30/05/2015

M. Sarkozy et la mer, toujours recommencée

1199950.jpeg 

 Sur le vif - Samedi 30.05.15 - 17.40h

 

Les Républicains. C’est un mot magnifique. Rassembleur. Le seul qui vaille. En un peu plus de deux siècles d’Histoire de la droite française, il me peine que ce soit Sarkozy qui se pare de ce mot, mais après tout tant mieux pour lui, les autres avaient tout loisir de le faire avant.

 

Je n’aime pas M. Sarkozy, vous le savez. Sur les sept présidents de la Cinquième, c’est celui que j’ai trouvé le moins à la hauteur de la fonction. Je dis la fonction, pas la compétence. Je reconnais son énergie, sa force de travail, il a fait ce qu’il a pu dans une période difficile. Ce que je n’aime pas, ce sont les signes orléanistes qu’il a délivrés, cette impression de génuflexion devant les forces de l’Argent : pour moi, à ce niveau-là, dans l’exigence de cette symbolique-là, ça ne pouvait pas passer, ça ne passe pas.

 

Pourtant, je ne lui en veux absolument pas de lancer « Les Républicains ». La dénomination était apparemment vacante, il s’en est emparé, il a bien raison. C’est mille fois mieux qu’UMP, mieux que RPR, mieux qu’UDR, UNR, et même mieux que RPF. Voyez, je remonte en ma mémoire, jusqu’à ce jour de 1947 où Charles de Gaulle avait cru bon de se lancer en politique politicienne, je ne suis pas sûr que ce fût son meilleur rôle.

 

Mais enfin, « Les Républicains », ça a de la gueule ! Il faut remonter aux Radicaux, ce très grand parti qui avait été, entre autres, celui de Clemenceau, le parti-roi de la Troisième (1870-1940), pour trouver une appellation aussi simple et belle, charpentée dans son idéologie, ancrée dans l’Histoire. D’ailleurs, en France comme en Suisse romande, les Radicaux, au début du dix-neuvième siècle, pendant qu’ils rasaient les murs sous la Restauration, on les appelait « Les Républicains ».

 

Curieux, d’ailleurs, à quel point la droite républicaine française, si riche d’Histoire depuis 1792, a toujours, beaucoup plus que la gauche, peiné à se fixer sur un nom. Alors qu’en face, il y a depuis plus d’un siècle « les socialistes », comme il y eut longtemps « les communistes », des noms simples et parlants, les multiples familles de droite, qu’elles fussent orléanistes ou bonapartistes, ont multiplié les changements d’étiquettes, les sigles à coucher dehors, hélas souvent pour servir de chapelle – ou d’écurie – à un homme fort : de Gaulle lance le RPF en 1947, Chirac fonde le RPR en 1976, on nomme, on débaptise, à la vérité on ne fait que changer d’appellations, sur des grands courants qui, eux, n’ont guère changé depuis 1792. Le Jacobin contre la Gironde, le Montagnard contre le Modéré, quelque part le Marais, etc.

 

On rêverait que la nouvelle appellation d’aujourd’hui corresponde à une nouvelle donne. Sans remonter à Jemappes ni Fleurus, encore moins Valmy, qui d’entre nous n’aspire à une flamme républicaine ravivée chez nos amis français ? Autour de quelques fondamentaux, comme par exemple l’Ecole, l’Education, la Culture partagée, la Transmission, la Connaissance. Lorsque la France ranime la République, par Jules Ferry au début des années 1880, par Clemenceau dès 1917, par Charles de Gaulle entre 1944 et 1946, par Mendès France en 1954-55, à nouveau par le Général en 1958, alors oui, nous les voisins de ce grand pays ami, tout en demeurant nous-mêmes, nous sentons comme un souffle puissant traverser l’Histoire.

 

Il n’est pas sûr, hélas, que ce nom magnifique, marmoréen comme une statue dans le carré des morts, rassembleur, transcendant les clivages, ne constitue pas, pour M. Sarkozy, un costume un peu trop grand. Le costume, par exemple, de Charles de Gaulle. Lorsqu’il descendait les Champs-Élysées, en ce jour de fin août 1944, et qu’il disait « C’est la mer ! ».

 

Oui, la mer, M. Sarkozy. La mer de Paul Valéry, toujours recommencée.

 

 

Pascal Décaillet

 

17:40 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Comment différenciera-t-on un républicain d'un républicain ? Il est assez ahurissant de constater comment N. Sarkozy se permet de confisquer la République comme si un socialiste, un vert ou encore l'extrême de gauche ou de droite n'étaient pas des républicains.

Faudra-t-il préciser que l'on est républicain mais n'appartenant pas au parti républicain ?

Écrit par : Michel Sommer | 30/05/2015

Il est assez navrant de constater que ces Républicains nouveaux ont choisi ce mot, République, tellement mis en relief par Hollande et Valls dès les attentats qui menèrent au Dimanche du JE SUIS CHARLIE! parce que sur le coup de l'émotion, côté peuple, "rue"! cela prenait, cela marchait grand galop!

De cette "génuflexion devant les forces de l'Argent" la façon qu'avait Sarkozy d'étreindre les gens dans ses bras tout en palpant l'étoffe de leur vêtement du côté de l'épaule, un peu plus bas concernant les hommes de grande taille comme pour savoir si leur veste ne serait pas bourrée de pistoles, voir Molière, dit l'homme.

NKM disait qu'il est inutile de changer de nom sans changer de mentalité.

Parole de sagesse s'il en est.

Reste la motivation qui pousse l'ex ministre à de tels propos. On a retenu de l'ancienne présidence (j'aurais tendance à dire présidence "sarkotique") la qualité des soins apportés par l'équipe ministérielle d'alors pour enrichir, assurer, solidifier, je vous cite, Pascal Décaillet, Ecole, Education, Culture partagée, Transmission et Connaissance!

Diminution comme peau de chagrin des prestations sociales, sans oublier les nouvelles lois sur les grèves. Cadeaux vertigineux aux riches uniques, réels "ayant droits"! Mécontentement du peuple concernant, non exhaustif, l'école et les soins.

Sans parler des "affaires" qui vaudraient à d'autres ce que ses avocats épargnent à Nicolas Sarkozy.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 31/05/2015

La captation du terme "Les républicains" par Sarkozy participe de la manoeuvre si typique du personnage. Faux et retors. Il lui faut bien quelque chose, au vu des deux tiers de citoyens de la république qui ne veulent pas et plus le voir occuper la fonction présidentielle qu'il a rabaissée systématiquement. Sa vulgarité, notamment, resteront dans le "worst of".

Bien à vous.

Écrit par : Déblogueur | 31/05/2015

Rappelons que Manuel Valls, alors peu connu, fut invité en 2009 au Bilderberg (on avait probablement remarqué son potentiel, il avait juste besoin d'être un peu "recadré"; par exemple, de pro-palestinien, il est soudainement devenu "éternellement lié à Israël, quand même"). C'est de cette façon que les planétaristes choisissent leurs Gauleiter pour les provinces d'Europe. Et il y a encore des gens pour croire que nous sommes en "démocratie".

Écrit par : Paul Bär | 09/06/2015

Les commentaires sont fermés.