12/06/2015

LRTV : ultimes mots, sur l'essentiel

comete_yakutake.jpg 

Sur le vif - Vendredi 12.06.15 - 17.31h

 

Les gens devaient parler du mode de perception de la redevance, ils ont parlé du service public, on leur a dit que c’était hors sujet, ils ont quand même parlé service public, parce que jusqu’à nouvel ordre, on parle de ce qu’on veut.

 

Et puis, si le sujet a débordé, il faut croire qu’il y avait de quoi, et que la tentation, dans l’opinion publique, d’aller soulever  « le vrai problème » était brûlante. C’est bien, on aura pris un peu d’avance, comme les bons élèves, puisqu’il paraît que le débat sur le service public, « c’est l’année prochaine ». Si tout va bien. Et puis l’année d’après, on fait quoi ? On tombe amoureux ? Quel jour, de 2017 ? A quelle heure ? Et puis, en 2018, allez disons qu’on meurt. Si possible, un mardi.

 

Dans ce débat, on a entendu à peu près tout le monde, sauf les professionnels. Ceux qui font, depuis des décennies, jour après jour, des émissions. De radio ou de TV. Dans le service public, ou sur des chaînes privées. C’est singulier. Parce que sur le DPI, par exemple, on a quand même donné un peu la parole à des médecins. Je l’ai fait pour ma part, avec une remarquable gynécologue.

 

Mais là, l’essentiel, il est où ? Pas dans le mode de perception de la redevance, c’est sûr. Alors, en conclusion de cette campagne, je vais vous proposer une autre piste. Elle m’est personnelle, mais je pense que nombre de confrères la partagent. L’essentiel, ça n’est pas de savoir si on travaille pour le public (SSR) ou pour le privé. En trente ans de journalisme, j’ai commencé par le privé (Journal de Genève), passé de longues année dans le public (RSR), puis, depuis une petite décennie, retour au privé pleins tubes, comme petit entrepreneur, et même employeur. Donc, les deux facettes, je connais.

 

Dans le public comme dans le privé, j’ai été heureux. Pour une bonne raison : partout où j’exerce un boulot (c’était déjà le cas comme prof d’allemand), je trouve un intense bonheur. J’ai cette chance, c’est vrai. Heureux à la SSR, heureux dans le privé. Créatif, inventeur d’émissions, dans l’un comme dans l’autre. Les gens n’ont aucune idée de la journée, la semaine, l’année d’un producteur d’émissions quotidiennes : on vit avec l’émission, on la porte, on la materne. On pense à celle du soir, avec vue sur les jours suivants. C’est un très grand privilège d’exercer ce métier. On y donne de soi, énormément. Trop, peut-être. La santé peut être amenée à en pâtir, je me hasarde à le penser.

 

Alors, voyez-vous, quand on porte la « maternité » (j’insiste sur ce mot) d’une émission quotidienne, je vous jure mes grands dieux qu’on se contrefout de savoir si on la produit pour le public ou pour le privé, comme salarié ou comme indépendant. On a juste une seule obsession : l’émission elle-même. Le reste de l'univers n'existe plus. Chaque soir, une mise au monde. Tiens, je parlais d’une gynécologue, c’est amusant.

 

L’essentiel, chers amis, c’est de continuer à avoir en Suisse, dans le public comme dans le privé, en écrit, en radio, en TV, sans oublier surtout les nouveaux médias qui émergent, des gens qui AIMENT LEUR MÉTIER. J’en connais plein, à la SSR comme ailleurs. Je les lis, je les écoute, je les regarde. Encore faut-il que cette qualité de savoir-faire soit repérée, mise en valeur, par les apparatchiks qui gravitent dans les étages. Là, disons que ça commence à devenir un peu plus compliqué. Parce que l’autre problème, c’est justement qu’ils existent, ces fantômes organiques.

 

Et puis, l’autre problème encore, c’est l’existence d’étages. Parce que ces derniers supposent un bâtiment, une superposition de dalles, une structure, du béton armé, toutes choses qui s’accommodent assez mal avec l’idée que je me suis toujours faite d’une entreprise créatrice de médias. J’ai toujours prôné - avec des centaines de preuves par l'acte - la radio debout, en mouvement, à l’extérieur, sur le terrain : je pense que quelques frères d’armes, en me lisant, voient à peu près de quoi je parle. Bref, simplifions l’équation : pour supprimer les apparatchiks d’étages, deux mesures s’imposent : 1) suppression des apparatchiks ; 2) suppression des étages. Pas belle, la vie ?

 

Allez, moi je vous dis qu’elle est belle. Et j’ajoute – mais vous vous en doutiez – que le mode de perception de la redevance, je n’en ai strictement rien à braire. Alors, quand on parle de médias, songeons à l’essentiel. Il y est question de plaisir et de qualité du métier. De transmission. De la parole qui prend forme, s’incarne, passe de l’un à l’autre, comme une comète. Et au fond, tisse un lien entre les humains. Alors dimanche, nous verrons bien. Mais croyez-moi : lundi, il y aura toujours des journaux. Et, pour les faire, des journalistes. Et pour l’immense majorité d’entre eux, au cœur de tout, l’amour du métier. Je n'ai que très peu entendu parler de cela pendant la campagne. Dommage : c'était juste l'essentiel.

 

Pascal Décaillet

 

 

17:31 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

En tous cas on le perçoit : vous aimez ce que vous faites, c'est indéniable. Les chaînes privées, comme les radios privées, sont indispensables....et pour Léman Bleu on l'a échappé belle.....le premier soutien de la Ville, défendu alors par Michel Rossetti, a passé avec une voix de différence.
P.Losio

Écrit par : pierre losio | 13/06/2015

Les commentaires sont fermés.