17/06/2015

De l'usage (volontairement ?) abusif du mot "rafle"

 

Sur le vif - Mercredi 17.06.15 - 14.27h

 

« La rafle des Tattes, l’abri du Grütli » : c’est le titre d’un texte, au demeurant fort bien écrit (comme toujours), du conseiller municipal socialiste Sylvain Thévoz, et publié sur son blog. Il s’agit du déplacement de requérants d’asile déboutés, du foyer des Tattes (Vernier) vers un abri de protection civile de Carouge. L’affaire défraye la chronique depuis 48 heures, nous avions d’ailleurs hier soir un débat, à GAC, entre le conseiller d’Etat Mauro Poggia et la présidente des Verts genevois, Lisa Mazzone. Ce que M. Thévoz n’accepte pas, c’est le rôle de la police. Il y voit (jusque dans le titre) une « rafle ».

 

Je ne suis pas sûr d’approuver, non plus, la méthode du Conseil d’Etat dans cette affaire. Et sur le fond, je peux faire un bout de chemin avec Sylvain Thévoz. Mais le mot « rafle » me gêne, je l’ai dit hier sur mon site Facebook, et m’en suis entretenu, en toute fraternité littéraire, avec le principal intéressé. L’Histoire étant ce qu’elle est, l’intensité de son tragique ayant vampirisé le champ sémantique de certains mots, le vocable » « rafle », hélas, n’évoque plus seulement le bon vieux panier à salade que décrit si bien Simenon dans ses « Maigret », lorsqu’il s’agit de passer un quartier au peigne fin pour amener tels mauvais garçons, ou telles « filles », dormir une nuit au violon, non sans être passés par l’anthropométrie.

 

Il me semble tout de même, pour prendre le plus terrible des exemples, que ce qui s’est passé au Vel d’Hiv (police française, je vous prie) le 16 juillet 1942, destination Drancy et surtout Auschwitz, pourrait être de nature à faire réfléchir tout homme (ou femme) de plume et de culture (laissons les autres), lorsqu’il utilise le mot « rafle ». Bien sûr, cette horreur extrême ne saurait accaparer à jamais le sens d’un mot qui lui préexistait, sans le poids infâme de cette connotation.

 

Alors, quoi ? Alors rien. M. Thévoz, dont j’admire le style, a le droit de choisir les mots qu’il veut, il n’est pas question de le censurer. Tout au plus, disons que j’ai un petit doute : un homme de sa culture ne pouvant ignorer la connotation dont je fais état, le recours tout de même à ce mot ne relevait-il pas, allez disons juste un peu, d’une provocation volontaire, habile, et calculée ? Dans ce cas, Cher Sylvain, vous avez réussi, puisque me voilà. Dans le rôle de l’emmerdeur. Pour vous servir.

 

Pascal Décaillet

 

14:27 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Le but de l'usage du terme "rafle" est évidemment d'évoquer la Rafle du Vel d'Hiv. C'est un cas d'application standard du Pacte des Idoles. Lire http://www.raphaelbaeriswyl.ch/pdf/Le-Pacte-des-Idoles.pdf.

Écrit par : Raphaël Baeriswyl | 17/06/2015

Sylvain Thévoz ne connaît pas le sens des mots, ce qui est curieux pour quelqu'un qui se pique de littérature. Mais aujourd'hui, en politique, les mots n'ont plus de sens, hélas.

Écrit par : jmo | 17/06/2015

Sylvain Thévoz a effacé les commentaires sans doute suite à ce lien qui met à mal son langage outrancier - il en est coutumier - de son article:

http://www.dailymotion.com/video/x2u3c3s_rencontre-avec-un-requerant-deboute-en-colere-au-foyer-des-tattes-vernier-geneve-le-15-juin-2015_news#from=embediframe

Cette vidéo a été renommée aujourd'hui:

http://www.fdesouche.com/618749-suisse-un-tunisien-deboute-donne-ses-solutions-avec-les-femmes-suisses-pour-survivre#

Sylvain Thévoz, ce sont les actes qui comptent...par exemple, en logeant chez vous et chez la communauté de SolidaritéS quelques un de ces requérants. Non?!

Écrit par : Patoucha | 17/06/2015

Vous admirez le style ? Je cite en vrac: ... migrants jetés sur la route ... violence de la police ... désorganisation d'un déplacement mal organisé (sic!) de migrants terrorisés... ne dorment pas à la rue ou soient enfermés comme des chiens sans collier (pauvre Gilbert!) ... Grüttli image très forte ... mythe fondateur de la Suisse ... l'on chasse avec des policiers ... abris sous terre ... l'on cherche à cacher encore... la police à leur trousse (sic!)... langage de la violence pour toute réponse... - Pardonnez-moi de vous donner mon opinion: mais dans ce texte, tout est provocation volontaire - qui plus est dans un vocabulaire tout droit sorti d'un roman de gare (pardon Gilbert!).
Et quand on entend le requérant tunisien débouté, interviewé ici http://www.dailymotion.com/LaPravdaCH - on a TOUT COMPRIS. Quand même, je vous ai lu plus lucide, Monsieur Décaillet.

Écrit par : Madeleine | 17/06/2015

@ Raphaël:

Le lien ne fonctionne pas chez moi. J'ai déjà ce document, que je recommande vivement à la lecture. Suis-je le seul chez qui cela ne fonctionne pas? Peut-être en essayant sans le http, qui parfois cause des blocages sur les blogs:

www.raphaelbaeriswyl.ch/pdf/Le-Pacte-des-Idoles.pdf

Écrit par : hommelibre | 18/06/2015

Le poids des mots pour parler des drames que vivent des hommes, des femmes, des peuples, des communautés....
Rafle ça coconut dangereusement Vel d'Hiv 1942.
Y a-t-il une hiérarchie dans les tragédies humaines ? Peut-on tout mettre sur le même plan ?
J'ai eu scandé "Schmitt-SS" dans les manifs. Je pense aujourd'hui que ni lui, ni les gendarmes genevois ne méritaient cette comparaison., (Henri Schmitt Conseiller d'Etat en charge de la police jusqu'en 1973, radical, emahliger candidat au Conseil fédéral de la police).
P.Losio
ps :"tirer de rafle" c'est très mal considéré à la pétanque...propos léger pour le sujet abordé dans votre blog et ce lui de M.Carasso, j'en conviens

Écrit par : Pierre Losio | 18/06/2015

"C'est un cas d'application standard du Pacte des Idoles."
Texte très original et très intelligent.

Écrit par : Géo | 18/06/2015

Raphaël Baeriswyl@ "l’Église catholique ne se voit comme la rivale d’aucune autre église (avec laquelle on voudrait la placer en compétition), et elle n’entre jamais en rivalité avec elle-même (tel pape acceptant telle nouveauté sous prétexte que son prédécesseur en aurait accepté une autre)"
Même le pape François ? Pas de mimétisme ?

Écrit par : Géo | 18/06/2015

Votre discours est intéressant en ce sens qu'il condamne l'utilisation d'un mot ("rafle") de la part d'un auteur en raison de votre propre connotation. Mais toutefois, l'évocation de la rafle du Vel d'Hiv doit prendre ce mot dans son sens propre "descente policière; arrestation massive de personnes".

Ergo, ce que ce terme évoque pour vous (et pour moi également d'ailleurs) sous la plume de Sylvain Thévoz ne saurait constituer une utilisation abusive de ce mot.

Qui plus est, s'il nous prenait de condamner tous ceux qui utilisent un vocabulaire dont les connotations nous sont désagréables, où irions-nous s'agissant de la liberté d'expression?

Bien à vous.

Écrit par : Déblogueur | 19/06/2015

Dans le paragraphe " A qui profite la crise?" Sylvain Thévoz nous dit dans son dernier billet:

"(....) Des membres du site pravda.ch ont tourné une vidéo aux Tattes, manipulant un homme tunisien pour alimenter un site français sympathisant d'extrême droite. (....) "

AH! parce que le journaliste du site pravda, a "manipulé" "l'homme tunisien" pour tenir ces propos: Ecoute, écoute, écoute, "les vieilles de 40 ans.... même de la cinquantaine, la soixantaine.. qui me donnent de l'argent le matin pour les b..... VOS FEMMES... Je suis en manque de sexe?!!!!

Le socialiste, Sylvain Thévoz, manipule les Genevois/es qui sont mis en face de la réalité par cette vidéo, tout juste s'il ne met pas ces propos vomitifs dans la bouche du journaliste - qui a été aussi surpris que nous - Ecoute, écoute, écoute.... Ecoutez bien ce que dit votre "protégé" Sylvain Thévenoz, au lieu d'écrire vos énormités pour vous "écouter parler" et nos commentaires que vous modérez quand on contre avec des preuves vos articles abusifs et trompeurs.

Je soutiens le commentaire de Madeleine. Les articles de ce blogueur sont manipulateurs, propagandistes et vulgaires:

"Du sperme, de l’électricité, mon utérus et moi"

http://commecacestdit.blog.tdg.ch/archive/2015/05/24/du-sperme-de-l-electricite-mon-uterus-et-moi-267441.html

Article dans lequel il salit celui du lien qu'il donne:

http://www.huffingtonpost.fr/2015/05/23/allemande-quadruples-65-ans-mere-13-enfants_n_7426894.html#

Écrit par : Patoucha | 22/06/2015

Bonjour Monsieur Décaillet

En général je n'ajoute pas d'huile sur le feu, et lorsque tel ou tel auteur n'édite pas l'un de mes commentaires pour x raisons je passe mon chemin sans histoire.

Par contre, lorsque l'un de mes commentaires est supprimé après édition, cela m'ennuie...

Ainsi, en me rendant sur le lien donné par Patoucha ci-dessus "du sperme etc...", je constate que cela a été fait par ce petit m. Thévoz... ce tout petit m. Thévoz.

Pour preuve, je vous envoie par mail et en attaché le billet original de ce personnage.

Cordialement toujours,

Écrit par : absolom | 22/06/2015

Et oui Patoucha, et encore faut-il lire l'article du jour. Bon, Thévoz a décidé de fermer les commentaires, c'est plus dans l'esprit Charlie. Le monologue, connaît bien aussi. Il arrive même à se répondre à lui-même avant même d'avoir la moindre réponse à son commentaire, c'est dire la couche. Bon, on avait une idée du personnage depuis sa tentative d'étranglement sur Schnebli. Sur le blog du PDC, bizzarement, plus de réponses de Marc. Les nouveaux claviers ergonomiques ont dû arriver à la Mairie j'imagine.

Je m'étais décidé samedi, à aller pourrir l'ambiance sur la page Facebook du collectif "no bunkers". Je leur ai donc laissé une jolie diatribe d'une soixantaine de lignes sans insultes et, argumentée. Elle ne sera restée que cinq minutes.

Écrit par : Laurent Lefort | 22/06/2015

Erratum "Le monologue, Holenweg connaît bien, aussi."

Écrit par : Laurent Lefort | 22/06/2015

Les commentaires sont fermés.