23/03/2015

Les chaînes françaises aux ordres de Matignon ?

 

Sur le vif - Lundi 23.03.15 - 12.49h

 

La manière dont les chaînes françaises nous ont présenté, hier 20h, puis une bonne partie de la soirée, les résultats provisoires ou les projections pour les élections départementales, est pour le moins singulière. Sur tous les programmes auxquels j’avais accès, on nous donne le chiffre du Front national. Mais nulle part celui de l’UMP, toute seule (sans l’UDI-UC-MoDem et les innombrables Divers Droite). Nulle part, non plus, celui du PS seul (sans les Divers Gauche). Autrement dit, on nous balance le résultat brut d’un parti (le FN), et on l’affiche pendant des heures en comparaison, non d’autres partis (l’UMP, le PS), mais de galaxies nommées « bloc de droite » ou « bloc de gauche ».

 

Il a fallu attendre 23h pour obtenir, enfin, le chiffre de l’UMP seule (déjà fort bon, d'ailleurs), et surtout celui du PS, seul. On le sait ce matin, ce dernier est clairement battu pas le FN. En clair, on a « gonflé » l’UMP avec les Divers Droite. Et surtout, on a gonflé à mort le PS avec une galaxie de Divers Gauche qui n’ont strictement rien à voir, non seulement avec le socialisme, mais surtout avec la social-démocratie de Manuel Valls. Pendant trois heures, on a mélangé des pommes avec des poires. Pendant ces trois heures, tellement précieuses, une immense partie des spectateurs sont allés se coucher, les rotatives de presse écrite ont tourné, certains journaux plaçant ce matin le FN en troisième position, en tant que parti, alors qu’il est clairement deuxième.

 

Pendant trois heures, on a fait croire aux Français l’existence d'un « bloc de gauche » ou d’un « bloc de droite » qui ne sont, l’un comme l’autre, que pure fiction. La logique de ces départementales n’a strictement rien à voir avec le scrutin majoritaire, uninominal à deux tours, qui prévaut en France pour les législatives depuis la Cinquième République, à part la brève parenthèse proportionnelle inventée en 1986 par François Mitterrand pour affaiblir Jacques Chirac. Pendant trois heures, on a créé l’illusion de blocs idéologiques qui seraient sémantiquement homogènes, alors qu’ils se combattent. D’ailleurs, il suffisait de voir, hier soir, l’ambiance entre la gauche de la gauche, celle de Mélenchon notamment, et le PS, pour constater que la seule vraie nouvelle de ce 22 mars était la fin, à gauche, de la primauté socialiste conquise de haute lutte, de 1971 (Epinay) à 1981 (prise du pouvoir) par François Mitterrand. A l’époque, contre son grand rival, le Parti communiste.

 

Pour Manuel Valls, il y a non seulement défaite face aux Français, mais revers historique, lourd de conséquences, dans les rapports internes à la gauche française. Tout cela, bizarrement, a été soigneusement tu, sur les chaînes françaises, de 20h à 23h. On a laissé Manuel Valls se précipiter à l’antenne quelques minutes après les résultats et projections de 20h. On n’a cessé, comme des perroquets, de répéter que le PS « limitait la casse », alors que ce parti subit une défaite majeure. L’UMP s’en sort fort bien, même sans avoir besoin de la gonflette des Divers Droite. Et le FN conforte largement son ancrage, son maillage dans la vie politique française.

 

Pourquoi le résultat isolé, sans les Divers Gauche, du PS, n’a-t-il pas franchement été donné dès 20h ? Pourquoi, pendant trois heures, a-t-on mis en balance le résultat intrinsèque d’un parti avec celui de « coalitions » imaginaires ? Pourquoi, surtout, le grave revers du PS a-t-il été caché jusqu’aux environs de 23h ?

 

 

Pascal Décaillet

 

12:49 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Cher Pascal Décaillet,
La réponse est dans la question-titre de votre billet.
Et on nous a pris pour des poires. ;)

Écrit par : Malentraide | 23/03/2015

C'est une évidence.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 23/03/2015

Hier soir, 20h France 2 on nous a donné les résultats: UMP PS FN

Le PS "mais" en réunissant les divers courants de gauche ce qui annonçait un vis-à-vis UMP et FN

Je n'ai pas "halluciné"!

Écrit par : MB | 23/03/2015

Sur le site officiel il apparaît que le Binôme Front National est 1er avec 25.24 %
suivi du Binôme Union de la Droite avec 20.88 %
et 3ème le Binôme du Parti Socialiste avec 13.3 %

http://elections.interieur.gouv.fr/departementales-2015/FE.html

Écrit par : Jolo | 23/03/2015

Les Chaines divers, s'agissant d'un scrutin régional que chacun tente de récupérer pour en faire un test "in Vivo" afin de déterminer le sexe du futur président de la République, on oublie un peu vite la complexité des tissus politiques périphériques , les apparentés -les divers - les non-inscrits plus ou moins "Tendance*.
Scrutin ouvert ou fermé à double tour , quid des Ni-Ni " du Front républicain sans oublier "j'adorerais les rencontrer" Les pécheurs à la ligne abstentionnistes en eau trouble.

Écrit par : briand | 23/03/2015

Cette manière fort surprenante de présenter les décomptes a été "suggérées" par le ministre de l'intérieur et - chose surprenante - reprise par la totalité des média dans une sorte de soumission à un ordre donné. Mais ce qui m'a le plus choqué (pas vraiment surpris car je m'y attendais) c'est la prise d'antenne de M. Valls - alors que le dépouillement était à peine commencé - pour une déclaration de politique générale de protée nationale alors que ce scrutin était essentiellement régional. Le PS refuse de voir la réalité des chiffres le concernant, tant pis pour lui mais les vrais comptes se feront dans une semaine. Un moment j'ai cru revivre l'époque de l'ORTF sauf que la qualité des orateurs de l'époque était bien défférente.

Écrit par : uranus2011 | 24/03/2015

«...le chiffre de l’UMP seule (déjà fort bon, d'ailleurs)...». Où avez-vous trouvé que 6,5% pour l'UMP seule était fort bon? Le site du ministère de l'intérieur a publié un tableau qui ne laisse aucun doute:

http://www.interieur.gouv.fr/Actualites/Communiques/Resultats-du-premier-tour-des-elections-departementales

Il est donc parfaitement clair que «les chaînes françaises» et une écrasante majorité de journalistes étaient aux ordres dimanche soir et lundi!
Aussi évidents que les sondeurs avaient délibérément triché en annonçant un score FN aux alentours de 30% pour faire croire à un recul de ce dernier!

Écrit par : Martin Leu | 24/03/2015

Vous avez eu le réflexe de mettre un point d'interrogation à votre titre. Sans lui, je me demande comment on aurait pu l'interpréter.

A côté des lauriers qui vous sont tressés par vos nombreux lecteurs, n'y a-t-il plus aucun rédacteur, en Suisse romande, susceptible d'en cueillir quelques feuilles. En d'autres termes plus crus, sont-ils tous inféodés au pouvoir et au capital ?

Écrit par : Michel Sommer | 24/03/2015

Les commentaires sont fermés.