18/11/2015

Ne restons pas inertes !

539496679_bbdc2c804e_o.jpg?itok=vfFaMvkr 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 18.11.15

 

La France est atteinte. Meurtrie. Notre grand voisin souffre, et nous sommes en totale sympathie avec lui. Il souffre, et, comme toujours dans ces cas-là, montre une grande dignité dans l’adversité. Il y a le poids de l’Histoire, où le sang a tant coulé (prenez la Grande Guerre : en moyenne mille morts par jour pendant quatre ans, du 2 août au 11 novembre 1918, puis l’autre Guerre mondiale, les conflits coloniaux, leurs conséquences en Métropole, les horreurs de l’OAS), l’attachement aux valeurs de la République, l’impeccable tenue de tous, franchement la France, dans ces moments, nous donne une leçon.

 

Et la Suisse ? Notre Histoire n’a évidemment rien de comparable à celle de nos voisins, nous n’avons pas eu d’épisode colonial, ni le même type d’immigration, ne sommes pas partie prenante à l’affaire syrienne, ce sont des différences majeures. Pour autant, rien ne nous garantit que notre territoire national ne devienne pas, un jour, pour une raison ou pour une autre, une cible. Notre structure de société, fondée sur un Etat de droit, la primauté des institutions, le respect des différences, celui des consciences, des religions, tout cela nous rapproche de la France. Il aura d’ailleurs fallu ces tragédies pour aiguiser notre conscience de cette proximité : depuis le soir du vendredi 13 novembre, nous les Suisses n’envisageons plus la France par ce qui nous sépare (démocratie directe, fédéralisme), mais bien par ce qui nous rapproche, et qui est, au fond, immense. Face à ceux qui planifient ces attentats, veulent détruire nos sociétés, nous faisons naturellement corps.

 

Mais face au drame, la Suisse, à commencer par ses autorités, ne saurait se satisfaire d’émettre de la compassion. Une fois passées les minutes de silence, la coloration du jet d’eau, les messages de sympathie, nous devons très vite passer à une autre dimension : entreprendre toutes choses, oui tout ce qui est humainement possible, pour nous prémunir au maximum du pire. En sachant que même avec toutes les précautions du monde, l’horreur peut encore se produire. Nulle protection n’est absolue, nulle frontière n’est totalement étanche, tout au plus pouvons-nous augmenter au maximum le degré de précaution. Aujourd’hui, nous en sommes loin. Il faut donc agir, sans tarder. Notre ministre cantonal de la Sécurité, Pierre Maudet, qui était, samedi 14 novembre, entre 17h et 18h, sur le plateau de notre émission spéciale, est un homme compétent et responsable. Il est d’une génération capable, mentalement, de sculpter une autre image de l’ennemi que l’arrivée d’une colonne des chars en Suisse orientale, il est doté d’un sens aigu du renseignement, bref il mérite qu’on lui fasse confiance dans ces questions où notre sécurité est en jeu.

 

Au niveau suisse, il s’agira d’augmenter drastiquement les contrôles aux frontières, donner à nos services de renseignements les moyens de leur action, mettre l’accent sur l’informatique et la cybercriminalité, augmenter les effectifs des gardes-frontière. Et, plus que tout, faire front, dans l’opinion publique, pour faciliter le travail des autorités. Nous n’avons rien à craindre, il ne s’agit pas de ficher une nouvelle fois la population. Mais de repérer, cibler, et neutraliser ceux qui, le jour venu, auraient hélas pour dessein de nous détruire. Face à ces enjeux-là, pas d’états d’âme. Il en va notre intégrité à tous, au sein d’un pays que nous aimons.

 

Pascal Décaillet

 

12:33 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

J'ajouterai, une coopération plus actif entre les polices européennes. Pourquoi pas, une sorte de FBI à l'européenne.
Les terroristes, on l'a vu, s'installent dans un pays pour frapper un autre.

Écrit par : Glob | 18/11/2015

Personne ne veut articler les mots, mais c'est parti, c'est le début de la guerre civile!
Il n'y a plus besoin de se battre pour des idées, il faut juste penser à se défendre, car nos autorités ne sont pas dans l'action, ils sont dans la réaction et ça c'est toujours trop tard!

Écrit par : Corélande | 19/11/2015

D'accord sur le fond avec vous : des mesures doivent être prises, notamment des mesures accrues en matières de surveillance.

D'accord aussi avec Glob qui pointe le problème de la libre circulation des personnes de l'Union Européenne.

En revanche, que nous "n'avons rien à craindre" car il ne "s’agit pas de ficher une nouvelle fois la population" est une affirmation sinon inexacte, à tout le moins pernicieuse. En effet, la surveillance électronique appelle le "fichage électronique" ou en tout cas la récolte de données personnelles et sensibles sur des individus potentiellement dangereux. A ce stade, bien qu'il s'agisse d'une forme de fichage, cela ne me gêne pas. Toutefois, je me demande quelles seraient les étapes ultérieures prises sur la base de ces soupçons. Une personne jugée potentiellement dangereuse par son idéologie radicale et son goût de la violence, sans qu'elle n'ait commis le moindre acte répréhensible, sera-t-elle détenue administrativement, voire pénalement ?

Écrit par : Roldana | 20/11/2015

Pour la énième fois le bon peuple va tomber dans le piège classique tendu par... et assisté par les médias de masse. Très intéressant le rappel sur Clémenceau dans cette vidéo.

Cette vidéo datant du 17 novembre 2015 est un montage d’anciennes interventions de Francis Cousin autour de la thématique terroriste. Ses propos sont loin d’être dépassés. Quand on s’intéresse à la structure des choses, on est – hélas – rarement surpris.

https://www.youtube.com/watch?v=hIbwyf3juU0

Monsieur Décaillet, j'ai lu avec intérêt votre commentaire sur Monsieur Maudet. Il est temps de lui demander par qu'elle "miracle" il a été choisit pour être invité cette année par le Bilderberg. Et s'il peut nous faire un compte rendu "détaillé" de ce qui y a été dit durant cette semaine. Mais vraiment détaillé.

http://www.rts.ch/info/regions/geneve/6849420-le-magistrat-genevois-pierre-maudet-est-l-invite-du-club-select-bilderberg.html

Écrit par : La censure est désormais en nous | 25/11/2015

Les commentaires sont fermés.