03/06/2015

Quelques notes à propos des Ports Francs

220px-Robida_-_Alibaba_couverture.jpg 

Sur le vif - Mercredi 03.06.15 - 10.00h

 

N'envisager l'affaire des Ports Francs que sous l'angle de l'épisode judiciaire de M. Bouvier à Monaco, c'est jouer le jeu du Conseil d'Etat. Celui d'un paravent : mettre en évidence un comportement, potentiellement délictueux (il appartiendra à la justice d'en décider), pour camoufler un déficit autrement structurel : la très grande tolérance de nos autorités, singulièrement dans la dernière décennie, face à cette institution. On aurait voulu laisser l'entrepôt se transformer en coffre-fort, on ne s'y serait pas pris autrement.


Faut-il rappeler que les Ports Francs sont, à 87%, aux mains de l'Etat ? A ce titre, tout ce qui leur est lié est d'intérêt public, et il est normal que le corps des citoyens sache ce qui s'y passe.


Ensuite, il y a la providentielle valse des responsables. On fait sauter la présidente comme un fusible, on la remplace par un homme qui vient d'avoir été huit ans ministre des Finances à Genève. On se donne des airs de Nettoyeur des Écuries d'Augias.


Avec M. Maudet, c'est toujours le même scénario, que ce soit dans l'ordre policier, pénitentiaire, ou économique : 1) fusible, 2) Augias. On nous permettra de ne pas être dupe de cette stratégie de communication, et de chercher la vérité sur ce qui a pu se passer - ou justement, ne pas se passer - à l'époque du prédécesseur de M. Maudet comme ministre de tutelle des Ports Francs.

 

On nous dit que les effectifs sont insuffisants, pour les contrôles, et qu'il faut aller les chercher à Berne, puisqu'il s'agit de l'Administration fédérale des douanes, donc du Département fédéral des Finances. C'est exact. Mais enfin, les autorités genevoises se sont-elles particulièrement démenées, ces dix dernières années, pour tirer la sonnette d'alarme auprès de la Confédération, et le faire savoir ?

 

En vérité, l'affaire juridique monégasque de M. Bouvier a fonctionné comme un détonateur. Il s'agit sans doute de s'intéresser à cette affaire elle-même intrinsèquement. Mais, supplémentairement à cela, une vaste réflexion politique s'impose sur la réforme des Ports Francs, vers davantage de transparence et de traçabilité des marchandises. Cette entreprise de rénovation appartient à M. Hiler, mais pas seulement. Tout cela devra se faire sous contrôle politique.

 

Il existe un Parlement, une Commission de l’Économie. Laisser le Conseil d'Etat arranger ses propres bidons avec un ancien collègue, aussi brillant soit ce dernier, ne suffit pas. Le contrôle des Ports Francs doit venir des citoyens, et de leurs représentants. C'est précisément à cela que sert un Parlement.

 

Pascal Décaillet

 

10:00 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.