14/05/2015

Communes 2020 : la proportionnelle s'impose

huis-clos.jpg 

Sur le vif - Jeudi 14.05.15 - 17.27h

 

Pour 2015, c’est joué, on n’y revient pas. Nos 45 communes ont leurs autorités pour soixante mois. Cinq ans. Je n’ai pas voulu, en pleine campagne, lancer une réflexion sur le mode de scrutin : on ne met pas en question les règles pendant le jeu. Mais maintenant, chacun d’entre nous est libre, chaque citoyen, de tirer les leçons de ce qu’il a vu pendant cette campagne électorale, et d’imaginer, à haute voix, des réformes. J’en préconise, très clairement, une : élire les magistrats communaux à la proportionnelle, en un tour. Cette élection pourrait avoir lieu en même temps que celle des délibératifs, il y aurait donc un seul tour, en tout. Je parle ici de 2020 : nous avons donc largement le temps d’y réfléchir.

 

Pour être franc, je n’ai pas exactement compris pourquoi il fallait deux tours pour élire les exécutifs des communes. Pourquoi le peuple ne désignerait-il pas, de façon simple, claire, à la proportionnelle, en un seul tour, les membres des Mairies ? Pour la Ville de Genève, les cinq premiers siégeraient. Pour les autres communes, les trois premiers. Punkt. Schluss.

 

Car enfin, le système actuel, majoritaire à deux tours, est tout de même singulier. On vote une première fois, avec un trio gagnant (ou, en Ville de Genève, un quintet). Et puis, on vous dit que c’est pour beurre, ça ne compte pas, c’était juste un galop d’essai. Alors, on remet tout à zéro, et on recommence. Et entre les deux tours, ce moment où le citoyen commence à en avoir marre parce que ça devient trop long, c’est l’âge d’or des cuisines politiques, l’Eden des états-majors, le grand moment des arrière-boutiques, le paradis des maquignons. Qui, derrière votre dos, entre eux, souvent au détriment du sens, concoctent ce qu’on appelle pudiquement des « alliances ».

 

Il existe certes des alliances « naturelles », encore que je méfie du concept de nature en politique. Mais il en est d’autres, on l’a bien vu, et on en a assez parlé, totalement biscornues. On les justifie comme on peut, camouflant le plus souvent sous le paravent de la morale ce qui n’est, en réalité, que manœuvres tactiques pour faire passer les siens. Cela, tout le monde le sait, le voit, nul n’en est dupe.

 

Et voyez-vous, tout cela me rappelle la chimie. Il existe des métaux plus ductiles que d’autres. Plus aptes à s’allier. Il en va de même pour les partis. Et on ne cesse de nous chanter les louanges de cette aptitude à l’alliance, comme si elle était un but en soi, une vertu cardinale de la politique. Je ne partage absolument pas ce point de vue, et vous le savez pour me lire depuis longtemps. Pour moi, ce qui compte, ce sont les valeurs intrinsèques d’un parti. Et non sa capacité à s’en aller, à la première occasion, conter fleurette à un autre. Parce que cette fleurette, ou ce flirt, ou cette idylle, nul n’en est dupe : elle n’est là que pour un temps bien plus ténu, encore, que dans la chanson de Michel Delpech. Elle n’est là que pour assouvir le cynisme des ambitions. Au détriment du sens. De la fierté. De la verticalité. Je n’aime pas ces manières. Ni dans les partis, ni chez les gens.

 

A cet égard, une réflexion sur l’introduction de la proportionnelle dans l’élection des exécutifs communaux me semblerait une piste intellectuellement intéressante. Même si je peux déjà vous dire comment les choses vont se passer : les partis marginalisés, ce printemps, par le système, iront peut-être dans mon sens. L’alliance des autres les combattra. Et au final, rien ne changera. La ductilité l’aura emporté sur la force intrinsèque : c’est une loi de la politique chez nous. Eh bien, comme dirait Garcin à la fin d’une célèbre pièce de Sartre, continuons. La pièce s’appelle « Huis clos ». On y demeure délicieusement entre soi. Pour l’éternité.

 

Pascal Décaillet

 

17:27 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Si je vous rejoins sur le constat qu'il y a un problème, le remède me semble pire que la mal : il faut bien se rendre compte qu'à la majoritaire, on vote pour des personnes et à la proportionnelle, pour des partis. Pas sûr que pour les exécutifs l'étiquette partisane doive primer sur la personnalité et les compétences individuelles.

Écrit par : Gregory von Niederhäusern | 14/05/2015

Quand vous parliez de faire élire le Conseil fédéral par le peuple, vous aviez raison. Et quand vous parlez maintenant de la proportionnelle, vous avez également raison.

Parce que c'est quoi, le système majoritaire, si ce n'est la possibilité pour le système de maintenir, par le jeu des alliances, un pouvoir permanent à "l'UMPS", avec une part importante de la population non représentée.

L'exemple le plus récent, l'UKIP, numériquement troisième parti de Grande-Bretagne. Résultat, 1 siège. Ou comme en Norvège où le centre-droit et la gauche ont passé un accord, visant à ce que les vrais partis de droite ne soient jamais représentés nulle part.

Bref, de la "démocratie" majoritaire comme un coup d'état permanent.

Écrit par : Paul Bär | 15/05/2015

L'actuel sytème à deux tours n'est pas plus long qu'avant, lorsque les élections au délibératifs et aux exécutifs n'avaient pas lieu au même moment. De plus, votre raisonnement est étrange. Un système à un tour à la proportionnelle existe déjà pour le délibératif. Et mordious, il y a autant de petites alliances "contre-nature".

L'idée de la proportionnelle appliquée à un exécutif sur un mode de scrutin populaire annihile l'individu pour en faire une répartition des forces. Et qui déciderait dès lors des têtes de liste? Les partis? Vous pensez vraiment que les petits calculs politiques en seraient diminués et la démocratie agrandie?

Écrit par : Olivier | 15/05/2015

Messieurs Décaillet et Niederhäusern, je dirais même que vos théories peuvent aussi bien s'appliquer au niveau communal que cantonal. Bien à vous, PW

Écrit par : Patrick Wehrli | 15/05/2015

Bon, on est en plus là, on discute du règlement d'étage alors que la maison brûle:

https://www.youtube.com/watch?v=ynvMCh0EBCQ

Je ne poste pas cela pour agacer, pour provoquer, pour "troller", mais la réalité va bientôt devenir plus "impérative" quant aux mesures à prendre...

Écrit par : Paul Bär | 15/05/2015

Intéressante, cette vidéo. On y voit des migrants caillasser. Puisqu'ils avancent, leur objectif est donc mobile. Ils caillassaient donc des gens, et les seuls gens à cet endroit devaient donc être des agents de police. jamais la caméra ne les montre. Ils sont peut-être morts à cette heure, mais on ne verra jamais d'image. Il faut protéger l'image des héros modernes, que dis-je, des dieux actuels, les migrants. Pas une heure à la RTS sans une émission consacrée à leur plus grande gloire...

Écrit par : Géo | 16/05/2015

Comme on fait son lit, on se couche...

http://www.lematin.ch/suisse/c-geneve-ville-sure-suisse/story/25286845?comments=1

... remarque qui vise aussi bien les subversifs de gauche que les "bien-pensants" de droite.

En moins de vingt ans, vous avez transformé la Suisse, notre Suisse, en un véritable bordel. Puissiez-vous recevoir un jour la monnaie de votre pièce.

Écrit par : Paul Bär | 17/05/2015

Les commentaires sont fermés.