21/12/2015

A propos de l'art et de "l'alternatif"

4835922_7_638b_le-grand-theatre-de-geneve-apres-qu-il-a_8748f0b97739373a84a7e5c83a64ff4d.jpg 

Sur le vif - Lundi 21.12.15 - 15.42h

 

« Culture alternative » : que signifient ces deux mots ? La culture n’est-elle pas, par essence, le lieu d’une alternance, d’une transgression du convenable ? On saccage le Grand Théâtre, parce qu’il serait le temple de la culture bourgeoise, chouchouté par ceux qui stipendient, épargné par ceux qui coupent. On s’en prend à ses murs, on les peinturlure, on les profane. Bref, on défèque sur l’institution. Mais quid de l’essentiel, les œuvres ?

 

Entre Wagner composant la Walkyrie, ou Strauss travaillant sur un livret d’Hofmannsthal, ou Britten, ou Bartók, dans l’incroyable aventure de leur invention formelle, quel point commun ? Lequel, si ce n’est d’avoir, chacun face à l’ordre de son temps, face au registre du convenable dans sa génération, permis l’éclatement d’une forme, son évolution vers « autre chose ». Nous invitant au voyage vers l’alternance, ne sont-ils pas ontologiquement « alternatifs » ?

 

Alors, les casseurs s’attaquent aux murs, les profanent. On prouve quoi ? Sa colère, son dégoût, sa révolte. On se met à dos l’ensemble du corps social, modérément porté sur ce genre d’éruption. On n’aura réussi qu’à salir des édifices, se faire haïr du badaud, retourner contre soi la violence engendrée. Mais on n’aura touché ni à Wagner, ni à Bartók, ni à Britten. Dans l’ordre de « l’alternance », cette irruption de l’inattendu dans les matrices, on ne se sera signalé que par la capacité à salir. C’est peu.

 

Que fait la bourgeoisie, depuis deux siècles ? Elle a tendance à rejeter, de leur vivant, les créateurs qui font vraiment évoluer la forme. Puis, ces derniers disparus, ayant pris conscience avec une ou deux générations de retard de leur génie, elle brille dans l’art de les récupérer. Alors, dans des écrins de luxe, elle les enferme, les illumine, tente une œuvre de résurrection. Les saccageurs, samedi soir à la Place Neuve, ont attaqué l’écrin. Rien d’autre. C’est peu. C’est dérisoire.

 

Oui, la bourgeoisie récupère. On lit maintenant Genet, Koltès, Heiner Müller, Paul Celan, avec les élèves, on ne les lisait pas tant de leur vivant. On emmène des classes écouter les ultimes Quatuors de Beethoven, considérés comme dissonants par ses contemporains. On lit Rimbaud dans toutes les écoles francophones du monde, on ne le lisait guère entre 1870 (ses premiers poèmes) et sa mort, en 1891.

 

Et les lieux officiellement intitulés « alternatifs » ? Nous préparent-ils ce qui, demain, par d’autres qui aujourd’hui les méprisent et les rejettent, sera mis en écrin ? C’est possible. Pour ma part, en tout cas, je leur en donne volontiers crédit. Mais ne soyons pas dupes : la transgression, dans l’ordre de l’art, ne provient ni de l’étiquette « alternative » d’un local, ni d’une ambition révolutionnaire sociale, ni d’ailleurs conservatrice : elle ne surgit que d’un travail sur la forme, puissant, ancré, propre à chaque destin de créateur. La matrice politique, sur ces enjeux-là, n’a qu’une influence modeste, pour peu qu’elle en ait une.

 

Alors, si « l’alternatif » ne se démarque pas sur son efficacité dans la transgression formelle, quel sens peut-il avoir ? Ne pas dépendre des forces de l’Argent ? Noble ambition. Mais dans ce cas, pourquoi s’en aller quérir les fonds publics ? Si on se met à devoir sa survie, peu ou prou, à ces derniers, on doit aussi accepter les obligations qui en découlent : celui qui paye commande, c’était valable au temps des mécènes, ça le demeure en celui de la citoyenneté bourgeoise, celle qui redistribue l’impôt.

 

Au final, si « l’altérité » ne se révèle que comme une duperie dans l’ordre de la forme, et une illusion d’indépendance dans celui du financement, on peine à percevoir en elle autre chose qu’une singularité auto-proclamée. Ce que chacun d’entre nous, après tout, a bien le droit de faire, si ça l’amuse. Celui qu’il n’a pas, c’est de prendre en otage cette cause pour s’en aller saccager les édifices et les vitrines d’une ville. Cette transgression-là n’appelle qu’une réponse : celle de la loi, dans sa rigueur.

 

Pascal Décaillet

 

15:42 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Art terne à tifs des tondus! Beaucoup de mots pour ces crétins gatés!

Écrit par : Amédée Convenu | 21/12/2015

Je suis allé au Grand Théâtre, j'ai trouvé que l'esprit de Wagner n'y était pas respecté par les metteurs en scène, qui détestent le mythologique.

Écrit par : Rémi Mogenet | 21/12/2015

Pierre Maudet, en reprenant le département de la sécurité, avait toute latitude de virer la "perle rare" qu'avait trouvé Laurent Moutinot pour diriger la Police.

Maintenant, comme il ne l'as pas fait à l'époque, il se retrouve pris au piège, comme un rat.

Sa seule sortie, par le haut, serait une démission.
Honneur, vous avez dit Honneur ?

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 21/12/2015

Quand un citoyen paie ses impôts, il attend de l'Etat l'exécution des services, notamment régaliens, qui y correspondent.

Si l'Etat n'assume, plus pour diverses raisons (attentisme bourgeois d'un côté, proximité idéologique avec les casseurs de l'autre) la sécurité des citoyens, peut-être faudrait-il envisager d'autres solutions pratiques pour garantir cette sécurité?

Je pense notamment au Mexique où des groupes de citadins ou de villageois se se regroupés dans des cercles informels de défense, pour pallier l'incurie ou la complicité de l'Etat.

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique-nord/mexique-le-michoacan-voit-des-milices-de-citoyens-affronter-un-cartel-de-la-drogue_1313876.html

Écrit par : Paul Bär | 22/12/2015

Salut
pierre maudet n a jamais eu d'honneur
mais de l’arrogance.
la seul chose qu'il a fait de bien le drapeau suisse sur toutes les poubelles de la ville....
moi je l'aurai mis au fond des chiottes publiques

qu'il puisent être réutilisable écolo...
finir dans le feux pas mal aussi

petit a petit
il est devenu facho parti libéral fasciste le parti des blanchisseurs HSBC .
les victimes de la répression de 2015
n'ont pas la parole !!!!
ils sont une centaines syndicalistes ,des élus , blesser ,humilier ,emprisonné ..
pour ce qui sont poursuivent les sommes ce monte a plusieurs dizaines de millier de frs
les frais d'avocat pour un seul militant coute le prix de plusieurs vitres
y a pas d'assurance pour rembourser....une vie détruite
la critical masse est suivie par une centaines de fliques depuis une année subit coup , menace , harcèlement , poursuites mis en danger....
sur des jeunes
les priorités de maudet sont politique une centaines de fliques pour un rassemblement pacifique qui dure depuis 19 ans 28 fliques pour une manif sauvage !!!!
la lois contre les manif est très sévère
il y a avais des élus du peuple dans la manif
a force de les menacer !!!
ils prennent plus de responsabilité

il est encore temps de dialogué
comme on le fessais avant que pierre maudet
nous pourrissent la vies
avant on pouvait réunir 2000 personnes
pas de casse notre ville on la protège
cette année plusieurs militant pacifistes on était arrêtes est traduit devant vos blanchisseurs...des syndicalistes tabasser arrêter
sur toutes l'année 2015 plusieurs centaines de militants on subit des blessures des poursuites ....
2015 tout les corps de métier on demander le départ de maudet même la police
cette même police qui a pris le peuple en otage 2014 2015

vous cherchez l'argent !
pierre maudet construit des prisons double l’effectif de la police en 6 ans de 1200 a 2400
plus les exclu du système engager dans la police municipales
plus les gardiens de prison est le staf qui va avec des parasites qui vivent sur le malheurs des pauvres
plus des millions pour des cameras qui on permis au vendeur de drogues d’aller vendre de la drogue a coté des écoles ou les cameras sont interdites ou dans nos caves est je parle pas de plainpalais.....
résumer pierre maudet a mis plusieurs millions dans 28 flices qui mourrait de peur est qui on du reculer....


la violence répond toujours a une autre violence
la violence est la lois des animaux chaque fois que vous nous humilier
vous enlevez l'humanité qui est on nous.

ils est temps de faire un billant de la politique de pierre maudet
est de vous remettre en question
il a attiser la haine contre lui est vous savez la haine !
elle tue tout le monde
demander a stuffer a force de menaces ,de violences envers nos élu est le peuple il a pris une racler .
ce mec a les couilles d'un suicidaire pour mettre son magasin a coté de l'usine 200 mettre !
est croire qui il peut tenir tété a plusieurs centaines de personnes il est fou il a mis tout le monde en danger la gauche
n'agresse jamais les personnes jamais .
je luis souhaite un très long rétablissement pour sa fierté ça passera on est tous passez par la et qu'il arrête de vendre des vapos au peuple pas facile de devenir honnête quand a été un magouiller toutes sa vie.

il a eu beaucoup de chances plusieurs personnes sont intervenu pour le protéger sinon il aurai fini a bout d'une corde la gauche ne s'attaque pas au personnes mais a vos bien obtenu criminellement le blanchiment des crimes contres les peuples .


vous ne pouvez pas venir nous tabasser chez nous détruire nos vies est rentrer a la maison

Plus jamais
NI OUBLIE NI PARDON

Écrit par : zut | 23/12/2015

Les commentaires sont fermés.