29/10/2015

EWS : la récré est finie

La%20consigliera%20federale%20Eveline%20Widmer-Schlumpf 

Sur le vif - Jeudi 29.10.15 - 15.47h

 

Huit ans pour ça ? Huit ans c’est long, l’équivalent de deux mandats complets d’un président américain. Huit ans, à cause du coup de force de quelques-uns, le pronunciamiento d’une poignée de chefs de parti, qui avaient ourdi, et d’ailleurs s’en étaient ouvertement vantés. Huit ans d’une anomalie dans la composition du notre Conseil fédéral. La formule du 17 décembre 1959, ce grand jour qui vit arriver Tschudi, c’est deux conseillers fédéraux pour les trois premiers partis, un seul pour le quatrième. C’est cela, et non la contorsion. Cela, et non l’atteinte à l’esprit.

 

Mme Widmer-Schlumpf fut-elle tout de même une bonne conseillère fédérale ? L’important n’est pas là. Il réside dans le parfum de trahison des origines, largement de quoi entacher d’un péché originel la légitimité de la Grisonne. Elle est la seule conseillère fédérale, depuis des décennies, que je ne connais pas. Je ne l’ai jamais rencontrée, jamais interviewée. Tous les autres, y compris les anciens, je les ai connus. Mémorable moment que ce jour du 12 septembre 1998, celui du 150ème anniversaire de la Suisse moderne, où nous avions reçu, en compagnie d’Uli Windisch (que j’avais invité dans cette émission un peu folle), en direct sur la Place fédérale, tout un après-midi, debout dans la foule, l’intégralité des conseillers fédéraux encore vivants (à part deux, trop malades pour venir), à la retraite ou en exercice. Eux, oui, je les ai tous approchés. Mme Widmer-Schlumpf, jamais.

 

Sur son œuvre ministérielle, je ne me prononce pas ici. Ce qui est sûr, c’est que dans les médias aussi, il y aura un avant et un après-EWS. L’arrivée aux affaires, dans les circonstances qu’on sait, de la parfaite inconnue (mais ô combien consentante) qu’était encore, au matin du 12 décembre 2007, la patronne des Finances grisonnes, a ouvert une ère, de huit ans, celle des journalistes EWS, en pâmoison devant elle. Toute une génération de confrères, principalement sous la Coupole, sanctifiant la ministre, au seul réel motif, non de ce qu’elle était, mais de ce qu’elle représentait : puisqu’elle incarnait la chute de l’homme tant haï, elle ne pouvait être qu’excellente. Reprenez Shakespeare, « Jules César », discours de Marc-Antoine sur Brutus et Cassius, juste après l’assassinat, pensez à Marlon Brando qui l’incarne dans le film inoubliable de Mankiewicz en 1953, vous aurez tout compris. Rien d’autre à dire.

 

Oui, il y a eu, pendant huit ans, toute une cour de journalistes dans la célébration sémantique et rhétorique de Mme EWS. Les mêmes, dans l’après-midi du 18 octobre, refusant de prendre la mesure du message du jour, l’incroyable percée de l’UDC, tellement riche pourtant d’enseignements sociologiques sur l’évolution de notre pays, n’avaient en tête que le destin d’Eveline Widmer-Schlumpf. Moi, je dis que cette génération des journalistes EWS, on en a maintenant soupé. Chez Ringier, c’était même devenu une religion que de défendre la Grisonne. Alors oui, maintenant, la récréation est finie. Il y a une révolution politique à faire au Conseil fédéral, en octroyant enfin à l’UDC les sièges qui sont les siens. Et puis, Mesdames et Messieurs, il y a une révolution médiatique à opérer, en laissant éclore de nouveaux espaces d’expression, où la Suisse conservatrice ne soit pas systématiquement bafouée.

 

 

Pascal Décaillet

 

 

15:47 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

L'élection de Madame Widmer-Schlumpf est-elle si différente de celle d'Otto Stich à l'époque ?
En effet, ni lui ni elle n'étaient candidats.
Ils étaient les deux, au moment des faits, membres du bon parti, selon la formule.

La différence... le PS a l'époque a accepté l'élection et n'a pas répudié son Conseiller fédéral.

J'ose dire ainsi qu'au moins pour les 4 premières années du mandat de Mme Widmer-Schlumpf, ne sont pas une rupture de la formule magique, ou alors uniquement de la volonté de l'UDC en l'ayant exclue.

Il convenait de le rappeler.

Écrit par : Philippe Calame | 29/10/2015

C'est bien cette mise au point. Ce rappel.
Mais ce serait mieux, au fil du temps, de réhabiliter dans les mémoires, les vérités sur le mandat de Christophe Blocher qu'on prétend encore d'avoir mis à mal la collégialité. On aimerait bien qu'un journaliste nous mette le doigt sur les cas de rupture de ce sacro-saint principe.
Je me souviens en tous les cas d'une chose, Monsieur Blocher est le seul qui a vraiment réduit les effectifs de son département sans en diminuer son efficacité. J'aimerais bien qu'un de vous se colle au boulot d'évaluation factuelle du mandat de Christophe Blocher. Et pas juste les arguments qui ont permis son éviction.

Écrit par : PIerre Jenni | 29/10/2015

Philippe Calame, le seul but était l'éviction planifiée de Christoph Blocher, ce qui, à l'évidence change tout par rapport à Otto Stich.

"Huit ans, à cause du coup de force de quelques-uns, le pronunciamiento d’une poignée de chefs de parti, qui avaient ourdi, et d’ailleurs s’en étaient ouvertement vantés."

Darbellay, obéissant à son "père spirituel", Couchepin, qui lui, obéissait à Revaz (Groupe Mutuel).

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 29/10/2015

Vous écrivez ceci : "Mme Widmer-Schlumpf fut-elle tout de même une bonne conseillère fédérale ? L’important n’est pas là. Il réside dans le parfum de trahison des origines, largement de quoi entacher d’un péché originel la légitimité de la Grisonne."

A mes yeux, la compétence est très importante et le "pêché originel" fait partie d'un autre domaine.
Même si on préférerait l'élection du Conseil Fédéral par le peuple, en attendant, elle est de la compétence du Parlement, d'où la légitimité des membres du gouvernement.
"Le pêché originel" ne fait pas partie du vocabulaire de la Constitution du pays, ni de ses règles électorales. Il y a là des accents bibliques et moraux, une exigence qui n'est pas invoquée pour tous et dans toutes les circonstances.
Madame Widmer-Schlumpf était condamnée à réussir, elle avait une pression énorme, puisqu'elle devait faire ses preuves au-delà des autres membres du CF.
A-t-elle été meilleure ou moins bonne que ses prédécesseurs, par exemple M. Merz ? Il me semble qu'elle a dû empoigner des dossiers bien plus difficiles. Avec ce pêché originel sur les épaules.
A présent, je suis impatiente de voir, comment le nouveau Conseil Fédéral fonctionnera, espérons sans le poids du pêché originel.

Écrit par : Calendula | 29/10/2015

Je suis moins optimiste concernant un 2ème siège pour l'udc car le plan EWS2007 est lancé à nouveau. Au niveau sémantique le terrain est en préparation, perceptible à la subtilité du langage de Darbellay, les saillies de Ada Marra, Cédric Wermuth, Couchepin et autres.
Les conditions préalables concernant les candidats éligibles ont été énoncées de sorte à ce qu'aucun udc ne les remplisse.
A travers leur formulation de présenter un candidat alémanique et un candidat romand alors qu'il n'y a pas de siège romand vaccant les comploteurs réunis ont également testé les réactions concernant un 3ème conseiller fédéral romand et ils ont constaté que ça passera comme une lettre à la poste.
Le candidat non déclaré publiquement, non auditionné et tenu secret a été désigné.
Et si le plan passera la formule magique de 1959 sera rétabli (2 plr, 2 pdc, 2 ps, 1 udc). L'heureux élu sera le comploteur en chef de 2007 et le publique se frottera les yeux.

Écrit par : Jolo | 29/10/2015

Coup de force non, tricherie non plus, la démocratie est le choix de la majorité, et Blocher en avait fait les frais.

Et si il y a chaque année une réélection, c'est bien pour éviter qu'un conseiller fédéral fasse n'importe quoi, comme mis à mal de la gouvernance.

Contrairement à un président américain, chaque conseiller fédéral, chaque année, remet en jeu sa fonction. Ainsi Blocher a failli, et il a été démis de manière démocratique tel qu'il est prévu dans la constitution.

Il y a 4 ans, Blocher n'a pas réussi son élection aux Etats a Zurich, ce qui montre bien la méfiance du citoyen sur ses capacités.

Manœuvre oui, mais EWS avait été élu démocratiquement en tant que UDC, et si il y avait eu un vote citoyen, à l'image des Etats, Blocher n'aurait certainement pas été élu.

Si l'UDC avec ses 30% a droit à 2 cf, pour autant, on reste dans une élection. Le but étant un gouvernement qui fonctionne. Quelque soit le parti, ce ne sont pas les convictions qui posent problème, mais l'intégration dans un gouvernement qui travaille ensemble.

Vous parliez de compétence pour la succession de EWS. Quel UDC a les compétences parmi ceux qui vont se lancer, pour le moment je reste perplexe.
Le plus compétent n'est pas le plus anti-européens, mais celui qui a la capacité de traité les dossiers, de négocier avec intelligence.
L'UDC a droit a 2 cf, mais qu'est-ce qui va nous tomber dessus comme nouveau cf UDC, alors que des échéance importantes arrivent. J'ai des craintes.

Écrit par : Glob | 29/10/2015

@P. Calame : "L'élection de Madame Widmer-Schlumpf est-elle si différente de celle d'Otto Stich à l'époque ?" A ma connaissance Otto S. n'a pas été élu pour évincer un conseiller fédéral en place. Donc tout est complètement différent. Là des comploteurs ont évincé C.B. qui les dérangeait pour placer une traîtresse à son parti. Les résultats des dernières élections montrent que le peuple a tout compris et réagi logiquement, en particulier les jeunes et cela est réjouissant.

Écrit par : uranus2011 | 29/10/2015

Cher Monsieur Décaillet,
La formule magique, c'est une règle non écrite. Vous êtes un homme intelligent, vous voyez ce que je veux dire.
Par ailleurs, les conjurés qui ont manigancé le méchant complot en 2007, ce sont des élus du peuple. Ils ont tous le même poids au Parlement. Rien n'empêche l'UDC de manigancer à son tour un complot pour faire disparaître Madame Sommarugga.
Mais je suppose que ça ne leur viendrait même pas à l'idée, pas vrai ?...
Meilleures salutations.
Gilles Champoud

Écrit par : Gilles Champoud | 29/10/2015

Et dire que certains se sont plaint des dynasties, notamment américaines, comme les Kennedy, les Clinton, les Bush ...

Voila que la dynastie Schlumpf vient de tirer sa redevance et partir, la place est donc libre pour une nouvelle dynastie, celle des Blocher, car Magdalena, comme vous l'avez certainement noté Pascal, viens de se faire élire dans les Grisons (mes salutations au grison Medeiros, au passage), au Conseil National.

Les désormais plus que 69,6% de ceux qui n'ont pas voté UDC, ne peuvent plus compter sur des alliances farfelues, Christian Levrat est hors service.

Le roi de Martigny, peut hurler tant qu'il veut, personne ne lui obéit plus, même plus le Darbellay ...

Les femmes de Suisses veulent aussi une femme au Conseil National, se sera Magdalena et c'est tout.

Point barre.

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 29/10/2015

Si l'UDC ne l'avait pas exclue ça n'aurait pas été l'UDC. Il y a au m oins un parti en Suisse qui n'accepte pas les faux jetons.

Écrit par : norbert maendly | 29/10/2015

Il me semble que tout cela est un peu facile. Je vois mal le centre PDC PBD Verts lib. se laisser dicter leur choix. Aidés par le PS et par certains PLR romands, le prochain Conseiller Fédéral pourrait bien être PDC.....Fribourgeois bilingue ou Valaisan ???

Écrit par : marc vidon | 30/10/2015

Monsieurs Mabut a titré son blog . "Les limites du débat démocratique". Hélas c'est lui qui les fixent. Il a décidé de fermé mon blog. Je ne paraît plus. Je vous demande de passer ce commentaire sur le votre que tout le monde li afin que les quelques lecteurs que j'avais sachent pourquoi j'ai disparu de la blogosphère. Merci Monsieur Décaillet.

Écrit par : norbert maendly | 30/10/2015

Mabut fait ce que bon lui semble.
Depuis le début, il défends bec et ongles l'Islam ... entre autres ...

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 30/10/2015

Monsieur Norbert Maendly. Désolé de ce qui vous arrive. Vous découvrez aujourd'hui dans votre chair que nous vivons en "Démoktature".

Écrit par : La censure gouverne | 31/10/2015

il y a tant de choses à dire (paragraphe par paragraphe)sur les très décevantes lignes que vous commettez ci-dessus.Je pourrais par exemple publier la liste de tous les faux-jetons auteurs de petites ou grandes trahisons que vous recevez avec un grand sourire accueillant sur le plateau du Salon des Caniches et des Arts Politiques".....
....mais ce ne sera qu'une opinion parmi tant d'autres.
Femme et compétente, "bonne(ou pas) conseillère fédérale" là n'est pas le problème"...na-vrant....
vous ne la connaissez pas ?ça ne m'étonne pas ...elle n'est pas de la race des caniches....et elle vous connaît-elle ? Non ? quelle analphabète cette dame grisonne (oui...oui...j'ironise) bon dimanche...stratus sur lac...
p.losio

Écrit par : Losio Pierre | 01/11/2015

Les commentaires sont fermés.