31/01/2015

Economie genevoise : que fait le ministre ?

 

Sur le vif - 31.01.15 - 18.32h

 

Vous aimez les micros-trottoirs ? Plantez-vous au Molard, un samedi, et demandez aux passants s’ils connaissent, à Genève, le nom du conseiller d’Etat chargé de l’Economie. Vous risquez d’avoir peu de réponses ! Dommage. Surtout par les temps qui courent : décision de la BNS sur le franc et l’euro, inquiétude pour les emplois chez Tamoil, PME qui peinent à régater face à la concurrence transfrontalière, exportateurs inquiets, taux de chômage, autant de raisons d’espérer de l’Etat des signaux forts et clairs de présence du côté de nos entreprises. Non pour faire à leur place l’économie du canton. Mais pour montrer que les pouvoirs publics sont là, veulent une économie forte, et pas seulement du côté des multinationales, créent les conditions-cadres pour installer un climat.

 

Pour cela, tout en haut, il faut un ministre fort, visible. Qui veuille bien y croire. Qui soit habité, lui-même, par l’équation économique. Avoir, dans sa vie, rempli une feuille de salaire, avec les retenues d’usage et les assurances sociales, sur une masse salariale dont il assume lui-même le risque économique (et non comme rouage d’un Etat nourri par la manne fiscale), serait assurément un atout majeur. Oui, avoir connu cette peur du lendemain, qui fait partie de la vie des chefs d’entreprise, à commencer bien sûr par les plus petites d’entre elles : deux, trois personnes, autour d’un petit patron qui a, un jour, tenté l’aventure de se lancer.

 

Seulement voilà : à Genève, après les excellentes prestations à ce poste d’un Jean-Philippe Maitre, voire d’un Carlo Lamprecht, on s’est hélas habitué, depuis quelques années, à faire du ministère cantonal de l’Economie une forme de strapontin. Une annexe. Un corollaire. Une sorte de codicille, en tout petit, sur la carte de visite d’un magistrat. « On » a été ministre de la Santé, et accessoirement de l’Economie. Puis, « on » est maintenant ministre de la Police, et accessoirement de l’Economie. Présider aux destinées économiques du canton de Genève, aller voir les entreprises (et pas seulement dans les soirées de la FER ou de la CCIG), faire acte de présence aux côtés des micro-entrepreneurs, leur faciliter vraiment la lutte contre la paperasse, tout cela ne mériterait pas un ministère à plein temps ?

 

Pierre Maudet est avant tout le ministre de la Police. Et il a du pain sur la planche ! D’ici au 8 mars, pour faire passer sa loi (ou non), et après le 8 mars. Diriger la sécurité, au sens large, dans une agglomération de près d’un demi-million d’habitants, en zone frontalière, est déjà largement, en soi, un job à plein temps. On partage ou non les choix politiques de Pierre Maudet, mais dans cette fonction, l’homme, régalien jusqu’aux tréfonds de l’âme, est dans ses bottes. Il est chez lui, dans son domaine, son secteur, son horizon d’attente. Mais, désolé s’il faut dire ici les choses avec un peu de franchise, on ne perçoit pas la même équation dans son portefeuille de l’Economie. Et cela, sans doute, pour la raison citée plus haut : il faut, pour « sentir » vraiment ce monde-là, avec pris soi-même le risque économique, lancé une boîte, ferraillé pour défendre son indépendance. Oui, il faut avoir connu ce travail-là. Avoir eu peur, aussi. Avoir peur, encore.

 

Je n’affirme pas ici que l’homme ne serait pas fait pour la fonction. Mais il m’y semble un peu jeune, non en âge mais en expérience de l’économie réelle. C’est dommage. Car Pierre Maudet est un homme populaire, proche des gens, beaucoup moins « salons feutrés » que son collègue de parti au Conseil d’Etat. Car diriger l’économie d’un canton ne se saurait se réduire à des apparitions dans les cocktails de la place financière, du grand patronat ou de la haute horlogerie. C’est sur le terrain qu’on a envie de voir le ministre, au milieu de tous ceux qui font l’économie : les entrepreneurs, à commencer par les plus petits d’entre eux, leurs employés, jusqu’aux fonctions les plus modestes. Rien de plus détestable d’ailleurs, en Suisse, que d’user du mot « l’économie » pour parler du seul patronat, comme si l’ouvrier, le nettoyeur, l’infirmière, le commis de cuisine ne participaient pas à l’effort économique général. Le jour, en Suisse, où nous commencerons par parler économie en nous affranchissant de la tutelle, du paternalisme, voire de l’arrogance des tout puissants, sera le début d’un virage important.

 

En matière économique et sociale, à Genève, la tempête est sans doute, hélas, devant nous. Pour l’affronter, au niveau politique, il faut délivrer des signaux d’engagement total de la part du Conseil d’Etat. Pas juste des strapontins. Mais un ministère à plein. Ou tout au moins, jumelé avec les Finances. Ou avec le Social. Mais « Police et Économie », c’est un non-sens. Genève mérite mieux. Ceux qui, jour après jour, travaillent à la prospérité de ce canton, en commençant par les plus modestes, aussi.

 

Pascal Décaillet

 

18:32 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Quelqu'un qui n'a quasiment jamais travaillé, même pas dans l'économie de marché, ne peut pas remplir ce rôle de ministre régalien. Son prédécesseur n'avait guère non plus travaillé dans l'économie de marché. et c'est très drôle de constater que ces deux hommes sont issus du parti radical, celui qui a fait Genève et son industrie contre le patriciat libéral, la banque privée avant qu'elle ne devienne, du fait de l'obnubilation des nantis genevois pour les théories des anglo-saxons, faux-monnayeurs patentés, la Finance.
Voilà ce qui arrive à un Etat lorsque l'on nomme à sa tête que des fonctionnaires à l'instar d'un grand Pays voisin bien dans la mouise économique.
Prémonitoire pour Genève, sans nul doute.

Écrit par : simonius | 31/01/2015

Quelqu'un qui n'a quasiment jamais travaillé, même pas dans l'économie de marché, ne peut pas remplir ce rôle de ministre régalien. Son prédécesseur n'avait guère non plus travaillé dans l'économie de marché. et c'est très drôle de constater que ces deux hommes sont issus du parti radical, celui qui a fait Genève et son industrie contre le patriciat libéral, la banque privée avant qu'elle ne devienne, du fait de l'obnubilation des nantis genevois pour les théories des anglo-saxons, faux-monnayeurs patentés, la Finance.
Voilà ce qui arrive à un Etat lorsque l'on nomme à sa tête que des fonctionnaires à l'instar d'un grand Pays voisin bien dans la mouise économique.
Prémonitoire pour Genève, sans nul doute.

Écrit par : simonius | 31/01/2015

Confier les portefeuilles de la sécurité et de l'économie à un jeune homme, peut-être talentueux, mais très, très inexpérimenté relève d'une genferei à laquelle, je l'avoue, je ne saurais ni m'habituer, ni m'accomoder.

Pierre Maudet s'est déjà mis une bonne partie de la grande maison à dos. Promesses pas tenues, double, voire triple discours, et l'on en passe. Dans de telles circonstances, l'économie ne peut être pour lui qu'une seconde priorité. Ce n'est pas le moment, à l'évidence.

Il n'est pas l'homme de la situation.

Écrit par : Déblogueur | 01/02/2015

La question à laquelle vous ne répondez pas : qui pourrait bien être le Schneider-Ammann genevois ? Je n'en vois qu'un : Serge Dal Busco. Cet homme d'Etat a les références avérées pour devenir Ministre de l'économie et des finances.

Écrit par : Eugen Billard | 02/02/2015

Les commentaires sont fermés.