, plusieurs acteurs pour un seul Hamlet, et ainsi pour d’autres personnages, mais en quelques secondes, au début de chaque scène, le spectateur rétablit, identifie, en un mot comprend.

 

J’allais vous dire d’aller le voir, ce Hamlet. Hélas, il n’y avait que trois représentations, de jeudi à ce soir 19h. A moins qu’ils ne décident de prolonger demain dimanche. L’entrée est libre. Il y a un chapeau. Je n’oublierai pas cette mise en scène. Et n’exclus pas que nous soyons amenés à reparler d’Anna Rossmann-Kiss, 18 ans, dans des questions liées à la chose théâtrale, dans les quelques décennies qui nous attendent.

 

Pascal Décaillet

 

 

*** Hamlet, nouvelle volée. Par la Compagnie du Préau et la Maison de Quartier des Pâquis. Mise en scène : Anna. Avec Louis, Kenza, Louise, Woody, Isaline, Arcadi, Christelle et John.

 

 

18:17 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.