09/03/2016

Thomas le fouineur

Blasi.png
Commentaire publié dans GHI - Mercredi 09.03.16

 

A quoi sert un député ? A faire des lois, bien sûr. Mais aussi, c’est très important, à contrôler l’activité du Conseil d’Etat et de l’administration. Celui qui n’accomplit pas cette seconde mission, manque à sa tâche. Celui, au contraire, qui la remplira, se fera plein d’ennemis partout, à commencer par le gouvernement, ses états-majors, ses réseaux de courtisans. Mais il aura au moins, ce député-là, été le digne représentant des citoyens qui l’ont élu. Et des autres, aussi, dans la foulée.

 

Ainsi, par exemple, Thomas Bläsi. Le député UDC, pharmacien, président de la commission de la Santé jusqu’à la semaine dernière, multiplie les motions et interventions concernant ce secteur, notamment la gestion des HUG. Faut-il lui en vouloir ? Évidemment, non ! Pas plus qu’il ne fallait reprocher au député Eric Stauffer d’avoir fourré son nez dans les affaires des SIG. Ni au député Jean Romain de s’intéresser de très près à la gestion du DIP. Ni au député Roger Deneys de se montrer très actif aux Finances : ils sont là pour ça, les parlementaires ! Pour bosser ! Quitte à déranger, parfois.

 

Alors oui, le député Bläsi commence sérieusement à exaspérer le ministre de la Santé, Mauro Poggia, qui le lui a sèchement laissé entendre, dans un débat de Genève à chaud, sur Léman Bleu, la semaine dernière. Mais le même M. Poggia n’est-il pas, quant à lui, jamais meilleur que lorsqu’il critique, par exemple, la lenteur de Berne à rembourser le surplus de primes maladie payées par les Genevois ? En politique, hommage à ceux qui fouinent dans l’intérêt public. L’excellent député Bläsi en fait partie.

 

Pascal Décaillet

 

15:25 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Piqûre de rappel pour les député(e)s qui ont oublié pourquoi ils/elles ont été élu(e), qui considèrent que le Grand Conseil n'est qu'une succursale de leur parti politique et un tremplin pour accéder à de plus hautes fonctions.

Grand Conseil Genevois Mode d’emploi :

Commission de contrôle de gestion (CCG) : composée de quinze membres, elle est chargée d’examiner et de surveiller, à titre permanent, la gestion du Conseil d’Etat et de l’administration, la gestion et l’activité de l’administration décentralisée, la gestion des organismes subventionnés par l’Etat ou dépendant de celui-ci, ainsi que le respect des conditions de dotation faites par l’Etat. Pour l’accomplissement de sa mission, la CCG dispose d’un certain nombre de prérogatives, notamment en matière de recherche d’informations et d’obtention de documents. Elle est en outre saisie des rapports de l’Inspection cantonale des finances, de la Cour des comptes et des rapports d’audit.

Le parlement s’inscrit également dans la théorie de la séparation des pouvoirs, développée principalement par Montesquieu (1689-1755) dans son oeuvre majeure « De l’Esprit des lois », publiée en 1748 à Genève.


http://ge.ch/grandconseil/data/divers_publication_pdf/2013_11_08_mode_emploi_gc.pdfhttp://ge.ch/grandconseil/data/divers_publication_pdf/2013_11_08_mode_emploi_gc.pdf

Loi portant règlement du Grand Conseil de la République et canton de Genève
(LRGC) :

https://www.ge.ch/legislation/rsg/f/rsg_b1_01.html

Écrit par : Lucignolo | 13/03/2016

" En politique, hommage à ceux qui fouinent dans l’intérêt public. L’excellent député Bläsi en fait partie."

Ce qui n'est pas le cas de la gauche qui ne va pas se priver de le diaboliser - le fasciste... - parce que UDC?!

Écrit par : Patoucha | 15/03/2016

Les commentaires sont fermés.