30/07/2015

Série Allemagne - Intermezzo no 2 - Accomplir l'essentiel

Fr._Zone_W%C3%BCrttemberg_1947_02_Friedrich_H%C3%B6lderlin.jpg 

Jeudi 30.07.15 - 11.39h

 

L'Histoire allemande m'occupe jour et nuit, pour ma plus grande passion. Un sujet en appelle dix autres. Les connexions s'enchaînent. Par la puissance de l'instinct, tout va d'abord très vite. Mais après, à chaque fois, il faut creuser, approfondir, reprendre des lectures, en entamer de nouvelles.

 

Surtout, une chose me frappe : depuis quarante ans, je lis sur le sujet. En tout, des centaines d'ouvrages, voire plus. A chaque lecture, depuis l'adolescence, j'avais toujours l'impression de m'offrir une "excursion", hors de ce qui aurait dû être le sujet principal de mes champs d'intérêts. Combien de fois, lisant Hölderlin ou Celan, y trouvant une extase peu comparable, je me disais "Tu ne devrais pas lire cela maintenant, tu as tant d'autres choses à faire".

 

Eh bien voyez-vous, doucement, avec la lenteur d'une révélation photographique en chambre noire, je suis en train de me rendre compte que tous ces livres, j'ai eu parfaitement raison de les lire. Et qu'entrer en chacun d'eux, c'était justement accomplir à fond, dans la durée, à travers les décennies, dans le travail de mon propre vieillissement, l'une des activités principales de mon existence.

 

Pour m'en rendre compte, il aura fallu cette série. Chaque pièce, dans le puzzle, trouve sa place avec une facilité qui me fascine. Assurément, il y en aura plus que douze. Je suis parti pour un travail de beaucoup plus grande envergure.

 

Pascal Décaillet

 

11:39 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

"Entrer en chacun d'eux, (les livres) , c'était ...dans le travail de mon propre vieillissement , l'une des activités principales de mon existence".
Je me sens en pleine communion avec cette phrase.
Avec l'âge, on découvre en nous des investissements accumulés avec le temps jusque là passés inaperçus ou jugés secondaires.

Écrit par : Alain Peyrot | 30/07/2015

Les commentaires sont fermés.