07/06/2015

LRTV : le pluralisme selon Christian Levrat

 

Sur le vif - Dimanche 07.06.15 - 16.47h

 

poupees-russes.jpg

 

Toute personne de bonne foi, qu’elle soit de gauche ou de droite, pour ou contre la LRTV, ayant écouté mercredi 3 juin le débat de Forum entre Christian Levrat, président du parti socialiste suisse, et Stéphane Benoît-Godet, rédacteur en chef du Temps, a dû avoir les cheveux hérissés sur la tête. Je dis bien : tout auditeur, favorable ou non à M. Levrat, au socialisme, à la SSR, à tout ce que vous voudrez. Dans ce débat, le numéro un des socialistes suisses, qui porte la responsabilité de parler au nom d’un très grand parti qui, depuis plus d’un siècle, contribue à constituer la politique de notre pays, a totalement dérapé lorsqu’il a parlé de la presse, et notamment du Temps.

 

Il ne s’agit pas ici de savoir si M. Levrat a raison ou tort de soutenir la révision de la LRTV. De toute façon, sa collègue de parti et des Etats Géraldine Savary étant quasiment quotidiennement sur les ondes de la SSR pour prôner le oui, on a cru comprendre que l’enjeu LRTV était totalement capital pour les socialistes suisses. Mais la question n’est pas là. Elle est dans la manière avec laquelle le chef d’un parti gouvernemental suisse s’est permis de critiquer la ligne éditoriale du Temps. Par exemple, en faisant allusion à des militants socialistes se plaignant que le journal « refuse systématiquement de publier » leurs lettres de lecteurs.

 

Le Temps refuse-t-il de publier ces lettres ? Je n’en ai strictement aucune idée, et cela ne m’intéresse pas. Pour la bonne raison que le Temps, comme n’importe quel journal, n’importe quel organe de presse privé, est totalement libre de publier ce qu’il veut, comme il veut, quand il veut, sur les sujets qu’il veut, en prenant les positions éditoriales qu’il veut. Il n’a de compte à rendre à personne. Et s’il y a, sur les quelque huit millions d’âmes de l’univers habité de Suisse, un homme à qui le Temps, comme n’importe quel journal, a ENCORE MOINS DE COMPTES A RENDRE, c’est bien au chef d’un parti politique, de surcroît gouvernemental depuis 1943. Le parti socialiste (contre lequel je n’ai rien, ça n’est pas la question), c’est une part importante de la totalité du pouvoir suisse. Christian Levrat est Conseiller aux Etats, il représente une partie du pouvoir, il est le chef d’un parti gouvernemental depuis 72 ans, à ce titre un minimum de retenue s’impose lorsqu’il se permet de parler des choix éditoriaux d’un journal.

 

Pour ma part, je respecte le socialisme et les socialistes. Ils ont largement contribué à construire la Suisse d’aujourd’hui, par exemple dans l’édification de nos assurances sociales, ou (à Genève, avec Chavanne) dans la construction de l’École. Je n’ai aucun problème avec eux, et sur le curseur de la redistribution, je peux faire un bout de chemin en leur compagnie. Mais je suis journaliste, viscéralement. Éditorialiste. Billettiste. Je n’aime pas trop les commissaires politiques. Le Temps a jugé bon, dès le lendemain, de recenser l’ensemble des billets d’opinion (dont le mien) sur la LRTV, prouvant à M. Levrat que le camp du oui avait été, bien au contraire de ses allégations,  davantage représenté. Je trouve que le journal a eu tort. Il n’avait en rien à se justifier. En aucun cas, un quelconque journal, en Suisse, n’a le moindre compte à rendre à un parti politique, à un homme ou une femme politique. L’attaque de M. Levrat ne méritait que le silence.

 

Mais au fond, l’épisode est révélateur. L’ingérence que s’est permise M. Levrat dans les choix éditoriaux d’un journal privé, prouve à quel point est capital, pour son parti, le maintien de la SSR. Pour pouvoir continuer à écouter, calculette en main, toutes les radios, regarder toutes les TV, exiger comme un épicier la quote-part de socialistes. Pour résumer, M. Levrat est comme l’immense majorité des politiques, de droite, de gauche, ou du centre : la liberté de la presse, la liberté d’opinion, ne l’intéressent que lorsqu’elles vont dans son sens. Dès qu’elles se hasardent à soutenir le camp adverse, le masque du libéralisme tombe, celui de la censure et du dirigisme resurgit.

 

Cela a toujours fonctionné ainsi, avec tous les politiques, de tout bord. Il suffit juste de le savoir. Blinder sa solitude. Et continuer à dire ce qui nous semble important. Il y aura toujours des contents, des mécontents. Des fleurs, et des insultes. C’est la vie. Il faut accepter ce jeu. Et continuer, si on a des choses à dire, de s’exprimer. Jusqu’à quand ? Mais jusqu’à la mort, pardi. Au-delà, je ne suis plus compétent pour juger.

 

Pascal Décaillet

 

 

16:47 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

L'avez-vous aussi entendu, à propos de l'UDC ?

Je n'ai jamais dit cela jusqu'à maintenant, mais je ne me retiens plus. Ce sont des délires socialistes. Il y eu aussi ceux ce la présidente Sommarugua. Et ceux du petit renfrogné du Municipal qui se bat pour une chaise et qui voyait de "l'extrême-droite" à Genève, alors qu'on cherche encore un parti réellement à droite.

Il faut commencer à véritablement s'accrocher, avec ces gens-là.

Écrit par : JDJ | 07/06/2015

Merci de coup de gueule ou plutôt cri du coeur ! Les interventions multiples et répétées des socialistes sur la RTS m'ont convaincu que ceux qui auraient le plus à perdre ce sont précisément les socialistes. Un peu comme s'il fallait qu'ils démontrent combien la RTS sert , régulièrement et fidèlement, la soupe de ce parti. Les arguments et les attaques de C.L. ont été dignes des plus belles années de la défunte RDA. Ah, c'est vrai qu'elle s'appelait "démocratie", notion à géométrie bien variable, surtout pour les socialistes. Dans cette campagne ce qui me fait bien sourire c'est cette propension à nous convaincre que seule la RTS serait garante de l'unité du pays et de sa diversité d'opinion (ne riez pas !). A croire que personne n'écoute les radios/tele locales, ni ne lit la presse écrite et diverse de ce pays.

Écrit par : uranus2011 | 09/06/2015

Que M. Levrat fasse un constat, avec son réglage de focale un peu flou sur ce coup, soit. Mais qu'il s'ingère de la sorte dans la ligne éditoriale d'une société privée c'est pour le moins désagréable et inconvenant pour un homme politique à la tête d'un des plus importants parti(s) de notre pays.
C'est comme si je vous reprochais le casting parfois récurrent de votre Ge à chaud ! (tiens on ne voit plus M. Blaesi ces temps)
Je profite de ce commentaire pour vous dire merci et bravo pour les émissions entières dédiées au théâtre (j'y pense après avoir lu dossier que le Figaro Magazine datant de 3 semaines consacrait au théâtre)
P.Losio

Écrit par : pierre losio | 09/06/2015

J'approuve encore une fois votre commentaire. Vous êtes vraiment un excellent journaliste.

J'ai voté oui à la LRTV non parce que je soutiens la tsr (je ne la regarde jamais) mais parce qu'il s'agit déjà d'un taxe pour moi alors autant qu'elle soit plus basse.

Le vrai débat est ailleurs: il faut abolir la redevance.

Écrit par : Marc Zufferey | 15/06/2015

"Ils ont largement contribué à construire la Suisse d’aujourd’hui" Hélas oui, c'est une bien triste réalité...

Écrit par : Géo | 15/06/2015

Les commentaires sont fermés.