28/06/2015

Cornavin : le noeud n'est pas seulement ferroviaire

images?q=tbn:ANd9GcTWLWFukq4SHo-u4cvOuIqA93uYthgn6OoJrNegXkQGaltqxSNr 

Sur le vif - Dimanche 28.06.15 - 16.07h

 

En titrant hier après-midi « Extension de Cornavin estimée à 1,652 milliard : soulagement à Genève », et en maintenant ce titre tout le week-end, la version électronique de la Tribune de Genève manque sa cible à deux reprises.

 

D’abord, on se demande qui a elle a dû « omettre » d’interroger pour oser nous parler de « soulagement » devant une somme pareille, même partagée par la Confédération, qui vient s’ajouter à toutes les autres, en temps de vaches maigres. On veut bien que le clan de partisans du projet se dise « soulagé », mais enfin, dans le vaste univers de Genève, il existe d’autres voix qui, assurément, doivent l’être un peu moins. Soit parce qu’il existerait des variantes moins onéreuses, un peu vite écartées dans les travaux préparatoires, comme s’il avait fallu tout boucler à toute vitesse. Soit, surtout, parce que le projet même « d’extension de la gare Cornavin » n’est peut-être pas jugé unanimement comme la seule solution pour l’avenir ferroviaire de Genève.

 

Ensuite et surtout, en maintenant ce titre tout le week-end, on se dit que nos aimables confrères – et sœurs – de la TG ont peut-être « omis » (que d’omissions, décidément) de prendre connaissance, hier soir, assez tard il est vrai, du texte publié sur son site Facebook par le ministre des Finances, Serge Dal Busco, qui est une véritable douche glacée face à la multiplication de rêves de grands travaux pour lesquels on n’a pas le premier sou. Ce blog, très clair et très courageux, marque, pour la première fois officiellement sous la plume d’un conseiller d’Etat en charge, la fin du temps des illusions pharaoniques. Sans aucune ambiguïté, le Grand Argentier nous dit qu’on ne pourra pas tout faire. Il faudra choisir. Il n’est pas sûr, à le lire, que le projet dit « d’extension de la gare Cornavin » fasse partie de ses priorités.

 

Reste l’essentiel : la gare Cornavin doit-elle demeurer, dans vingt, trente, cinquante ans, le nœud principal du trafic ferroviaire à Genève ? Dans de nombreuses autres villes de taille comparable, l’essentiel du trafic national et international converge en une gare extérieure à la gare historique (à laquelle elle est immédiatement reliée, bien sûr). Et le premier édifice, datant du dix-neuvième siècle, au centre-ville, se trouve naturellement attribué aux pendulaires du trafic régional. Nous avons appris que d’autres variantes, présentant les choses comme cela, avaient été un peu vite ignorées dans les travaux préparatoires. C’est dommage : certaines d’entre elles, moins onéreuses, mériteraient peut-être d’être prises en compte.

 

En clair, il y a de quoi s’interroger sur une certaine précipitation, au Canton comme à la Ville, liée à une certaine légèreté. Voire, plus grave, la mise à l’écart un peu trop rapide de variantes fort intéressantes. Face à ces méthodes étranges, le ministre des Finances, quitte à jeter un léger froid à l’interne du collège, est parfaitement dans son rôle, dans ses bottes, dans sa mission, lorsqu’il appelle à des choix de rigueur et de lucidité. On nous permettra, pour notre part, de lui faire davantage confiance qu’à d’autres. Pour les raisons exprimées dans notre blog précédent, liées au métier d’ingénieur, à la notion de sérieux et de maîtrise des coûts sur la durée. La notion, aussi, de crédit du politique et de respect de la parole donnée.

 

Dans toute cette affaire de Cornavin, il y a quelque part un sacré nœud. Et il n’est pas sûr du tout que ce dernier soit seulement ferroviaire.

 

 

Pascal Décaillet

 

 

16:07 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Voici donc, désormais, comment se présente financièrement la solution souterraine. Coût total : 1'652 millions. Montant inscrit par la Confédération, voté par le Parlement, le peuple et les cantons, pour l’augmentation des capacités du nœud de Genève : 790 millions. Montant à charge de Genève : 862 millions.



Je mets en regard ma solution. Coût total : 531 millions. Montant inscrit par la Confédération : 790 millions. Montant à charge de Genève : zéro. La Confédération dispose encore d’un solde de crédit non négligeable de 259 millions qui permettrait la mise à niveau du tunnel des Charmilles et le saut de mouton qui raccorderait La Praille à l’Aéroport, le raccordement direct de l’Aéroport à la ligne de La Plaine, et peut–être une partie de la traversée ferroviaire du Lac.



Pour une raison qui m’est inconnue, le début des travaux de la solution souterraine serait reporté à 2024, en vue d’un achèvement et d’une mise en service en 2031.



Je rappelle en quelques mots le système qui permet d’éviter tout accroissement de la capacité de Cornavin : en prolongeant la ligne de l’Aéroport jusqu’à ce qu’elle rejoigne la ligne de Lausanne, je crée une boucle. Cette boucle permet aux trains de desservir les deux gares de Genève, Cornavin et l’Aéroport, en n’y passant qu’une fois. Au contraire, sans la boucle, tout train desservant l’Aéroport doit forcément passer deux fois par Cornavin. Avec la boucle, Cornavin ne voit passer chaque train qu’une fois, sans la boucle il voit chaque train passer deux fois. La boucle réduit de moitié le trafic à Cornavin, tout en permettant la même fréquence sur l’ensemble de la ligne Genève-Lausanne. Cornavin n’a pas besoin d’extension.

Écrit par : weibel | 28/06/2015

Le Grand Genève, ne voit-il pas trop ... grand ?

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 28/06/2015

Du temps de M. Mark Muller il existait la COPI (qu'on appelait la COPINE) un groupe chargé de classer les investissements par ordre de priorité. Qu'en ont fait successivement MM. Longchamp, Hodgers, Dal Busco ? Existe-elle encore ? M. le ministre des finances (qui fait bien son boulot oui oui ) a-t-il plaqué la copine ? Espérons qu'il restera quelques fifrelins dans la tirelire de l'Etat pour que le Grand Conseil puisse accepter le projet de Nouvelle Comédie aux Eaux-Vives (dont M. R.V. ne sera pas le directeur, je le crains). Chaque député devrait recevoir le rapport de Mathias Langhof (datant du siècle dernier) pour voter en connaissance de cause.
Quant à Cornavin + on attend plus ce sera cher (le fameux indice zürichois de la construction).
p.losio

Écrit par : pierre losio | 28/06/2015

Désolé pour le hors-sujet (évidemment, pas besoin de publier ce message), mais, Monsieur Décaillet, vous qui aimez l'Allemagne, pensez-vous que l'on puisse longtemps continuer comme cela ?

http://francais.rt.com/international/3721-allemagne--migrants-sinstallent-ecole

Y a t-il un niveau au-delà duquel la survie devra primer sur les "valeurs" ?

Écrit par : Paul Bär | 28/06/2015

Les commentaires sont fermés.