07/01/2016

Angela Merkel, Année Zéro

merkel.jpg 

Sur le vif - 07.01.16 - 15.33h

 

Les récents événements, à Cologne, vont avoir l'effet d'un brasier. Ils sont la cause directe contribuant à pulvériser définitivement un mythe que nous brandit, depuis des décennies, une certaine gauche libertaire, objectivement alliée à la frange la plus ultra-libérale du patronat : la sanctification de l'altérité. Au nom de l'ouverture des frontières.

 

Comme si "l'Autre" était par nature salvateur. Et comme si le contraire de l'Autre, donc nous-mêmes, ce que nous sommes, ce que nous avons forgé ensemble comme identité commune, comme communauté de valeurs (Gemeinschaft), pendant des siècles, était par nature suspect. Comme si nous devions nous méfier de nous-mêmes, en absolue priorité, avant que d'oser le moindre jugement sur l'Autre.

 

Ce mythe, aujourd'hui, vole en éclats. Les beaux discours d'une certaine gauche libertaire, du reste associée aux plus ultras des libéraux libre-échangistes, cette rhétorique de l'exaltation du métissage et du "vivre ensemble", ne passe plus.

 

Face au destin allemand, dont elle a la charge, face au continent européen, auquel elle adore, comme aux temps du Saint Empire, donner des leçons, Mme Merkel a échoué. Elle n'a pas su contenir l'incroyable flux de "migrants" de ces derniers mois. Elle a même, dans un premier temps, pour plaire à l'aile la plus libérale de son grand patronat, sanctifié à son tour cette altérité, qu'elle décrivait comme providentielle. Heureusement, le Ministre-Président de Bavière, le Land le plus exposé à l'afflux massif, l'excellent Horst Seehofer, lui a signifié la déraison de sa posture. Mais il était déjà bien tard.

 

Mme Merkel, Chancelière d'Allemagne fédérale, a échoué, dans le discours comme dans les actes, face à la crise la plus importante que doit affronter son pays depuis 1945, Année Zéro, année la plus noire de l'Histoire allemande depuis la fin de la Guerre de Trente Ans (1648). Son crédit en sort très entamé. Saura-t-elle en tirer les conséquences ?

 

En comparaison de cette gravissime sous-estimation, l'affaire Guillaume, qui avait coûté son poste, le 7 mai 1974, à Willy Brandt, apparaît, malgré son fumet populaire de roman d'espionnage, porté en apothéose en pleine Guerre froide, comme bien mineure.

 

Pascal Décaillet

 

 

15:33 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (17) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Dans 24 heures d'aujourd'hui, signé Christophe Bourdoiseau :"Les agressions étant vraisemblablement le fait de jeunes hommes d'origine étrangère, l'affaire est politiquement très sensible"(...)
"A l'heure actuelle, c'est surtout le travail de la police de Cologne qui est en cause."
Comment qualifier ce genre de prose ?

Écrit par : Géo | 07/01/2016

Et voilà pour nous "cacher la m....au chat" on nous remet en image un gamin qui fait pitié, bien évidemment!
Je vous conseille de tapez Elin Krantz et d'aller voir son image, celle de l'horreur dans laquelle cette fille a fini sa vie et à cause de qui!?!?!?

Combien d'assassins potentiels sont dans cette vague de migrants!
Combien de femmes doivent subir leurs assauts immondes et même en mourir avant que l'on bouge!
Nous sommes montés d'un cran dans l'horreur et nous ne devons pas accepter de franchir un pas de plus!

A Zurich aussi! Tout le monde doit dénoncer cela et porter plainte systématiquement dès lors qu'il y a eu agression!

Nos dirigeants sont leurs complices et merkel leur maquerelle!

IL FAUT QUE CELA S'ARRÊTE MAINTENANT.

Écrit par : Corélande | 07/01/2016

Moi qui crie depuis un moment mon désaccord -tout seul, au début-, face à la déferlante migratoire et face à la folle irresponsabilité de cette chancelière, permettez-moi ce lien pour vos lecteurs:

http://autreregard.blog.tdg.ch/archive/2015/09/12/black-angel-a-270027.html

Écrit par : Danijol | 07/01/2016

Non Danijol, vous ne criez pas tout seul, mais nous sommes trop peu nombreux à le faire. Pire, lorsque vous vous exprimer à ce sujet, vous êtes traités de tous les noms d'oiseaux, tout juste si vous n'êtes pas la caricature du nazisme, mot associé mensongèrement à l'extrême-droite.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 07/01/2016

Photographie très cruelle pour un texte qui l'est aussi, mais avec raison.

Écrit par : Mère-Grand | 07/01/2016

Merci M. Vuilliomenet. C'est vrai, toutefois je crois que pour la première fois depuis longtemps, "ils" ne vont plus oser, quand même. Il y a des limites au ridicule.

Écrit par : Danijol | 07/01/2016

Sans commentaire:
http://www.wvwnews.net/content/index.php?/news_story/who_was_ellen_krantz.html

Écrit par : Charles | 07/01/2016

Ne vous laissez pas traiter de xénophobe G.V, vous pouvez vous affirmer en tant que xénophile lucide et modéré! C'est que je fais et les envoie tous se faire voir les......accusateurs-de-bas-étage....et je ris bien en voyant leur tête!

J'invite tout le monde à aller directement exprimer votre colère ou mécontentement sur le site de mme sommaruga, DFJP; sa page d'accueil sur
-contact- en bas de la page à droite!

Il faut bouger maintenant, nous ne pouvons pas attendre que des horreurs se passent chez nous et que des destins soient brisés par la laxisme et l'irrespect de nos autorités à notre égard!

Écrit par : Corélande | 07/01/2016

J'attendais une réaction de votre part, Monsieur Décaillet, sur ce sujet.
Elle est impeccable !
Les lignes bougent et c'est bien.

Écrit par : Paul Bär | 08/01/2016

Madame Merkel a échoué, c'est un fait et l'avenir de l'Allemagne s'annonce sous de funestes auspices. Hypothèse encore plus funeste, Madame Merkel a au contraire réussi: tout se passe parfaitement selon le plan, le plan Kalergi pour l'Europe.

Écrit par : Paul Bär | 08/01/2016

Très intéressant...

http://m.bild.de/news/inland/sex-uebergriffe-silvesternacht/wird-verboten-die-wahrheit-zu-sagen-44077302.bildMobile.html

... cet aveu de la collusion médiatique opérationnelle entre le pouvoir systémiste et la presse de masse.

Écrit par : Paul Bär | 09/01/2016

L'histoire qui se répète:

https://youtu.be/dQWv9KpDWEg

Une beau jour, ou un petit matin, il faudra bien aller dire un mot aux responsables...

Écrit par : Paul Bär | 09/01/2016

Sans commentaires:

https://vid.me/FSV4

Écrit par : Paul Bär | 09/01/2016

La comparaison que vous faites avec l'affaire Guillaume est très impressionnante. La conséquence serait donc qu'Angela Merkel pourrait être contrainte à la démission comme Willy Brandt. Malheureusement je n'en suis pas sur. A l'époque c'était la guerre froide. L'hégémon américain ne voulait pas de cette infiltration soviétique au plus haut niveau de l'état allemand. Aujourd'hui comme alors, l'Allemagne est un pays occupé, mais cette fois la volonté de la puissance occupante est différente. Il est tout à fait évident en effet que l'Amérique veut l'immigration musulmane massive en Europe de l'Ouest, et spécialement en Allemagne, pour casser définitivement les reins à la vieille Europe en lui imposant le multiculturalisme, pour qu'elle ne puisse plus jamais se relever et ne puisse pas devenir un rival des Etats Unis. Par conséquent je suis certain que c'est à cause des pressions américaines qu'Angela Merkel a choisi cette "willkommenskultur" suicidaire. D'autre part, pour lire les intentions US, pensons aussi à l'affaire Volkswagen. Tous les fabricants automobiles font la même chose que Volkswagen. Mais c'est seulement Volkswagen qui a été poursuivie aux Etats Unis. Pourquoi? Pour faire sentir au gouvernement allemand qui est le maître. C'est un chantage opéré sur le gouvernement allemand pour l'empêcher de céder à la tentation, par exemple, d'assouplir les sanctions contre la Russie qui sont si douloureuses pour l'économie allemande. De la même manière les amendes ridiculement élevées imposées à BNP Paribas étaient là pour contraindre François Hollande à anuller la livraison des navires de guerre Mistral à la Russie. Et la guerre américaine contre la Suisse, qui a commencé dans les années 1990 avec l'affaire des fonds en déshérence puis s'est poursuivie sans relâche jusqu'à aujourd'hui avait pour but de mettre la Suisse à genoux, dans le but d'imposer FATCA et le bazardage du secret bancaire. Les amendes ridicules contre UBS, Crédit Suisse et les autres banques suisses étaient autant de chantages exercés sur le Conseil fédéral et la Suisse toute entière. Je suis convaincu que l'extermination du peuple allemand par métissage et l'Islamisation de l'Allemagne sont au coeur de la volonté hégémonique américaine pour son protectorat allemand. Par conséquent, même si elle se met à dos toute la population des "Volksdeutsche" par une politique de traîtrise caractérisée, je pense qu'Angela Merkel pourra rester au pouvoir pour continuer à servir son maître: oncle Sam.

Écrit par : pessimiste | 13/01/2016

J'ai oublié un autre cas manifeste de chantage yankee intolérable: l'affaire FIFA. L'arrestation dès potron minet de délégués étrangers de la FIFA, au Baur au Lac, opérée en Suisse par des agents du FBI en uniforme ! est non seulement l'application humiliante d'une exterritorialité d'application du droit américain en Suisse, imposée à une Madame Widmer-Schlumpf décidée à tout lâcher honteusement, c'était en plus un chantage (arms twisting) à l'endroit des autorités suisses pour les contraindre à lâcher encore plus du peu qu'il reste des derniers atouts de la place bancaire et financière suisse. D'ailleurs ça n'a pas manqué: immédiatement le Conseil National a accepté que la corruption serait poursuivie d'office et non plus sur plainte, chose qui va rendre absolument impossible la vie des banques suisses quand elles traitent avec des PEP (politically exposed persons).

On commence à en avoir marre de cette pseudo moralité hypocrite qui cache de sordides jeux de pouvoirs et les intérêts sonnants et trébuchants de nos concurrents. On commence aussi à en avoir marre d'une classe politique qui se couche toujours devant le moindre chantage, pire, qui va toujours au devant des moindre désidératas de l'étranger, toujours prompte à sacrifier les intérêts suisses.

Écrit par : pessimiste | 13/01/2016

Et j'en rajoute encore une petite couche parce que ce genre de choses m'énervent au dernier degré.

Tous les médias ont fait chorus en diabolisant l'excellent colonel Blatter, un homme d'une dextérité extraordinaire dans le gouvernement de ce panier de crabes qu'est la FIFA, où par définition les différentes fédérations de football du monde délèguent des gens pas très scrupuleux (ce qui n'est nullement imputable à Blatter).

La Suisse officielle et médiatique a honteusement lâché Blatter, qui avait pourtant bien mérité de la patrie, l'a accablé comme un pelé, un tondu, et l'a abandonné aux chiens. Mais personne n'a relevé le véritable enjeu ni le véritable scandale. C'est à dire l'humiliation inouïe pour notre pays de voir une puissance étrangère mener des opérations de police sur notre territoire, en application non de la loi suisse, mais d'une loi étrangère.

On a touché là probablement le point le plus bas de la dignité et de la souveraineté helvétique depuis le début de notre longue histoire.

On a tant dit de mal de Pilet-Golaz et de sa politique à la fois ferme, et prudemment accommodante à l'occasion envers l'Allemagne pendant la guerre. Mais jamais Pilet-Golaz n'aurait toléré que des agents de la Gestapo, en uniforme de la Gestapo, opèrent des arrestations sur le territoire suisse, en application non de la loi suisse, mais de celle du Grand Reich Allemand ! Nous étions encerclés et vivions dans l'angoisse d'une attaque de la Wehrmacht mais jamais nous n'avons subi cette humiliation, jamais la Suisse ne s'est abaissée à cela pendant la guerre.

Jamais non plus le Conseil fédéral de l'époque n'aurait toléré que les photographes et reporters de la Propagandastaffel soient avertis à l'avance pour être aux premières loges, et prendre des photos quand à l'heure du laitier les sbires de la Gestapo feraient leur besogne au Baur au Lac, pour ensuite clouer la Suisse au pilori de Goebbels.

Or c'est exactement ce qu'a toléré le Conseil fédéral de centre gauche widmerschlumpfisé qui s'est couché devant tous les diktats américains, a bradé le secret bancaire et accepté l'intervention du FBI sur notre territoire dans le cadre d'un énième chantage yankee contre la Suisse et ses intérêts.

C'est révoltant. Et le pire c'est que tout le monde n'y a vu que du feu et n'a parlé de la seule chose absolument sans intérêt: la question de la pseudo "moralité" ce qui est du pur et simple enfumage.

Écrit par : pessimiste | 13/01/2016

Article passionnant...

http://www.welt.de/print/wams/hamburg/article151089911/Ich-halte-es-nicht-mehr-aus.html

... il semblerait que le Welt soit en train de lâcher Merkel !

Et aucune chance de voir un tel article dans notre presse de masse nationale.

Écrit par : Paul Bär | 19/01/2016

Les commentaires sont fermés.