25/03/2015

Ensemble à Gauche : courage et clarté

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 25.03.15

 

Je vais faire ici l’éloge d’une formation dont il est connu que je ne partage pas les idées, ou en tout cas peu d’entre elles. Mais voilà : j’aime la politique, passionnément, la flamme militante de ceux qui s’engagent, tous partis confondus. Dans une Genève hélas infestée par le flou du compromis, voire les méandres de la compromission, j’apprécie la clarté. La politique est un combat d’idées : très bien, combattons. Mais de grâce, sur des bases lisibles, courageuses. C’est exactement ce que font, dans le canton de Genève, les gens d’Ensemble à Gauche. On apprécie ou non, mais on sait à qui on a affaire. Les positions sont données. Les idées, affichées. Le contact est pris directement avec le peuple. Bien loin des réseaux sociaux, des amicales virtuelles, des congratulations entre soi, à travers la toile. Eh oui, il existe encore, dans les Marges, des partis capables de s’adresser aux couches populaires. Étrange littérature, où la Marge est plus lisible que le texte, plus séduisante, plus chaude, plus fraternelle.

 

La fraternité : la dernière fois que j’ai entendu ce mot, c’était dans la bouche du Maire socialiste (bien à gauche) de Bruxelles, Salle des Abeilles, à l’Athénée, avril 2009, alors que j’animais un colloque international sur Pierre Mendès France, mis sur pied par Manuel Tornare. Le Belge rougeaud avait hurlé ce mot, et nous avions tous eu l’impression que la Voix du Nord, celui des mines et de Zola, faisait une irruption d’enfer sous les lambris. Oui, la politique a besoin de chaleur. De charisme. De contacts directs. Elle a besoin que des êtres se touchent, s’embrassent, s’émeuvent ou s’émerveillent ensemble, éclatent de rire ou de colère, s’engueulent, s’écharpent, trinquent, se réconcilient. Elle a besoin de la vraie vie des vraies gens, du fracas sonore de la parole, alors que le réseau social ne suinte que de conspirations silencieuses. Sans tonalité. Sans la musique de la vie.

 

Et puis, il y a des noms. Pardonnez-moi de n’en donner que quelques-uns. Magali Orsini, Salika Wenger, Maria Perez, Vera Figurek, Rémy Pagani, Pierre Gauthier, Christian Zaugg, Stéphane Guex-Pierre. Mais aussi Clarisse Margueron, qui sut parler au Lignon le langage du cœur, Henriette Stebler, infatigable militante carougeoise, avec laquelle nous nous battîmes naguère, pour la cause d’une famille de sans-papiers. Et puis, tous les autres. Certains sont pénibles, exaspérants, ils grognent, vocifèrent. Mais ils sont là, vivants, et dans l’ensemble, leur famille politique donne moins que d’autres (à droite, et même à gauche) la pâteuse impression de l’illisible, celle de l’éternel compromis pour le pouvoir, ou s’y maintenir.

 

Moi, vous me connaissez, je suis un type de droite. Républicain, social, mais de droite. Mais je rends hommage à ces gens d’Ensemble à Gauche, et à leur manière de combattre. Entre les Verts indéchiffrables et les socialistes agrippés à leurs prébendes, il existe non seulement une troisième voie, mais une autre musique dans la partition politique genevoise. Cette Marge-là sent le bitume autant que les embruns du large. Elle fait plaisir à voir. Loin des pactes de salons. Et de l’altière éternité des notables.

 

 

Pascal Décaillet

 

14:13 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Respect!

Écrit par : Johann | 25/03/2015

"Moi, vous me connaissez, je suis un type de droite. Républicain, social, mais de droite" A force de vous voir faire l'éloge de Gauchebdo et d'Ensemble à gauche, comprenez qu'on va finir par en douter quelque peu...
Seriez-vous flou ?

Écrit par : Géo | 25/03/2015

La Marge :'André Pieyre de Mandiargues, ses défilés de figures improbables séductrices du Bourgeois Gentilhomme , en mal de prendre "langue" avec la "Route" de Chancy qui traverse Onex de part en part.

Écrit par : briand | 25/03/2015

Vous me permettrez de diverger de cette apologie, sinon des idées, mais des postures des membres de cette "formation" politique. Je n'y vois qu'un assemblage improbable et protéiforme d'intérêts de circonstances, qui ne convergent généralement qu'en périodes préélectorales.

A l'exception notoire de Salika Wenger, qui sort clairement du lot, pour le meilleur, sans doute car ses ambitions électorales sont claires.

Leur lisibilité consiste la plupart du temps à dire "non" par défaut, à refuser tous changements et progrès, selon un irrémédiable principe idéologique qui fait que tout ce qui ne vient pas d'eux (toutes tendances confondues) est par définition mauvais.

Ils ont l'obstination des enragés, mais un niveau d'analyse politique proche du degré zéro. Ils n'ont aucune crédibilité. Preuve en est que leurs initiatives, fiscales notamment, sont refusées de manière cinglante à chaque fois. Ils sont les Don Quichotte de la classe politique genevoise, poursuivant des chimères aussi vaines qu'agitées. Ils ne connaissent que quelques succès électoraux marginaux, pour l'essentiel dus aux composante sociologiques des communes.

Ce n'est pas beaucoup, en dépit du bruit constant qu'ils manifestent. Et là, je suis d'accord avec vous, on les entend. Mais sont-ils écoutés?

Bien à vous.

Écrit par : Déblogueur | 26/03/2015

Illisibles, les Verts ? Et si vous creusiez un peu leur histoire, leur programme et leur action ? Votre jugement à leur égard me semble péremptoire et bien mal étayé.

Écrit par : Daniel Gubler | 26/03/2015

Quoi ?
Vous ne parlez pas de Pierre Vanek ?
Comme s'est dommage.
Voila un véritable homme politique d'envergure.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 26/03/2015

Les commentaires sont fermés.