25/04/2015

Pierre Weiss : chaleur et lumière

20150425113921677.jpg 

Hommage - Samedi 25.04.15 - 17.59h

 

Un homme de parole, un amoureux du verbe et de la musique, un redoutable bretteur, un fou de politique, une âme ouverte à la dimension spirituelle. Tel était Pierre Weiss, qui vient de nous quitter après un très courageux combat contre la maladie. Un homme habité par la vie. Tout sonore de l’excitation d’être. Un homme de culture, sensible aux langues (il en parlait plusieurs, dont l’italien), à la musicalité des syllabes, au chant des phrases. Orateur, il cherchait tout en parlant, s’écoutait dire, scandait, variait le tempo, décochait : le rythme, dans son discours, occupait une place majeure.

 

Il ne lisait pas, Dieu merci. Il devait avoir quelques mots-clefs, savait de toute façon où il allait, se laissait trahir par ses propre pièges, et justement cette imperfection le servait, authentifiant l’improvisation. L’oralité est un métier, il l’avait appris très tôt, je sais exactement où et avec quels maîtres. Il savait avec une belle maîtrise compenser le défaut de grave, dans la tonalité de sa voix, par l’exubérance, tel le rossignol, sur la plus haute branche.

 

Nous n’étions pas d’accord, Pierre Weiss et moi, sur le rôle de l’Etat en politique, disons que j’en voulais plus que lui. Ni sur le libre-échange économique. J’ai toujours été protectionniste, lui pas. Mais en vérité, combien ces dissensions-là sont vaines, lorsque remonte à la mémoire le champ de ce qui fut partagé. Nous avons eu les mêmes professeurs, dans cette école où j’ai passé onze années de ma vie et où, de six ans mon aîné, il m’avait précédé. Nous en parlions souvent, laissant se mélanger nos nostalgies, puissantes.

 

Pierre Weiss était un homme de culture. Son rapport à la musique, par exemple, était bouleversant. Sa relation, aussi, avec la langue italienne, si subtile, si complexe. Son ancrage dans les humanités. Sa passion rhétorique pour la « disputatio », la joute oui, mais aussi construite que vivace, où la structure le dispute à l’étincelant. Parler en public comme on se met, au sens propre, à l’ouvrage. L’improvisation ne s’improvise pas.

 

Il y aurait beaucoup à dire sur le lien qu’entretenait cet homme de passion avec les Lumières. Il n’en était héritier que partiellement, dans l’ordre de la liberté, qui nous réunit tous. Mais lorsqu’il n’était plus nécessaire de démontrer du haut d’une tribune, cet homme, en cercle plus fermé, ne cachait pas la part de spiritualité dans son chemin. Dans ces échanges-là, on pouvait découvrir une autre dimension que le métallique « Freisinn » de certains de ses collègues de parti. Aussi, ses goûts littéraires, et surtout musicaux, attestaient d’une incroyable ouverture à cette part de l’intime et du tellurisme que d’aucuns, pour faire court, ont appelé « le romantisme ». Disons, tout au moins, la dimension lyrique, celle qui s’en va faire vibrer d’autres cordes que les seuls accents de la Raison. Vernunft.

 

Le monde politique genevois perd un homme d’une grande valeur. Un humaniste, l’un des derniers. Trempé dans la splendeur et la puissance du verbe. Habité par l’oraison. A sa famille, ses proches, émotion et sympathie. Quelque part, dans la partition inachevée du cosmos.

 

Pascal Décaillet

 

17:59 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Merci pour ce bel hommage mérité.J'ai siégé 4 ans avec lui à la co/finances. Redoutable adversaire maîtrisant les dossiers dans le détail, un brin provocateur par goût de la maïeutique. Nous bavardions souvent in italiano en pause ou aux Pas Perdus. Sa culture était impressionnante mais il ne l'étalait pas. Intarissable sur son anti-berlusconisme qu'il illustrait par un humour cinglant. Respect à lui.
p.l.

Écrit par : Losio Pierre | 25/04/2015

Merci Monsieur Descaillet !

Écrit par : Philippe Morel | 25/04/2015

Oui, Respect !
Il était encore là, sur votre plateau d'Uni mail lors du résultat de l'élection du premier tour au CE fin 2013. Et je m'étais permis de relever qu'il prenait des risques dans sa dialectique. Il ne m'avait pas habitué à ça. Je l'ai applaudi en pensant qu'il prenait de la bouteille. En fait, il savait déjà que c'était la fin, et il n'en parlait pas. Chapeau bas.

Écrit par : Pierre Jenni | 25/04/2015

Encore un ami qui s'en va ... Soli Pardo, Michel Chevrolet, Per Amann ...

Mes sincères condoléances à sa famille.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 26/04/2015

Pierre Weiss aimait le Valais, le musée de la fondation Gianadda et son jardin enchanteur. Il appréciait un bon restaurant et un verre de vin blanc, des instants qu'il partageait avec ses proches dans la joie et la bonne humeur, sans ne rien laisser paraître de sa maladie.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 26/04/2015

Adieu Pierre, à bientôt
Merci Pascal pour ce magnifique hommage.

Écrit par : Bertrand Buchs | 26/04/2015

Il y a des hommes que la politique tue et des hommes qui tuent la politique.

Merci pour ce bel hommage Pascal Décaillet.

Quel choc que le décès de ce grand Monsieur.

Reposez en paix Monsieur Weiss.

Mes condoléances attristées à sa famille.

Écrit par : Patoucha | 27/04/2015

Commentaires de Liberté chérie: C'est INADMISSIBLE!

http://boulevarddelislamisme.blog.tdg.ch/archive/2015/04/25/pierre-weiss-le-coeur-la-tete-et-israel-266667.html

Écrit par : Patoucha | 27/04/2015

Bof.. Tout ce que j'ai retenu de ce Monsieur, ce qu'il voulait couper la alimentations électrique aux gazouis. Cela met en relief son humanisme en effet.

Écrit par : Bof | 27/04/2015

Bof: "Bof.. Tout ce que j'ai retenu de ce Monsieur,"

Le Beauf! Tout ce qu'on retiendra de vous c'est une lamentable et méprisable interjection d'un progazaouis par antisémitisme.

PS: Monsieur Pierre Weiss n'était pas de confession israélite.

Écrit par : Patoucha | 27/04/2015

oui, oui, Patoucha, indignez-vous!

Écrit par : Patoucho | 27/04/2015

Je laisse à Pascale Décaillet l'indignation de vos commentaires le troll Bof/Patoucho, usurpateur aux XL pseudos:

"....Comme je porte un dédain profond envers toutes les religions, je ne peux que faire de même avec le judaïsme.
-
On va finir par prouver ici que Dieudonné a raison de se méfier des personnes de religion juive...

Écrit par : Patoucho | 13/01/2014

@Johann
Don't feed the troll!

Écrit par : Mère-Grand | 13/01/2014

Bonjour Mère-Grand, suis-je la personne que vous qualifiez de troll ? :=))

Lisez ce que je dis, au lieu de me traiter de troll! :=)

Écrit par : Patoucho | 13/01/2014

Voili, voilà!

Écrit par : Patoucha | 17/05/2015

Les commentaires sont fermés.