29/05/2015

Candidature Loretan : bienvenue, M. Passepartout !

image.jpg 

Sur le vif - Vendredi 29.05.15 - 16.07h

 

Raymond Loretan, 60 ans, sera donc le candidat du PDC genevois au Conseil des Etats. Dans la stratégie de la droite genevoise pour tenter d’attaquer le bastion de gauche à la Chambre des Cantons, c’est un bon choix : je connais M. Loretan depuis de longues années, nous étions à Berne en même temps, lui comme conseiller personnel de M. Koller puis comme secrétaire général du PDC suisse, moi comme correspondant parlementaire. C’est un homme de valeur, intelligent, polyglotte, connaissant très bien la Suisse : sous les lambris des Etats, il serait parfaitement à son aise.

 

Donc, M. Loretan a parfaitement le droit d’aspirer à siéger au Stöckli, et le PDC genevois, celui de l’envoyer dans ce combat. Mais il se trouve qu’il est aussi président de la SSR. Et que nous sommes à dix-sept jours d’une votation très importante concernant cette institution. Peut-on, pendant ces dix-sept jours de campagne, demeurer à la tête de la SSR, en s’étant dévoilé comme candidat ? La question se pose. M. Loretan remet certes son mandat le 22 juin, dont acte. Disons qu’il aurait pu – ou dû – le remettre avec effet immédiat, pour clarifier les choses.

 

Mais l’important n’est pas là. Ce qui frappe, c’est à quel point cette double casquette pendant dix-sept jours, président et candidat d’un parti aux Chambres fédérales, semble sans problème passer la rampe dans l’opinion, dès lors qu’il s’agit du PDC. Car enfin, imaginez que, dans n’importe quel canton suisse, tiens disons Zurich, le président en exercice de la SSR se fût porté candidat UDC aux Etats. Je vous l’affirme : dans les minutes qui suivaient, un concert de protestations s’élevait, pour demander sa démission immédiate de l’institution. Je dis cela pour l’UDC, mais il est bien possible que si notre homme avait été socialiste, ou même PLR, les voix auraient aussi grincé.

 

Seulement voilà, le PDC, c’est le parti Passepartout, pour reprendre le nom de ce sympathique héros de Jules Verne. Être PDC, dans la tête des gens, c’est presque comme si on ne faisait pas de politique. C’est tellement centriste, gentil, accommodant, poli et policé, ça fait tellement partie du paysage institutionnel, que ça passe. Partout.

 

Pourtant, le PDC suisse est un parti comme un autre. Son Histoire (sur laquelle, comme vous savez, j’ai pas mal écrit, notamment les années de résistance des catholiques conservateurs, entre 1848 et 1891) est passionnante. C’est un vrai parti, avec de belles figures, une idéologie politique bien précise. Bref, le PDC est un parti, autant que l’UDC. Autant que les socialistes. Autant que le PLR. Il se partage d’ailleurs le pouvoir avec un d’entre eux depuis 1891, deux d'entre eux depuis 1930, trois d'entre eux depuis 1943.

 

Le problème, ça n’est donc pas la candidature de M. Loretan. C’est l’aspect passe-partout de son parti, cette capacité à passer entre les gouttes de la critique : tout ce qui vient du PDC semble normal. Voilà donc la candidature passe-partout de M. Passepartout. Quelque part, dans cet éther de notre ciel politique qui semble – sans doute par le fruit d’un miracle – échapper par nature à toute turbulence. Comme les deux héros de Jules Verne, quelque part dans le ciel du monde, dans la douce tiédeur de leur Montgolfière.

 

Pascal Décaillet

 

 

16:07 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

"C’est l’aspect passe-partout de son parti, cette capacité à passer entre les gouttes de la critique " vous n'êtes pas en train de DeBlatterer?

Écrit par : briand | 29/05/2015

Incroyable !
A peine arrivé dans le parti et le voila propulsé ...

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 31/05/2015

Les commentaires sont fermés.