01/04/2015

Les communes : écoutons-les !

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 01.04.15

 

Lancy, Carouge, Onex, Vernier, Meyrin : dans ces cinq villes (en attendant, jeudi 2 avril, la Ville de Genève), j’ai eu l’occasion, ces dernières semaines, d’animer des émissions spéciales, en direct de bistrots, à l’heure de l’apéro, avec tous les candidats aux Conseils administratifs (exécutifs), les 19 avril et 10 mai prochains. Passionnante expérience, surtout les moments passés, après l’antenne, à discuter avec la foule, venue assister aux débats. Il faut toujours parler avec les gens : non seulement on y apprend une multitude de choses, mais on y capte la température. Dans ces cinq principales communes suburbaines genevoises, j’ai pu dégager les préoccupations principales de la population. L’emploi, priorité absolue, loin devant les autres. Mais aussi, bien sûr, le logement. Le pouvoir d’achat. L’efficacité de la formation. Assurément, les querelles politiciennes, savoir qui est président de tel ou tel parti, n’arrivent qu’à des kilomètres derrière.

 

L’emploi. Les Verniolans, les Lancéens, les Onésiens, les Meyrinois, les Carougeois ne parlent que de cela. Ceux qui n’en ont pas rêvent d’en trouver un. Les autres, de le garder. Je n’ai entendu aucun chômeur désireux de s’éterniser dans sa situation : les gens, à Genève, veulent travailler. Ils veulent cette dignité, majeure dans nos sociétés, qui stipule qu’on gagne sa vie par soi-même, via un salaire. Ou, beaucoup plus dur, et à ne conseiller qu’aux super-battants : en travaillant comme entrepreneur indépendant, sans salaire, sans garantie, en assumant soi-même les assurances sociales, toute l’aventure pouvant s’écrouler à tout moment. Mais il s’agit là d’une catégorie hyper-minoritaire, ne vous y lancez pas comme des têtes brûlées : il faut, dans son domaine, des années d’expérience, de savoir-faire et de réseau. Et sans doute aussi un brin de folie.

 

Vernier, Meyrin, etc. : les gens veulent travailler dans le canton de Genève, et vivre dans leur commune. A Meyrin, par exemple, on rêve de pouvoir habiter aux Vergers, ce futur quartier où vont s’ériger des immeubles. On aime sa commune, son identité, son Histoire : c’est là qu’on veut vivre, et pas seulement pour y dormir. L’une des phrases les plus fortes a été prononcée le 19 mars à Vernier par Stéphane Valente, candidat UDC à l’exécutif : « Construisons la Ville – et pas seulement la Commune – de Vernier ! ». Ville, cela signifie lien social, culturel, identité commune, toutes choses que le Maire sortant, Thierry Apothéloz, l’un des élus socialistes demeurés proches du peuple, a d’ailleurs parfaitement comprises. Cinq ou six magistrats comme Apothéloz, dans la ceinture suburbaine, et jamais la gauche ne se serait fait ravir la confiance populaire par de nouveaux partis.

 

Que veulent les gens ? Travailler, et trouver à se loger. C’est tout simple, et pourtant si difficile à réaliser pour tous, dans un canton qui conserve le plus haut taux de chômage de Suisse, et où le logement à prix accessible – pour nos enfants, notamment – se fait tant désirer. Tout politicien qui aura fait des promesses dans ce deux domaines, mais aura passé sa législature à vivre en cercle fermé avec ses pairs (sur les réseaux sociaux, par exemple), aura gravement démérité. Et ne devra pas s’étonner si on le renvoie à ses chères études. Car la politique exige absolument, à l’instar de Pierre Mendès France, le seul véritable homme d’Etat de la Quatrième République, de tenir parole. Dans l’intérêt supérieur de la communauté humaine qui vous a porté à votre poste.

 

Pascal Décaillet

 

 

16:10 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.