26/11/2015

Serge Dal Busco : rigueur et détermination

membres-dal-busco-gd.jpg 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 25.11.15

 

Dans l’actuel bras-de-fer entre gouvernement et Grand Conseil autour du projet de budget 2016, un homme mérite notre respect : Serge Dal Busco, conseiller d’Etat chargé des Finances. Attaqué de toutes parts. Pour toutes sortes de motifs, dont aucun n’est justifié.  

 

D’abord, on l’accuse de ne pas écouter suffisamment les députés. C’est faux. M. Dal Busco assume son rôle de conseiller d’Etat, suit l’objectif fixé par le collège, avance. On ne va tout de même pas reprocher à un ministre sa fibre exécutive ! La ductilité, la combinazione, c’est pour les parlementaires, le maintien d’un cap, c’est pour le magistrat.  

 

Ensuite, il y a cette insupportable comparaison, récurrente, avec David Hiler. Faut-il rappeler que le ministre Vert a traversé, en matière de conjoncture, de fort belles années, alors que son successeur doit essuyer la tempête ? Faut-il rappeler l’état de la caisse de pension du personnel de l’Etat, son coût pour des décennies, les milliards de dettes en plus ? Tout cela, que je sache, est largement antérieur à l’actuel ministre des Finances. Ce dernier, irréprochable de collégialité (y compris par rapport aux équipes précédentes), en assume le legs, dans la totalité. Il ne bronche pas.  

 

Alors oui, respect pour un conseiller d’Etat qui ne passe peut-être pas le plus clair de son temps à chercher à plaire aux parlementaires, ou à boire des verres avec eux. Mais qui fait son boulot. Et tient la ligne. Par les temps qui courent, il faut du cran pour ne pas craquer. Et il en a. Je lui dis bravo.  

 

Pascal Décaillet

 

10:41 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Pourquoi ne pas avoir accordé à David Hiler ce qui fut accordé à Apothéloz, commune de Vernier ?
Au moins, le géant vert était et reste compétent, lui ...

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 26/11/2015

Joli avis sur notre ministre des finances, mais je nuancerais quelques peu...

David Hiller a subi la crise de 2008, un CE et un Grand Conseil à majorités de droite, et héritier d'une dette de 12 milliards. Et pourtant il a pu bien faire son travail.

M.Dal Busco profite d'un CE à majorité de sa propre alliance, et d'un Grand Conseil avec une droite élargie majoritaire.

Genève est une des régions les plus riche du monde, centre des organisations internationales, du négoce du pétrole, des banques, des assurances, des horlogers, et résultat ? Personne n'a plus d'argent, enfin soit-disant. Cherchez l'erreur.

Écrit par : Nicolas Clémence | 26/11/2015

Pourquoi lorsque les ministres des finances sont à Gauche les budgets et les résultats sont bénéficiaires c'était le cas avec Mme Calmy-Rey et avec M. Hiler. A croire que les ministres de droites manquent vraiment de chance. Ou alors y aurait-il une autre raison que la simple chance ? Comme le fait de ne pas jouer le jeu des caisses vides, ou oser aller chercher l'argent des gens qui éludent l'impôt et qui ne participent pas à l'effort commun de la vie en société ?

Écrit par : Dominique Tinguely | 26/11/2015

Les commentaires sont fermés.