15/04/2015

Le patronat n'appartient pas aux libéraux

 


Commentaire publié dans GHI - Mercredi 15.04.15



L’UDC genevoise voit rouge. Dans un communiqué publié le 8 avril, sa présidente, Céline Amaudruz, ainsi que le secrétaire général, Eric Bertinat, disent leur colère. Ils s’en prennent à une lettre, adressée par les plus hautes autorités de la FER (Fédération des entreprises romandes), soit le président Nicolas Brunschwig et le directeur général Blaise Matthey, aux 27'000 entreprises membres de cette organisation patronale, « pour favoriser, en Ville de Genève, le candidat PDC Guillaume Barazzone ». L’UDC genevoise, parti de droite, favorable à l’esprit d’entreprise et à la libre concurrence, voit dans ce soutien non seulement une injustice, mais aussi un décalage complet face à la situation actuelle de l’économie genevoise. Assurément, les arguments et le courroux de ce parti méritent d’être entendus.


 
Bien entendu, la FER est une organisation libre de ses choix et préférences, elle a le droit de soutenir qui elle veut. Libre à ses entrepreneurs membres (dont votre serviteur) de tenir compte ou non de ses mots d’ordre, après tout nous sommes adultes et vaccinés. Mais tout de même, des questions se posent. Au-delà de cette faîtière et de Genève, pourquoi diable les représentants du patronat, en Suisse, sont-ils à ce point liés aux libéraux, au capitalisme financier, à une conception de l’économie dont le pays tout entier est gentiment en train de revenir, avec le retour des frontières, celui du sentiment d’appartenance, et surtout celui de préférence aux résidents. Préférence cantonale. Préférence nationale, jusqu’à un certain Christophe Darbellay, président du PDC suisse ?


 
Ce qui exaspère l’UDC genevoise, c’est le soutien sans faille de la FER aux partis de l’Entente (PLR, PDC). Comme si l’UDC (ou d’ailleurs aussi le MCG, les Verts, les Verts libéraux, d’autres encore) n’étaient pas eux aussi des partis d’entreprise. Mais justement, de petits entrepreneurs souvent ! Ceux qui prennent tous les risques. Investissent (donc risquent de perdre) leur propre argent, leur patrimoine. Et qui ont moins accès que d’autres à certains crédits bancaires. Ce sont pourtant ces méritoires aventuriers-là qui sont la sève et le sang de l’économie genevoise de proximité, sa respiration, son poumon. « Ni le PLR, ni même le PDC, poursuit le communiqué de l’UDC, ne sont aujourd’hui les acteurs principaux de la politique économique ». Et ils rappellent ce récent classement de l’USAM (Union suisse des arts et métiers), la faîtière nationale des petits patrons, notamment dans le commerce et l’artisanat, reconnaissant l’UDC comme le parti le plus proche de l’économie en Suisse.


 
Tiens l’USAM, un mot sur le sujet. Depuis que la présidence de cette organisation, longtemps radicale, est assumée par une personnalité UDC de premier rang, le Fribourgeois Jean-François Rime, on voit fleurir, sous d’improbables plumes libérales, tous les reproches du monde contre ses nouvelles orientations. Comme si la norme, pour l’éternité, de tous les représentants du patronat en Suisse, était la totale obédience à l’idéologie libérale et à ses affidés. Oui, sur ce coup l’UDC genevoise a eu raison de rugir. Non, les patrons ne sont pas tous libéraux. Oui, certaines organisations,  à Genève comme en Suisse, sont en retard de plusieurs guerres. Des changements s’imposent.


 
Pascal Décaillet

 

11:22 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Il n'y a vraiment pas de quoi plaindre l'UDC, nationale ou alors cantonale.
Les banques versent des dons à tous ceux qui les soutiennent ... pour vu qu'ils aillent dans leur sens.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 15/04/2015

l'UDC genevoise rugit, comme vous dites... Et la caravane du progrès passe, sans même la regarder, ni le MCG d'ailleurs.

Écrit par : Déblogueur | 15/04/2015

"Mais tout de même, des questions se posent. Au-delà de cette faîtière et de Genève, pourquoi diable les représentants du patronat, en Suisse, sont-ils à ce point liés aux libéraux, au capitalisme financier, à une conception de l’économie dont le pays tout entier est gentiment en train de revenir, avec le retour des frontières, celui du sentiment d’appartenance, et surtout celui de préférence aux résidents. Préférence cantonale. Préférence nationale, jusqu’à un certain Christophe Darbellay, président du PDC suisse ?"

Tous les éléments sont réunis pour qu'en en revienne, si l'on n'y prend garde, aux bon vieux nationalisme : xénophobie rampante, préférence nationale, contingents. Bref tout ce qu'il faut pour attiser la haine de celui qui vient d'ailleurs. Ce n'est pas ma vision. Ca ne va pas faciliter mes choix lors des élections fédérales à venir.

Écrit par : Michel Sommer | 15/04/2015

Sans vraiment le vouloir, les libéraux économiques et sociétaux préparent le retour des grands mouvements "telluriques". Comme le dit bien Hervé Juvin dans "Le Renversement du Monde": " Et le paradoxe veut que le projet anthropologique du néo-libéralisme conduise les individus sans repères sans combat ni projet, interdits d’être un peuple ou une nation, à réveiller les plus anciennes déterminations de leurs origines, que sont la race, la religion ou la terre."
Que cela vienne, vite !

Écrit par : Paul Bär | 15/04/2015

"Comme si la norme, pour l’éternité, de tous les représentants du patronat en Suisse, était la totale obédience à l’idéologie libérale et à ses affidés."

Complètement d'accord. C'est en tout cas ce qu'ils veulent nous faire croire. Si on regarde les choses sous un angle pragmatique nul doute que l'UDC représente beaucoup plus le patronat que le PLR, ce dernier qui représente plutôt le profit à tous prix et le démantèlement de l'Etat. Quant au PDC il n'existe que grâce au PLR donc nul besoin de parler de ce parti sans saveur.

Écrit par : Alexandre Nigg | 16/04/2015

Ceux qui cette année vont voter pour le PLR n'auront plus le droit de se plaindre de la mauvaise qualité de vie et de travail que l'on rencontre à tous les coins de rue!

Rappelez-vous qui vous vendaient les accords de Schengen comme la panacée et que cela n'aurait aucun inconvénient pour les Citoyens Suisses.

A vous de voir, l'avenir nous appartient encore un peu.....pas sûr que cela dure encore longtemps avec les richissimes et arrivistes PLR!

Écrit par : Corélande | 16/04/2015

Les commentaires sont fermés.