18/06/2015

18 juin 1815 : nous y étions !

images?q=tbn:ANd9GcS_EfJtZ_ChsurtADVQMOfs7-E47Hdqx3lVtQs_OCwi3MYx_EGb 

Sur le vif - Jeudi 18.06.15 - 09.25h

 

Il y a, jour pour jour, 200 ans, dans une plaine au sud de Bruxelles, la fin d'un rêve immense, né 26 ans plus tôt, presque au jour près (20 juin), au Jeu de Paume. Poétiquement, je suis peu hugolien, mais il me faut avouer que nul n'a mieux chanté "ces derniers soldats de la dernière guerre" que Victor Hugo. Ses vers sur la bataille sont sublimes. Epiques. Homériques. Que la réalité du 18 juin 1815 fût hélas plus crue, et même franchement abominable, n'enlève rien au génie du poète : c'est lui, désormais, que nous retenons. La légende, pour toujours, l'a emporté.

 

De même, que savons-nous de la vraie Guerre de Troie ? Oh, certes, l'immense historien américano-britannique Moses Finley (1912-1986) a remarquablement tenté de le reconstituer. Mais qui lit "Le Monde d'Ulysse" (The Word of Odysseus, 1954), à part les étudiants en Histoire de l'Antiquité ? Alors que tous, nous avons en tête les immortels hexamètres de l'Iliade : Achille pleurant devant la mer, les funérailles de Patrocle, Achille poursuivant Hector, "comme le milan qui fond sur la palombe". Là aussi, la légende s'impose.

 

On peut nous répéter tant qu'on veut que le vrai Waterloo fut un carnage. Ce sont les vers de Hugo que nous retenons :


 

" Et, lanciers, grenadiers aux guêtres de coutil,

 

Dragons que Rome eût pris pour des légionnaires,

 

Cuirassiers, canonniers qui traînaient des tonnerres,

 

Portant le noir colback ou le casque poli,

 

Tous, ceux de Friedland et ceux de Rivoli,

 

Comprenant qu'ils allaient mourir dans cette fête,

 

Saluèrent leur dieu, debout dans la tempête.

 

Leur bouche, d'un seul cri, dit : Vive l'empereur !

 

Puis, à pas lents, musique en tête, sans fureur,

 

Tranquille, souriant à la mitraille anglaise,

 

La garde impériale entra dans la fournaise. "

 

 

Prédominance de la parole poétique - sans parler de la musique - sur la rationalité historique. Le chercheur fait état de ses enquêtes. Le poète transcende. Et s'inscrit dans le marbre.

 

Pascal Décaillet

 

09:25 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Comme vous, passionné par Hugo, par sa puissance d'évocation.
Deux ou trois mots et tout est dit.
Et dans son oeuvre si large, on trouve constamment de nouvelles merveilles.
Par exemple, jusque à récemment, je ne connaissais pas "La Fiancé du Timbalier", très joliment mis en musique par Malicorne:

https://youtu.be/ReEeLXeWs5g

Et dans le contexte actuel, "L'Enfant":

http://www.ac-grenoble.fr/disciplines/lettres/podcast/sequences/romantisme/Site/Podcast/84090EBD-952F-48DC-85DC-71B6C31DE9F7.html

++++++++++++++++
Veux-tu, pour me sourire, un bel oiseau des bois,
Qui chante avec un chant plus doux que le hautbois,
Plus éclatant que les cymbales ?
Que veux-tu ? fleur, beau fruit, ou l'oiseau merveilleux ?
- Ami, dit l'enfant grec, dit l'enfant aux yeux bleus,
Je veux de la poudre et des balles.
++++++++++++++++

Écrit par : Paul Bär | 18/06/2015

Les commentaires sont fermés.