09/04/2015

Quatorze campagnes, un bilan

 

Sur le vif - Jeudi 09.04.15 - 09.30h

 

En Ville de Genève, ils sont quatorze à briguer le Conseil administratif, entendez l’exécutif communal. Quatorze candidats, pour cinq places. L’élection va se jouer en deux tours, les dimanches 19 avril et 10 mai prochains. Nous serons tous à Uni Mail pour couvrir ces importants rendez-vous de notre vie politique, non seulement pour la Ville, mais pour les 44 autres communes. Entre les deux tours, on peut s’attendre à un « écrémage » : dans les différents camps, on renoncera sans doute aux candidats les moins bien placés, pour favoriser les chances de ceux qui restent. Et nous ne parlons ici que des candidats aux exécutifs, les Mairies. Il faut ajouter les centaines de postulants pour les Conseils municipaux (délibératifs) dans l’ensemble de nos communes.

 

En Ville donc, prenons-les de gauche à droite. Pour Ensemble à Gauche, trois candidats : Hélène Ecuyer, qui tient le vrai discours de sa famille politique, avec franc-parler et courage. Vera Figurek, l’une des révélations de la campagne, un peu moralisante, mais efficace dans le propos et la prise de parole en public. Enfin, Rémy Pagani, vieux routard, roublard, madré, le candidat aux mille astuces. Il apparaissait, dans notre débat final du 2 avril, aux Halles de l’île, comme le chef du quintet sortant, en tout cas du quatuor de gauche, ce qu’il n’est pas, mais nul n’a songé à lui contester ce rôle. Il est l’ennemi à abattre de la droite, mais ce sera fort difficile : il connaît le terrain comme sa poche.

 

Chez les socialistes, Sandrine Salerno, qui n’a cessé de s’améliorer en huit ans aux affaires. La deuxième législature, qui s’achève, est plus apaisée que la première. Il y a chez cette femme du courage et de la clarté, ce qui lui vaut des ennemis à la fois à droite et sur sa gauche. Plus consensuel, moins amateur de risques, le Maire sortant, Sami Kanaan, est un homme calme et solide. On espère une deuxième législature plus audacieuse, notamment en matière de choix culturels. Chez les Verts, Esther Alder est à l’aise dans son Département du social, elle est proche des gens, sait ce qu’elle veut, ne se laisse pas démonter, et le peu d’intérêt qu’elle semble porter aux joutes politiciennes pourrait bien être mis à son crédit par le corps électoral.

 

A droite, il y a d’abord le cinquième sortant, le PDC Guillaume Barazzone. Très malin en campagne ! Il n’intervient que pour valoriser son bilan, qui est d’ailleurs intéressant sur le plan des polices municipales. Et puis, il y a ce fameux trio PLR.  Pourquoi trois personnes ? Nul ne l’a compris pour l’heure, à commencer par les candidats eux-mêmes. Ils sont charmants, bien habillés, courtois : Natacha Buffet-Desfayes, compétente et pleine d’humour, mais qui doit encore s’affirmer dans les débats publics ; Adrien Genecand, bel opposant pendant toute la législature, mais qui donne l’impression de fatigue en fin de campagne ; Pierre Conne, royal, solitaire, céleste, comme l’Aigle qui décrit des cercles.

 

Restent Sue Putallaz, candidate des Verts libéraux : elle doit se battre, avec son équipe, pour déjà « entrer » avec le quorum au Municipal. Thomas Bläsi, révélation UDC de la campagne : compétence, courtoisie, humour, capacité de jeter des ponts, assurément un espoir de la politique genevoise. Enfin, les deux candidats MCG : le bouillant et virevoltant Carlos Medeiros, et Daniel Sormanni, excellent connaisseur des finances communales. Voilà, vous les connaissez tous. Il vous reste à voter. Les dés sont jetés.

 

Pascal Décaillet

 

09:30 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.