20/11/2015

Ticket UDC : zigzag Zoug !

1181-Large.jpg

 

Sur le vif - Vendredi 20.11.15 . 20.25h

 

Un Alémanique, Un Romand, un représentant de la Suisse italienne : qui dit mieux ? Le Zougois Thomas Aeschi, le Vaudois Guy Parmelin, le Tessinois Norman Gobbi. Après les candidatures des années de soufre et de rupture (Blocher en 1999, Blocher en 2003, Blocher en 2007), voici que l’UDC, parti qui vient de triompher au Conseil national (18 octobre 2015), nous invente la perfection d’une triple candidature isocèle. Du raisonnable pur sucre ! On dirait un ticket radical des toutes grandes années, celles où il fallait soupeser le catholique et le protestant, le Vaudois à nuque raide, le Zurichois Bahnhofstrasse, l’urbain et le vilain, le montagnard et l’homme du Plateau, le visionnaire et le raisonnable : Vernunft, pardi !

 

Il y aurait à dire sur le choix romand. Assurément, le groupe UDC, aujourd’hui à Berne, peu amateur de farces, s’est pourtant rabattu sur Maître Patelin. L’autre était-il jugé trop fou ? Il est vrai que sous la Coupole, la folie ne se déguste que parcimonieusement. De toute manière, comme je l’ai déjà écrit, le Romand aura fort peu de chances : il y en a déjà deux au Conseil fédéral, MM Burkhalter et Berset, on voit mal en quel honneur il en faudrait en troisième. Pas facile, non plus (mais on peut toujours se tromper), de donner beaucoup de chances au Tessinois Norman Gobbi : malgré ses qualités, il est tout de même perçu comme l’homme de la Lega, passé miraculeusement à l’UDC comme Henri, roi de Navarre, avait un jour troqué sa religion, au prix d’une messe, pour entrer triomphalement dans Paris, et, le temps, d’un règne exceptionnel, refaire la France.

 

Alors ? Alors Thomas Aeschi ! Ce soir, le Zougois, qui serait le premier du genre après Philipp Etter (1934-1959) et Hans Hürlimann (1974-1982), apparaît comme le favori. Sera-t-il élu ? Impossible à dire ! Pour avoir couvert en direct, pendant deux décennies, les élections au Conseil fédéral, je puis affirmer que, jusqu’au dernier moment (disons jusqu’à 4 heures du matin, le Jour J), tout demeure possible. Y compris l’élection d’un candidat non-officiel. C’est parfaitement possible. Ce fut le cas, en 1959, du grand Hanspeter Tschudi (1959-1973), contre Walther Bringolf, jugé trop à gauche. Ce fut le cas, en 1973, de Georges-André Chevallaz contre le Genevois Henri Schmitt. Ce scénario existe parfaitement dans la liturgie de l’Assemblée fédérale.

 

Le verdict, ce sera le 9 décembre. Jusqu’au dernier moment, tout sera possible. Ainsi va la vie fédérale. Mais enfin, pour le moment, en cette soirée du vendredi 20 novembre 2015, nous retiendrons en priorité la perfection isocèle du triangle proposé. Presque trop sage ! Elle symbolise le retour au calme après les candidatures de combat. Ce soir, l’UDC devient un parti comme un autre. Suisse, triangulaire, responsable. Non, je n’ai pas dit « ennuyeux ». Allez, disons juste « patelin ». Pour la route.

 

 

Pascal Décaillet

 

 

20:25 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Gobbi est un leggiste plus UDC que bien des UDC et il est confronté chez lui, à l'éxécutif, aux mêmes problèmes que ceux qu'on rencontre à Genève.

Écrit par : norbert maendly | 20/11/2015

Bof. Ça sera à coup sûr l'alémanique. Les deux autres ne sont là que comme alibi.

Écrit par : Bof | 21/11/2015

Mais qu'est-ce que j'appréhendais il y a quelques semaines, nom de nom... vraiment la poisse me colle. Ben oui, cette fois c'est fait, l'UDC vaudoise ou romande la plus bête de Suisse a adoubé son candidat autoproclamé !

C'est à désespérer ce pays. Même en votant conservateur on se fait enfler en finale. Blocher doit se marrer !

Écrit par : petard | 21/11/2015

Le but de cette manoeuvre est assez clairement de faire élire une 4ème personne par l'Assemblée, ce qui dégage la responsabilité de l'UDC et lui laisse le rôle qu'elle affectionne.
Parmelin CF ? Même pas en rêve...(Laurent Fabius)

Écrit par : Géo | 21/11/2015

Dans tous les domaines le tessin est sous-représenté alors que les romands et les suisse-allemands se battent entre eux. Il serait donc dommage que la candidature de M. Gobbi ne soit pas plus prise en compte car il est, pour moi, le candidat logique. Il est aussi, malheureusement, celui qui aura le moins de chance d'être élu, même derrière M. Parmelin.

Écrit par : Alexandre Nigg | 29/11/2015

Les commentaires sont fermés.