23/10/2015

C'est ça, le scrutin majoritaire ?

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 21.10.15

 

Enfant, puis adolescent, j’étais un fervent partisan du système majoritaire. Notamment l’uninominal à deux tours des législatives françaises, depuis la Cinquième République. C’était sous de Gaulle. Dans ce mode électoral, j’admirais la clarté du choix, puis la cohérence des décisions prises à l’Assemblée.

 

Eh bien cette admiration, c’est du passé. Quand je vois ce qui se passe chez nous, tiens par exemple à Genève pour le second tour de l’élection au Conseil des Etats, tout ce jeu de dupes, tout cet incroyable maquignonnage, toutes ces chutes de masques, me donnent la nausée. A moi, comme à l’immense majorité de l’électorat.

 

Au premier tour, Mme Maury Pasquier et M. Cramer sont en tête. L’élection est à deux tours, et les autres (Entente, Nouvelle Force) ont bien sûr le droit de recomposer leurs forces, c’est le jeu. Mais il y a la manière ! Ces présidents de partis qui disent blanc un jour, noir le lendemain, oui avec la tête, non avec le cœur, devant un public qui n’est évidemment pas dupe, quelle image de la démocratie ?

 

Alors voilà, j’ignore qui sera élu aux Etats. Mais je préfère désormais la bonne et brave simplicité du scrutin proportionnel : ceux qui arrivent en tête sont élus. Ça nous évitera la vanité des paroles, le piment sucré des contradictions, la dissolution du politique dans l’illisible, le règne du trompe –l’œil et des salamalecs.

 

 

Pascal Décaillet

 

 

15:00 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Vous savez parfaitement que la droite, c'est d'abord le PLR et partiellement le PDC, qui ont une préoccupation de l'économie. L'économie est le signe distinctif de la droite.
L'UDC a eu des positions antiéconomique bien visible dans cette législature qui se termine, bien que bizarrement se dit (ultra-)libérale.

Rien d'étonnant alors à ce qui se passe à Genève et dans les autres cantons. Un PS élu est un moindre mal.

L'illisibilité vient du PLR. Sur les thèmes où le PLR donne toute son énergie comme les bilatérales, il se trouve en opposition avec l'UDC. D'où un cafouillage

Si l'UDC a de l'influence sur les autres partis, il sera toujours perdant tant que seul environ 30% de la population vote pour eux.
La seule façon de gagner, c'est par les initiatives et referendums.

Quant au PLR, il semble avoir compris qu'il faut faire un peu de populisme tout en préservant le plus important (bilatérale,...), afin de grignoter des voix à l'UDC.

Concernant les élections, il est bien qu'une personne sortant du parti qui a eu le plus de voix, ne puisse pas forcément être élu. Pour moi, un élu, doit d'abord représenter le peuple au-delà de ses sympathisants. C'est un filtre contre des politiciens qui ont des idées extrêmes.

Écrit par : Glob | 23/10/2015

"Quant au PLR, il semble avoir compris qu'il faut faire un peu de populisme tout en préservant le plus important (bilatérale,...), afin de grignoter des voix à l'UDC."
C'est incroyable ces contorsions intellectuelles qui ne correspondent à rien et en tout cas pas à la réalité que le peuple votant constate.

Écrit par : Ccorélande | 24/10/2015

Oui, c'est cela l'arnaque de la "démoctature" à laquelle nous sommes soumise.

D'ailleurs,l'ex-politicien français Philippe de Villiers l'explique bien dans ce récent entretien qui commence avec Poutine et la Syrie et continu sur d'autres sujets:
https://www.youtube.com/watch?v=Ppiqbjix7JA

Écrit par : La censure règne | 24/10/2015

Glob, vous n'y comprenez rien. L'UDC est le parti de l'économie à plus forte raison que le PLR. Il n'y a pas de parti comptant autant d'entrepreneurs que ce parti. Des vrais entrepreneurs, qui ont leur propre entreprise et risquent leur propre argent. Au PLR il y a plutôt des managers, c'est à dire des employés serviles de l'argent des multinationales.

La différence entre les deux partis c'est que les UDC veulent défendre l'économie, oui, mais ne sont pas d'accord de vendre la patrie pour ça. Alors que pour le PLR, si l'économie leur dit que la Suisse a fait son temps, ils disent: oui d'accord, alors on laisse tomber la Suisse. La différence, elle est là.

Vos commentaires sont très irritants.

Écrit par : curieux | 24/10/2015

@curieux
Promouvoir moins de paperasseries diminuer les charges pour les entreprises, ou diminuer la protection social ne font pas de l'UDC un parti de l'économie. La stratégie, la vision économique de l'UDC est proche de 0.

Un parti de l'économie, est un parti proactif, qui s'intéresse à faire des accords pour que nos entreprises d'exportations puissent être concurrentielles. Et cherche à maintenir une bonne économie avec des compromis, là où l'UDC ne veut pas de compromis.

Nos entreprises exportatrices font la richesse de la Suisse, et l'UDC met des bâtons dans les roues.

A chacun ses sensibilités politiques, et je n'ai pas à juger si une majorité préfère une économie médiocre et du chômage pour obtenir une autarcie partielle. Si c'est un choix démocratique, je n'ai pas à critiquer.

Demandez aux entreprises exportatrices si l'UDC est un parti de l'économie.

Écrit par : Glob | 24/10/2015

@ "curieux", je suis tout à fait d'accord avec votre point de vue au sujet des Radicaux-Libéraux, car Couchepin, avec la LAMAL, c'est exactement ce qu'il a fait ...

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 24/10/2015

"Glob, vos commentaires sont très irritants.
Écrit par : curieux | 24/10/2015"

Je me permets de confirmer ...

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 25/10/2015

Avant d'exporter, Glob, il faut déjà produire et je vois bien mal nos agriculteurs, fournisseurs de lait notamment pour le chocolat, délocaliser leur production.

Toni Brunner, (pour ne citer que lui, car des cas similaires il y en a plein), est un paysan, agriculteur, fermier ... croyez vous sincèrement qu'il puisse prendre ses terres et délocaliser, comme CALIDA, juste pour vous donner un exemple ?

Jean-François Rime vient d'une famille de radicaux tendance historique et demandez vous pourquoi est-il devenu membre de l'UDC ?
(la réponse "par pur opportunisme" est hors sujet).


Le chocolat suisse, produit avec du lait importé, le fromage suisse, produit avec du lait importé, le sucre suisse produit avec de la betterave importée ... vous y croyez sincèrement à cette hypothèse, Glob ???

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 26/10/2015

Les commentaires sont fermés.