08/05/2015

Allemagne, Année Zéro

dhm_0329395.jpg 

Sur le vif - Vendredi 08.05.15 - 17.06h

 

Berlin, 8 mai 1945. Soudain, l’immensité étourdissante du silence. J’ai visionné, ces derniers jours, des heures d’archives sur ces moments-là, autour de la capitulation, les semaines qui suivent, aussi. A Berlin, et ailleurs en Allemagne. Tous les témoins que j’ai pu interroger, dans ma vie, sur le sujet, disent la même chose : avant tout, un indicible soulagement. Berlin a été prise au corps à corps. Les combats, quartier par quartier, immeuble par immeuble, ont été terribles, dantesques. La résistance allemande, incroyable. Les corps vivants de la Wehrmacht (des gamins, parfois, comme ceux de Napoléon en 1814), entremêlés, comme à Stalingrad, avec ceux de l’Armée Rouge, tout aussi jeunes. Encore, le sang qui coule. Encore, la mort, des deux côtés. Destins brisés, familles en deuil. Et puis, tout à coup, suite à une signature du Maréchal Keitel, le silence.

 

Le silence ne résout rien. Mais il apaise. Le pays en ruines, les villes surtout, les lignes ferroviaires, les usines, les routes, les gares, les aéroports. Il faudra des années, tous le savent. Les premières années, rien que déblayer. Et puis, à partir des années cinquante, commencer à reconstruire. Et puis, plus tard encore, il y aura la reconstruction morale. L’examen de conscience du peuple allemand, tardif, mais réel, douloureux, mené à fond, et à bien des égards exemplaire. Je n’ai pas connu l’Allemagne en ruines, mais je l’ai connue avant l’examen de conscience : mirage économique des années 60, début années 70, certains s’imaginaient que l’argent du Plan Marshall aurait la vertu de tout laver, par le miracle d’une pluie bienfaisante. Ils se trompaient, bien sûr.

 

En ce jour de 70ème anniversaire, je pense à deux ou trois Allemands, très précis, que ma mère avait connus, du côté de Würzburg, en 1937 et 1938. Je pense à ceux qui sont morts, l’un sur le front russe, l’autre au soir du 20 juillet 1944, face à un peloton. J’ai les photos, les lettres. J’y reviendrai, un jour. Je pense aux millions de victimes du Troisième Reich, à la machine à tuer, je pense au peuple juif qui a frôlé l’éradication en Europe centrale, il s’en est fallu de peu. Mais avant toute chose, je pense à ce qui m’est toujours apparu comme l’événement majeur de l’après-guerre dans l’Histoire allemande, avec la chute du Mur : la génuflexion de Willy Brandt à Varsovie, le 7 décembre 1970. Il faut lire l’Histoire - elle a été établie, depuis – de ce geste symbolique. Comment le chancelier qui avait combattu le Troisième Reich avait décidé, ce jour-là, de prendre sur lui le destin de son pays : se rendant en Pologne pour cette première visite depuis l’horreur, il n’était pas, ne voulait pas être, le résistant exilé en Norvège, mais le successeur, assumant le passé, au nom de la continuité allemande.

 

L’Histoire allemande me fascine, depuis toujours, et Dieu merci pas seulement celle des années 1933-1945. Pour y entrer avec quelque pertinence, il faut impérativement la considérer dans sa continuité. Trop facile de n’entrevoir dans le Troisième Reich qu’une parenthèse. Comme si pendant douze ans, jaillie de l’Enfer, s’était installée l’horreur, pour disparaître après. Cette vision est fausse. Le Troisième Reich puise ses racines dans le passé allemand, et conditionne aussi bien des structures de l’après-guerre. Les démons, on les a extirpés, mais l’Histoire, ils l’habitent : nul ne pourra les en chasser.

 

Je ne parle ici que de l’Allemagne, mais cette guerre était mondiale, bien sûr. Je parle de l’Allemagne, parce que je connais ce pays, je vis avec son Histoire, sa littérature, sa musique, sa poésie, depuis si longtemps. Et puis, pour d’autre raisons, plus intimes encore. En ce jour de commémoration, ma pensée va vers tous les morts de la guerre, toutes les victimes. Elle va vers les Algériens tombés à Sétif, en pleine fête de la Victoire, oui ce 8 mai 1945, préfiguration de la Toussaint sanglante du 1er novembre 1954, et de ce qu’il sera convenu d’appeler « La Guerre d’Algérie ».

 

Je pense à cette Allemagne, Année Zéro de 1945. Je pense à Bertolt Brecht, l’un des écrivains qui ne me quittent jamais, et à son inoubliable poème « Deutschland, bleiche Mutter », Allemagne mère blafarde. Je pense à Paul Celan et à sa « Niemandsrose », sa Rose de Personne. Celan, Allemand de Roumanie, toute la famille perdue dans les camps. Un jour d’avril 1970, dans sa cinquantième année, du Pont Mirabeau, il se jette dans la Seine. Il laisse derrière lui l’œuvre poétique la plus troublante du vingtième siècle allemand. Je ne sais pourquoi je vous parle de lui, de tout cela. Mais il fallait que des choses remontent. Dans l’ordre du chaos. Mais aussi, dans la fragilité du sublime.

 

Pascal Décaillet

 

17:06 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

La seconde partie de la Guerre Mondiale ne s'est pas terminée en 1945 mais à la chute du communisme en Russie. L'Allemagne a pu se réunifier, les pays du glacis se libérer du joug soviétique.
Et malheureusement, l'Empire romain germanique se reformer. Un IVème Reich ?

Écrit par : Géo | 08/05/2015

@Géo Ce IVe Reich dont vous parlez a un nom, il s'appelle la Lotharingie industrielle, qui représente le puissant axe industriel du centre de l'Europe qui a donné naissance à la direction commune de l'Europe par l'Allemagne et la France. Il était déjà en train d'être mis en place en 1943. Extrait : "Dès 1943, alors même que la guerre n’est pas terminée ceux qui deviendront les dirigeants français d’après-guerre discutent déjà à Alger de la manière dont ils vont réorganiser la France et… l’Europe. Dans un passage de ses Mémoires intitulé « Imaginer la paix », Jean Monnet, l’un des Pères fondateurs de l’Union Européenne, en raconte le détail : « On l’a vu, nous avions beaucoup discuté de ces problèmes à Alger avec René Mayer, Alphand, Marjolin et Hirsch, et chacun de nous avait apporté sa contribution à l’étude d’une politique qui pourrait être celle du Comité national. Hervé Alphand avait étudié les conditions d’une Union économique européenne allant bien au-delà d’une simple union douanière. René Mayer envisageait la création d’une Lotharingie industrielle. » in "La dette grecque ou la honte de l'Europe" Michel Piccand, disponible en ligne, tapez dans google. Vous y trouverez l'explication complète de cette dénomination de Lotharingie industrielle.

Écrit par : Editions Adimante | 08/05/2015

Jean Monnet, l'agent américain qui sabotait les interventions du général De Gaulle à la BBC ?

http://www.les-crises.fr/l-ue-l-empire-c-est-la-guerre/

L'avoué de la JP Morgan, l'avocat de la mafia pendant la prohibition?

http://www.scriptoblog.com/index.php?option=com_content&view=article&id=379:complicites-et-financements-sovieto-nazis&catid=49:geopolitique&Itemid=55

Parfait duo avec son camarade Schuman, le vichyste.

Écrit par : Paul Bär | 09/05/2015

Pour l'Allemagne, pour toutes les nations d'Europe, l'année 0 recommence chaque année.

Exemple, le président turc en campagne en Allemagne (déjà rien que cela, cela devrait faire hurler):

http://www.spiegel.de/politik/deutschland/erdogan-in-karlsruhe-tuerkischer-praesident-spricht-vor-14-000-anhaengern-a-1033080.html

Président turc (s'adressant à la foule): "vous êtes notre force à l’étranger."
Foule turque: " une nation, un drapeau, une patrie, un État."
Démocrate allemand, profondément républicain: "tout va bien, je ne vois là que des Allemands".

Que quelqu'un tire la chasse, de tout ce système, de tous nos "représentants".

Écrit par : Paul Bär | 11/05/2015

Les commentaires sont fermés.