02/12/2015

Halte au climato-matraquage !

arton607.jpg 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 02.12.15

 

Suis-je un climato-sceptique ? Je n’en sais rien. Mais une chose est sûre : quand bien même en serais-je, j’en aurais parfaitement le droit, et nul n’aurait à m’imposer son dogme. Une autre aussi, certaine : l’ampleur du tintamarre médiatique qui accompagne la Conférence de Paris apparaît déjà comme insupportable.

 

Non seulement, on se dit que la France, pays récemment meurtri dans sa chair par le tragique de l’Histoire, aurait peut-être, ces jours, un autre usage à faire de ses dizaines de milliers de policiers, que de les envoyer protéger au Bourget les grands de ce monde, venus pérorer. Mais en plus, la systématique ouverture, chez nous, à la SSR, de tous les journaux, tous les flashes, dès le lundi 30 novembre, pour nous parler du climat à Paris, a de quoi taper sur les nerfs.

 

Non que la question climatique ne soit pas essentielle, j’en conviens volontiers. Mais là, ça n’est plus le climat, la question : c’est le rabâchage. Le martèlement. La propagande. On nous assène, d’en haut, un dogme du convenable. Le mettre en doute, ou tout au moins le questionner, le passer au filtre de la critique, de l’exercice de la raison, sont déjà interdits ! Et cela, désolé, aussi important soit l’enjeu intrinsèque, ça n’est pas, entre citoyens responsables, une démarche convenable.

 

Comme nous tous, je tiens à ma planète. Je suis prêt à entendre les discours sur ce qu’il faut faire. Mais pas comme cela. Pas avec cette obligation d’adhérer. Relayée de façon insensée, comme un incantation de tamtams, par certains médias qui doivent justifier leurs envoyés spéciaux. A cela, au risque de déplaire, je dis non.

 

Pascal Décaillet

 

17:32 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (16) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

...et la Terre est plate. Euh, ne confondez-vous pas dogme et science ?

Écrit par : Daniel Gubler | 02/12/2015

Bonsoir Pascal,

Nous avons publié "Ivre comme un escargot" de Valérie Poirier et vu avec bonheur son "Palavie" au Grütli. Mais nous venons aussi de publier les "Reportages climatiques" de 12 auteurs romands: une autre manière d'aérer la pression médiatique. C'est plein de bonnes choses et pas que de bons sentiments.
www.dautrepart.ch

Écrit par : Rebetez Pascal | 02/12/2015

Climato-sceptique ? Il semble que ce terme soit devenu à notre époque l'insulte suprême. C'est pire que d'être traité de pédophile ou de nazi ! Cela me montre que le 'réchauffement climatique' est devenu le dogme central de la nouvelle religion écologique. Pour moi on est déjà sceptique si on ose se poser des questions par rapport au matraquage médiatique.
Il y a tellement à dire sur le réchauffement climatique. D'abord même si on ne connait rien au climat, il me semble de bon sens de considérer que n'importe quel phénomène comporte toujours des aspects positifs et négatifs. Or, le discours dominant est clairement apocalyptique et manichéen. Quand on essaie de manipuler les gens avec la peur, c'est clairement qu'il ne s'agit plus de science, mais de politique et de pouvoir.
Il faut également constater qu'il y a une 'terreur intellectuelle' dans ce domaine. Si on ose émettre le moindre doute, on est tout de suite traité comme un paria et rejeté. C'est certainement le cas des chercheurs, qui sont obligés de se soumettre au dogme dominant, si ils ne veulent pas remettre en cause leur carrière. Le journaliste Philippe Verdier, présentateur météo, a en fait également l'expérience récemment, puisqu'il a été licencié après avoir sorti un livre sur la question. Pourtant il se défend d'être climato-sceptique. Mais pratiquement personne dans les médias ne s'en particulièrement ému. Nous sommes tous 'Charlie', tant que cela ne remet pas en cause nos croyances.
Ensuite il est pour le moins très étonnant de constater que les principaux acteurs de cette mascarade sont les plus mauvais exemples. Pour prendre l'exemple le plus célèbre, Al Gore, qui est un de ceux qui a le plus œuvré pour lancer la mode du 'réchauffement', est devenu multi-millionnaire grâce à son film et surtout à ses conférences, car il se fait payer des sommes astronomiques pour celles-ci. Il vit comme un milliardaire, utilisant des jets privés pour se déplacer, et vivant dans des demeures somptueuses. Le comble, c'est que c'est ce personnage qui nous dit qu'il faut urgemment changer de mode de vie si on veut 'sauver la planète'. Quelle hypocrisie ! Faites ce que je dis, mais pas ce que je fais. Est-ce que vous avez déjà vu un écologiste s'émouvoir de son comportement ? Moi, pas !
Ensuite si on creuse un peu la théorie du réchauffement climatique, on voit qu'elle est très fragile. Le taux de CO2 dans l'atmosphère est de l'ordre de 0,04%, ce qui est vraiment infime. On veut nous faire croire qu'une augmentation d'un gaz à l'état de trace pourrait faire croître les températures de façon significative. C'est en tout cas ce que veulent nous faire croire leur simulation informatique. Mais les observations par satellite nous montrent le contraire : depuis plus de 15 ans les températures globales de la planète sont stables. Cela n'empêche pas les prêcheurs de l'apocalypse de nous dire que la situation est de plus en plus grave et urgente.
Un autre argument qu'on ressort sans cesse, c'est qu'on n'a jamais connu un changement climatique aussi rapide dans l'histoire de l'humanité. De nombreuses études, sur tous les continents, nous montrent de façon indirecte que le moyen âge était certainement une période plus chaude que la période actuelle. Pour contrer ces études, les alarmistes nous ressortent toujours les mêmes études faites autour du même scientifique : Michael Mann. Les études de Michael Mann ont été pour le moins controversés (recherchez sur internet : controverse crosse de hockey), mais cela n'empêche pas, les médias officiels et les militants de nous ressortir toujours les mêmes études.
J'arrête ici, car je pourrais écrire encore des pages et pages. De toute façon je sais que ces arguments ne changeront rien à la certitude des militants écologistes, qui sont persuadés que la fin est la proche.
Je suis sincèrement un amoureux de la nature, et je veux qu'on la respecte, mais je rejette totalement l'idéologie qu'est devenue l'écologie. Le problème fondamental est qu'elle est basée sur une vision romantique de la nature, avec une idéalisation de celle-ci, et d'un autre coté elle a une vision très négative de l'homme moderne avec un rejet de la société moderne et de la technologie. Je suis parfois très critique envers la société moderne, notamment avec son coté parfois très superficiel et son obsession de l’apparence et du narcissisme, mais je rejette les visions manichéennes, et je pense toujours qu'il faut faire la part des choses.

Écrit par : Philippe | 02/12/2015

Je pense que vous ne voyez simplement pas l'importance du problème.
En dehors du matraquage, il y a vraiment du souci à se faire pour les jeunes générations.
Beaucoup d'inconnu, et parmi celle-ci, il y a des inquiétudes.
Un seul exemple, la montée de température profite aux méduses au détriment des poissons.

On n'est pas dans un choix gauche - droite, on est devant notre responsabilité pour les prochaines générations.

Devant l'inconnu, on a pas le choix que de tout faire pour limiter la casse.

Je sais que la droite déteste l'écologie, mais on en est plus la, il faut agir

Écrit par : Glob | 02/12/2015

@Monsieur Décaillet Très bon article qui reflète le ras le bol de nombreux citoyens qui en ont vraiment marre de ce qu'il faut bien nommer du harcèlement
On avait déjà le harcèlement commercial désormais on a celui des catastrophiste
$e toutes manières la peur n'a jamais été bonne conseillère et sera très souvent causes d'échecs
Très bonne soirée

Écrit par : lovejoie | 02/12/2015

Bof, c'est un peu comme ça avec tous les sujets. Ils sont exploités jusqu'à la moelle puis disparaissent des écrans. Il faut du sang neuf et vite, le spectateur s'ennuie au delà d'une certaine dose, quelle que soit l'info.
Même les séries finissent par lasser. J'ai un peu l'impression que notre besoin de vitesse oblige l'excès sur un temps court. Le monde devient évanescent, éthéré. Nous perdons le sens de continuité et les fondements qui permettent d'avancer en terrain solide.

Écrit par : PIerre Jenni | 02/12/2015

Si vous avez une heure de votre temps à investir dans la ré-information ou la dé-propagande climatique, visionnez ce reportage.

Le réchauffement de la planète, une escroquerie (PLANETE)
https://www.youtube.com/watch?v=zBLTDscToOo#t=657

Écrit par : La censure règne en Suisse | 02/12/2015

Pompéi en 79, le volcan Vésuve ... encore de la faute des Humains ?

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 03/12/2015

Cela devient une tendance lourde des médias actuels. A l'occasion de certains événements, par exemple les élections américaines ou une catastrophe quelque part dans le monde - le tsunami, Fukushima...-, il devient impossible d'entendre autre chose sur un autre sujet, toutes chaînes confondues. L'horreur médiatique. La répétition des mêmes images en boucle, les mêmes commentaires à l'infini, (le rabâchage de la même bouillie pré-mâchée par l'appareil de propagande pour être plus précis...).
Et cela dure des jours et des jours et on nous demande 464.20 frs pour cette daube...

Écrit par : Géo | 03/12/2015

2010.
Le volcan islandais au nom imprononçable ... c'était encore de la faute de l'Humain ?

https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9percussions_de_l%27%C3%A9ruption_de_l%27Eyjafj%C3%B6ll_en_2010_sur_le_trafic_a%C3%A9rien

#COP21

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 03/12/2015

Pauvres petits chéris, ils sont importunés par ces questions écologiques.

Le problème des suisses, c'est qu'ils ignorent tout de ces questions, car cela ne les concernent pas dans leurs vies quotidiennes .

L'augmentation du niveau de la mer, ne concernent pas les suisses

http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/10/30/quels-sont-les-pays-les-plus-vulnerables-au-changement-climatique_3505094_3244.html

Mais Venise se sent déjà concernée

Le 7ème continent de plastique ne concernent pas les suisses

http://www.notre-planete.info/actualites/actu_1471_continent_dechets_pacifique_nord.php

Les déchets électroniques européens qui sont expédiés en Afrique ne concernent pas les suisses.

http://www.afriqueitnews.com/2015/02/02/afrique-louest-nouveau-depotoir-les-dechets-electroniques/

Les guerres qui sont liées au pétrole et au gaz ne concernent pas les suisses

Une catastrophe nucléaire n'a pas encore eu lieu en Suisse, mais c'est sûr que si cela arrive, tout le monde qui soutient le nucléaire aujourd'hui, va se rejeter la responsabilité. Les arrogants d'aujourd'hui se dédouaneront demain.

Les récoltes sont plus ou moins stables par rapport à certains pays, pas de sécheresses catastrophiques. Pas de vaches décharnées dans nos pâturages, car si elles ont soif, on leur amène de l'eau en hélicoptère...

http://www.irinnews.org/fr/report/89139/burkina-faso-nourrir-le-b%C3%A9tail

http://www.lematin.ch/suisse/suisse-romande/L-armee-arrete-dabreuver-le-betail-du-canton-de-Vaud/story/31371966

Le déboisement et le défrichement de façon illégale ne concernent pas les suisses, pour faire de l'huile de palme notamment qui sera expédiée en suisse

http://www.reporterre.net/La-moitie-des-forets-tropicales-d

Les suisses et leur château d'eau ne risquent pas à moyen terme de devenir des réfugiés climatiques.

le seul souci des suisses, c'est de savoir quand est-ce qu'ils vont pouvoir aller skier, mais pour les plus pressés, ils peuvent toujours demander à un pilote d'hélicoptère de les poser au sommet d'une montagne...

Concernant SSR et la RTS et mon ridicule 1,3 franc symbolique que je paie chaque jour à Billag, je suis informé de ces problèmes avec des émissions comme histoire vivante, temps présent, mise au point ou le téléjournal.

Écrit par : Lucignolo | 03/12/2015

A travers le catastrophisme ambiant, tous médias confondus ou presque, il est très difficile d'obtenir des éléments pertinents sur les rôles respectifs de la nature et de l'activité humaine dans le réchauffement climatique. L'histoire de la Terre est faite de cycles de réchauffements et de périodes de glaciation mais aujourd'hui, ce simple rappel vous rend suspect. Je partage le point de vue de Philippe. L'écologie peut être une préoccupation légitime; en aucun cas une idéologie car les khmers verts dévolutionnistes qui la diffusent sont d'une intolérance inquiétante.

Écrit par : Malentraide | 04/12/2015

Derrière tout cela, il y a un seul et unique problème: la surpopulation humaine désastreuse. La Terre est faite pour supporter trois milliards d'habitants, nous sommes sept milliards et quelques. Donc plus rien ne va et le réchauffement n'est que ce qui est visible en regardant par le petit bout de la lorgnette...
Donc l'avenir, même à court terme, est aux famines, épidémies et guerres d'extermination. A nous (Suisses) de nous en préserver le plus possible et de laisser tous les Lucignolo en profiter au maximum...

Écrit par : Géo | 04/12/2015

Ce lien cité par ( La censure règne en Suisse | 02/12/2015)
est tout sauf une info fiable. C'est juste du "tout ce qui traîne sur le net"

Écrit par : comte jf | 04/12/2015

Lucignolo:
Ce qui concerne avant tout les suisses, c'est l'explosion démographique causée par la libre circulation. En à peu près dix ans nous sommes passés de 7 à 8 millions d'habitants. Tout le monde peut constater chaque jour les effets négatifs de cette explosion. Les écologistes nous répètent à longueur d'année que le problème le plus urgent pour la planète, c'est l'explosion démographique. Mais quand cela concerne la Suisse, une immense majorité d'entre eux n'y voient aucun problème ! C'est pour le moins contradictoire ! Pour eux, il n'y a aucune objection à avoir un jour une Suisse à 12 millions d'habitants, pourvu que les suisses soient des citoyens écologiques modèles. Alors qu'ils arrêtent de nous rabâcher à longueur d'année l'urgence de l'explosion démographique.

Un autre problème qui concerne directement Genève : je suis un grand amateur de randonnées dans la nature, et j'ai constaté avec colère que depuis plusieurs années la ville coupe systématiquement dans la campagne genevoise de nombreux arbres. Je ne parle pas de quelques arbres malades, mais des zones entières qui sont rasées, avec des arbres qui étaient parfois anciens et magnifiques. On peut le constater notamment près des cours d'eau. Par exemple, vers Versoix, ils ont non seulement refait tout une partie de la rivière, alors qu'elle n'était pas canalisée auparavant, mais dans une certaine zone, ils ont également rasé tous les arbres qui bordaient la rivière. A la place, il y a surtout maintenant des ronces. Ceux qui se promènent régulièrement dans nos campagnes savent de quoi je parle. Je n'ose pas imaginer le coût de tel travaux, alors que dans bien des cas ce n'était pas nécessaire, et que surtout qu'on n'arrête pas de nous répéter que les caisses sont vides. Alors avant de dénoncer la déforestation dans des pays étrangers, balayons devant notre porte.

Enfin en ce qui concerne la mer, depuis la fin de la dernière glaciation, le niveau de la mer augmente régulièrement. Aucune étude sérieuse ne montre une accélération de celle-ci. Mais évidemment le catastrophisme paie. Une anecdote : je connaissais il y a bien longtemps une personne qui s'occupait de la qualité des eaux pour le lac Léman. A l'époque on entendait sans cesse dans les médias que le phosphate était un grave problème pour notre lac. Je lui avais demandé ce qu'il en était. Il m'avait répondu que ce n'était pas vraiment le cas, mais qu'ils étaient bien obligé de tenir ce discours si ils voulaient continuer à recevoir de l'argent. Tout est dit !

Après mon discours n'est pas de dire que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, car il y a évidemment plein de problèmes, mais je ne supporte pas le catastrophisme qui consiste à dire systématiquement que l'apocalypse arrive bientôt et que dans tous les domaines tout va en s’empirant.

Écrit par : Philippe | 04/12/2015

Philippe :

Vous vous trompez à mon sujet. La première de mes interventions dans ce blog, date du 10 février 2014, suite à l'initiative immigration de masse auquel j'ai voté oui. J'ai voté également oui à Ecopop et fait des commentaires dans ce blog là aussi.

Vous pouvez lire ci-dessous mon intervention qui rejoint votre opinion et qui commence par " Le parti des verts suisse marche sur la tête, il a complétement perdu la raison !" :

http://pascaldecaillet.blog.tdg.ch/archive/2014/02/10/pierre-veya-virons-les-vainqueurs-252833.html#comments

Pour le reste, permettez-moi de vous dire que vous divaguez un peu, car on ne peut pas comparer la Suisse avec certaine région du monde sur les impacts du réchauffement climatique.

Concernant le niveau de la mer, le point le plus bas de suisse se situe au lace majeur, à 193 mètres au dessus du niveau de la mer, donc aucun risque pour la Suisse, car l'augmentation du niveau de la mer se situe à moins de dix mètres, mais beaucoup trop pour certaines régions. Et on ne compare pas le XXI siècle avec les millénaire précédents, car il y avait beaucoup moins d'individus. L'avenir, si cela continue comme cela, c'est plus d'individus pour moins d'espaces et moins de matières premières, donc plus de conflits .

Il y a des coupes en Suisse (forêt), mais pas de façon aussi importante qu'ailleurs.

La suisse exporte certain de ces déchets, mais les déchets étrangers ne viennent pas en Suisse.

Il y a beaucoup d'eau potable en Suisse, beaucoup de lacs et de rivières.

Donc je le répète, les suisses peuvent s'en laver les mains, polluer comme ils veulent, se sont les autres, qui auront pollué le moins et qui vont trinquer en premier.

Mais aussi, les conséquences ne vont se faire sentir que dans des dizaines d'années pour les régions les plus exposées. Les écologiques ont toujours martelé cela, les problèmes se seront le générations futurs qui vont devoir payer l'irresponsabilité des individus actuels.

Écrit par : Lucignolo | 04/12/2015

Les commentaires sont fermés.