18/01/2015

Horace au Loup : chemin de traverse, vers la survie

afficheHoraceAMI.png 

Sur le vif - Dimanche 18.01.15 - 18.08h

 

Dans l’histoire d’Horace, tout est archaïque. Le propos relate un épisode de la première époque de Rome, celle des rois, sous le règne de Tulle, il y a quelque 2600 ans. Même pour un contemporain de Tite-Live (1er siècle avant JC), qui nous le raconte, c’est déjà de l’Histoire ancienne. Le pièce de Corneille, elle, écrite 2200 ans plus tard, est représentée pour la première fois en 1640, sous les dernières années de Louis XIII et de Richelieu, à qui elle est dédiée. La Paix des Pyrénées (1659) est encore loin, et quand on parle de guerre entre puissants, à ce moment-là, on songe davantage à la France et à l’Espagne qu’à la si lointaine Rome des rois, dans sa rivalité avec la cité d’Albe.

 

Sans doute aussi (mais ce seul élément mériterait à lui seul une approche) l’étroitesse des relations entretenues par Camille, sœur du Romain Horace et fiancée de l’Albain Curiace, avec Albe l’ennemie, fait-elle songer à ce fameux échange de lettres entre Anne d’Autriche, reine de France, et son frère l’Infant d’Espagne, en pleine guerre : Richelieu et Louis XIII n’avaient que moyennent apprécié, et sans doute tout autre qu’une reine l’eût-il éprouvé sur l’heure. Mais laissons là l’Histoire, venons au texte. Dans lequel, justement, tout respire l’ancestralité. Horace, c’est une histoire ontologiquement d’autrefois, une épopée fondatrice. Une vieillerie voulue comme telle.

 

Tout est archaïque, y compris la pièce elle-même dans la mémoire d’un adulte qui va la voir, disons à la cinquantaine. Il l’aura lue, de gré ou de force, quatre décennies plus tôt, avec dans le meilleur des cas la magie d’un prof de français sachant restituer à l’alexandrin classique sa splendeur musicale, et dans le pire l’un de ces explicateurs de textes au forceps, insensible à la musique, partant de tout, sauf des syllabes elles-mêmes, pour livrer au disciple, clefs en mains, le « sens caché » du texte.

 

Tout est archaïque, à commencer par ces notions d’honneur et de sang, de gloire éternelle, roulés dans des « r » certes moins sensuels que ceux de Racine, pourtant d’une beauté surprenante, épurée, pour qui veut bien leur prêter l’oreille. Au Théâtre du Loup, le metteur en scène Didier Nkebereza, qui s’était récemment frotté à l’Iphigénie en Tauride de Goethe, a choisi l’option la plus heureuse, peut-être la seule qui vaille : priorité absolue à la diction, travail vocal et respiratoire sur la puissance de percussion et de vibration de l’alexandrin. Voilà un spectacle qui avant tout se donne à entendre, même si la part du visuel, d’autant plus belle qu’elle s’affirme dans une totale sobriété, délivre d’innombrables signes de compréhension. Chez l’acteur qui parle, ou chez celui qui écoute : ainsi les éclairs de feu dans le regard de Mariama Sylla (Camille) lorsque monologue son amant Curiace (Jean-Louis Johannides), croyant la paix sauvée, leur hymen assuré.

 

Le petit miracle de cette mise en scène, c’est qu’en sachant qu’on a deux heures et demi à passer face au déroulement de cinq actes, dans la nudité du décor, mettant en valeur la signifiante intervention des éclairages, face à un néo-classicisme totalement assumé, avec toges, sandales et jupettes, même pas l’ultime relique d’une colonne, sachant cela on laisse avec un infini bonheur la distillation métronomique des vers atteindre nos tympans.

 

Le grand vainqueur, c’est le texte. Travaillé, ciselé, respiré, diérèses et synérèses (la syllabe en une ou deux diphtongues, selon les besoins de la métrique) savamment différenciées. Classique, peut-être. Mais diablement efficace au service du propos. Même le plus profane des spectateurs, s’il veut bien laisser venir à lui la petite musique, comprend tout. Il adhère au texte. Et cela, c’est tellement précieux : le travail d’une petite équipe au service du plus grand nombre. En les écoutant, hier soir au Loup, j’ai pensé à ces jeunes des banlieues françaises, les plus défavorisées, trouvant dans la mise en oralité du vers racinien le chemin le plus sublime de l’intégration.

 

En ces temps où la question de l’Autre nous interpelle avec tant de puissance, où tant de Romes et tant d’Albes trouvent mille raisons de s’exclure et s’opposer, laisser la place aux textes, prendre le temps de les interroger en commençant simplement par les pratiquer, prend moins que jamais l’allure d’un luxe. Impérieuse nécessité, au contraire. Chemin de traverse, vers la survie.

 

 

Pascal Décaillet

 

 

*** Horace, de Corneille – Théâtre du Loup - Mise en scène : Didier Nkebereza. Scénographies et costumes : Lothar Hüttling. Création lumières : Jonas Bühler. Avec Adrien Barazzone, Deborah Etienne-Landenberg, Christian Gregori, Claude Goy, Jean-Louis Johannides, Frédéric Langenberg, Lola Riccaboni, Laurent Sandoz, Mariama Sylla, Adrien Zumthor. Avec la participation d’Arsène et Merlin Landenberg.

 

 

18:08 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.