20/02/2015

Bonfanti.com


Sur le vif - Vendredi 20.02.15 - 13.16h

 

A deux semaines du verdict populaire sur la loi sur la police (LPol), Pierre Maudet perd les pédales. Il envoie sur le front la cheffe de la police genevoise, Monica Bonfanti. Laquelle, dûment interviewée par deux journalistes de la Tribune de Genève, dont Pierre Ruetschi himself, tout en rappelant son impossibilité de faire campagne en tant que cadre supérieur, s’en vient fondre et fuser au cœur de la mêlée, vêtue de son uniforme et d’un soupçon de probité candide, dépourvue de lin blanc.

 

Opération de propagande. Télécommandée par Pierre Maudet. Opération-choc. Opération inadmissible, quand on pense à l’armada des sanctions dont sont menacés les membres d’active de la police genevoise qui auraient le malheur, ne fût-ce que par un clic « j’aime », d’effleurer la campagne du 8 mars. S’il y a devoir de réserve, il doit s’appliquer à toute la police en uniforme. Du moins gradé des gendarmes à la cheffe du corps de police, sans exception.

 

Quant à l’argument « Je ne fais pas de politique, je me contente d’expliquer », il ne faut quand même pas nous prendre pour des abrutis. Le commandant de corps, chef des troupes aériennes suisses, m’avait fait le même coup lorsque j’étais allé l’interviewer dans son bureau de Berne, au printemps 1993, en vue de la votation du 6 juin sur les FA-18. Le coup de « l’expert qui explique » est en réalité une très vienne antienne dont s’affublent, sur ordre d’un ministre en plein combat politique, les hauts fonctionnaires. Personne n’est dupe. Madame Bonfanti, faites votre propagande si cela vous chante, mais de grâce ne nous prenez pas pour des idiots.

 

Dans cette affaire, il est très clair que les propos de la cheffe de la police s’inscrivent dans une campagne politique très précise, et ma foi fort bien orchestrée, décidée par le ministre lui-même, homme d’intelligence et de communication. Car enfin, l’autre solution – que nous n’osons imaginer – serait que Mme Bonfanti fût sortie de sa réserve sans blanc-seing ministériel, et là…

 

A noter d’ailleurs que les propos de Mme Bonfanti, dans la TG, sont loin d’être inintéressants. Et constituent un argumentaire solide en faveur du oui. Car dans cette loi sur la police, il y a de bons arguments des deux côtés. Mais, comme nous l’avons déjà écrit ici, le corps électoral ne se prononcera sans doute pas sur le fond, trop complexe et hétéroclite. Mais pour ou contre Pierre Maudet. Cet aspect plébiscitaire ayant été voulu par le ministre lui-même, qui connaît sa popularité et souhaite en jouer dans cette campagne, il sera d’autant plus permis aux observateurs de la vie politique de décrypter ces intentions sans concessions. Sans la moindre haine,, d’ailleurs, ni le moindre rejet personnel d’un conseiller d’Etat aux multiples qualités. Mais sans être dupe de ses méthodes, ni de sa construction de la communication. Chacun fait son travail. Chacun s’exprime. Nous sommes en démocratie.

 

Pascal Décaillet

 

13:16 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Votre analyse mérite que l'on déborde le cas de cette votation car ce n'est pas le premier scrutin populaire au cours duquel le Conseil d'Etat s'autorise ce que l'on peut qualifier de propagande à géométrie variable selon votre position pour le OUI ou pour le NON.

Écrit par : Patrick Lussi | 20/02/2015

Je suis surpris que sous une plume de la qualité de la vôtre, vous osiez, à votre tour, user de l'obscénité du néologisme "cheffe" alors qu'en latiniste éminent, vous savez parfaitement que ce vocable provient latin "caput,capitis" de genre neutre. Merci de bien vouloir nous épargner cette monstruosité langagière militante. Et absurde.

Écrit par : jaw | 20/02/2015

Et qui a rendu l éminent service à Pierre Maudet qui n attendait que cela : faire voter le peuple ! Qui est tombé dans le panneau ...on verra bien ce qu en pense le peuple ...

Écrit par : Gruson | 20/02/2015

Police de Campagne: du corps à corps , au contact ,forcément , les acteurs se dévoilent, gens d'armes , en mouvement forcément citoyens , des spectres, des fantasmes : une contravention frontalière posée sur un pare-brise genevois, c'est pas le règlement mais pas encore la loi.

Écrit par : briand | 20/02/2015

Ce qui m’étonne, c'est la face des magistrats socialistes et Verts sur le dépliant en faveur de la loi. Cramer, Maury Pasquier, etc.

Évidement, on ne verra jamais des élus PLR sur les dépliants d’une campagne menée par un magistrat de la gauche, qui plus est à quelques semaines des élections municipales...

Bref, un jour la gauche genevoise critique Maudet pour son hyper-communication (maudet.com), le jour d’après elle y participe. Gratuitement.

Il y a un pilote dans la gauche genevoise?

Écrit par : veyrat-masson | 22/02/2015

Les commentaires sont fermés.