29/10/2016

Campagne américaine : le suicide des médias

 

Sur le vif - Samedi 29.10.16 - 06.21h

 

D'un côté, un monsieur passé au napalm, depuis des mois, par la plus odieuse unanimité médiatique de toute l'Histoire électorale américaine. Il y a juste 24 heures, la RSR, en ouverture de son journal de 7h, le proclamait perdant, avec certitude : "Les sondages sont formels", claironnait-elle. Les médias le trouvent vulgaire, nous parlent de lui comme d'une sorte de gros dégueulasse, à la Reiser. Ils s'attaquent même à son physique, la couleur ou la coupe de ses cheveux.

 

De l'autre, la dame que les médias ont déjà élue. "Elle sera une grande présidente", nous affirme déjà l'Hebdo qui, pour prendre un peu d'avance, nous prépare déjà la candidature de Michelle Obama. En attendant Chelsea Clinton ?

 

Que cette dame, déjà élue par les médias, puisse, par ses liens avec le lobby de l'armement et de l'interventionnisme guerrier, représenter un danger pour les équilibres de paix dans le monde, grief autrement lourd que la "vulgarité" prêtée à son adversaire, est volontairement passé sous silence par nos médias. On se fixe sur la paille de l'un, on veut ignorer la poutre de l'autre.

 

Que cette même dame, par une mise en exposition inconsidérée de messages électroniques classés secret défense, ait peut-être mis en danger son pays, ce qui est d'une autre gravité que d'avoir les cheveux roux, on le tait. Froidement. Sciemment.

 

Le traitement de cette campagne par les médias de Suisse romande aura été, d'un bout à l'autre, une catastrophe. Il faudra, après coup, que les instituts universitaires d'analyse des médias s'en emparent. Le cas d'école est tout simplement extraordinaire.

 

Le 8 novembre, le peuple américain tranchera. J'ignore absolument qui il choisira. Je ne suis ni prophète, ni pythie. Je me contente de diagnostiquer le réel, le présent, sur la base de mes connaissances du passé.

 

Oui, j'ignore qui gagnera. Mais je sais déjà qui sont les grands perdants : les médias. Ils auraient voulu ruiner ce qui leur restait de crédit, ils ne s'y seraient pas pris autrement.

 

Pascal Décaillet

 

12:08 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (20) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Vous tombez dans un panneau dans lequel d'innombrables européens se tapent la tête. Car en finalité, la véritable question, aux Etats-Unis (ce que les médias helvétiques en disent est insignifiant), est de savoir comment Donald Trump a pu si facilement remporter la nomination du parti Républicain.

Une ébauche de réponse se trouve dans l'état de déliquescence dans lequel le GOP se trouve, en suite des compromissions parlementaires passés avec le "Tea Party" (qui, en dépit de son nom est absolument imbuvable). C'est un peu comme si le PLR se laissait phagocyter par l'UDC et le MCG à la fois. Les rivaux de Trump à la primaire étaient encore bien pire que lui, à commencer par Ted Cruz. Donc, l'inéluctable élection de Hillary Clinton a peu à voir avec les médias, car il s'en trouve de nombreux à soutenir son adversaire.

Aux Etats-Unis, d'ou je reviens, une infime minorité d'électeurs croient en la victoire de Trump. Qui plus est, celui-ci a tout, mais vraiment tout fait pour s'aliéner les différents électorats (noirs, latinos, notamment) sans lesquels aucune victoire à la présidentielle n'est possible.

Ce résultat si prévisible n'est la conséquence que de la stupidité de Trump et de ses amis. Et puis, ne peut-on pas affirmer que les médias ne sont que le reflet des sociétés au sein desquelles ils exercent?

Écrit par : Déblogueur | 29/10/2016

Excellent, vrai, lucide!

Écrit par : Ronald ZACHARIAS | 29/10/2016

@Pascal Décaillet

C'est également ce que je pense.

Vivement les élections françaises et américaines pour relever les bretelles à ces gauchistes de tout bord qui ont perdu toute crédibilité surtout aux Etat-Unis, contrairement à ce que nous en dit Déblogueur! Tous les Démocrates ne sont pas pour Hillary Clinton. Elle ne changera rien à la politique désastreuse d'Obama qui a mis les Etats-Unis plus bas que terre. Bien au contraire! Je suis persuadée, si elle est élue, qu'elle sera destituée à sa prochaine attaque cérébrale..... il ne peut en être autrement. Les Démocrates se servent d'elle comme d'un pion dans leur échiquier. On ne peut concevoir un Président des États-Unis talonné par son médecin une seringue à la main.....

J'étais pour les Démocrates mais plus depuis Obama!

Écrit par : Patoucha | 29/10/2016

Ah bon ?

Écrit par : Anton | 29/10/2016

"Aux Etats-Unis, d'ou je reviens, une infime minorité d'électeurs croient en la victoire de Trump."

Bien sûr le Déblogueur, à lui tout seul, a pu sonder à fond l'Amérique toute entière. Il sait plus que tout le monde, lui.

Écrit par : Anton | 29/10/2016

"Que cette dame, déjà élue par les médias, puisse, par ses liens avec le lobby de l'armement et de l'interventionnisme guerrier, représenter un danger pour les équilibres de paix dans le monde"

En attendant la 3eme guerre mondiale, laissez ça pour Lobservateur, pas pour le TdG, même pour un blog.

Concernant Trump, c'est certainement le premier candidat qui divise le pays, qui monte une partie du pays contre l'autre. Les journaux sont rester neutres, mais face à cette montée de haine générée par ce candidat, ils ont montré la préférence, tardivement je trouve.

A vrai dire, jamais les républicains auraient dû l'accepter comme candidat. Les politiciens en finalité, doivent œuvrer pour l'unité du pays, et non cliver les races contre les races, les villes contre les campagnes, les éduqués contre les moins éduqués.

Un autre point qui pose souci, est qu'il est probablement maladivement narcissique. Vous devriez savoir que l'agressivité et la violence y sont souvent associées. En tant que président, il ferait souci si il perd ses nerfs.

Quelque soit la couleur du parti, celui qui créé des conditions de division dans le peuple, ne mérite pas d'être président.
C'est un des points de divergence entre le patriotisme et un nationalisme clivant qui a été à la base de beaucoup de conflits interne et externe.

Si H. Clinton est élue, les républicains auront leurs chances dans quatre ans, parce que H.Clinton est un choix par défaut. Même un candidats très moyen pourra la battre.

Dans une démocratie, contrairement aux patriotes qui servent le pays dans tous sa complexités, les nationalistes n'ont pas leur place.

En finalité, je pense le contraire de vous. Les médias américains ont trop tarder à réagir face à la haine qui a été générée par Trump.
Ce n'est pas le conservatisme qui est en jeu, ça m'est égal, c'est leur choix. Mais on ne transige pas face à un fascisme potentiel à la sauce new look.
Les vrais conservateurs méritent mieux que d'être menés par le bout de leur nez, par les nationalistes.

Campagne américaine : Le réveil (enfin) des médias

Écrit par : motus | 29/10/2016

@déblogueur : méfiez-vous des phrases toutes faites ! les échos recueillis ici et là montrent plusieurs cassures dont la principale, le refus de bien des électeurs de dire i) si ils iront voter, ii) pour qui ils voteraient le cas échéant... tout cela en réaction aux médias trop systématiquement aveuglés (ou soumis) par le 'clan' Clinton. Enfin bien des américains se demandent s'il pourrait être raisonnable, après la dynastie Bush, d'ouvrir la voie à la dynastie Clinton. On

Écrit par : uranus2011 | 29/10/2016

Are you curious about Hillary Clinton's 33,000+ deleted emails? Ever wonder how many times Hillary has gambled with your security?

Click this link to check out Clinton's inbox, chat with her closest allies, delete all of her emails and uncover the truth about her failed national security record: www.hillarysinbox.com

Écrit par : Patoucha | 29/10/2016

Il n'y a pas que Trump à qui on prête des mensonges. Sarkozy en fait également les frais:

"« Mon électorat ce sont des ploucs » : c’était (encore) un hoax de l’AFP et de l’Obs
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 27 octobre 2016

L’affaire autour de l’insulte qu’aurait lancée Nicolas Sarkozy à propos de son électorat qui serait composé de ploucs était donc montée de toutes pièces par cette presse malhonnête de gauche qui perd les pédales et se noie sous nos yeux.

La polémique a commencé le 22 octobre. Le 18 octobre précédent, Nicolas Sarkozy était invité à déjeuner par la direction de l’AFP et quelques membres de la rédaction. Quatre jours plus tard, L’Obs publiait un hoax vite repris par ses confrères, titrant «Nicolas Sarkozy, «mon électorat est populaire, ce sont des ploucs»».

Les sites d’information, tous de gauche et ouvertement anti-sarkozistes— même ceux qui se positionnent comme anticonformistes— ainsi que Twitter, s’emballent.

Très vite, l’équipe de Sarkozy dément. Elle dénonce une manipulation. Le ton monte, Nicolas Sarkozy, par l’intermédiaire de son avocat, Me Herzog, annonce qu’il déposera plainte contre l’AFP si un démenti et des excuses ne lui sont pas présentés.

La réalité déformée par les journalistes véreux de l’Obs

Nous avons contacté des proches de Nicolas Sarkozy afin de savoir ce que l’ancien Président de la République avait vraiment déclaré, lors de ce déjeuner avec l’AFP à micros fermés, et la réalité déformée donne du magazine de la gauche morale l’image d’un hebdo pas très droit. Jugez vous-même :

Nicolas Sarkozy, s’adressant aux bobos arrogants de l’AFP, leur dit :

«Je sais bien que vous pensez que mes électeurs sont des ploucs».

Et les faussaires de l’Obs l’ont transformé en : «Mes électeurs ce sont des ploucs».

Fait rarissime pour une profession en qui les Français ont encore moins confiance que les plombiers, le président de l’Agence France Presse Emmanuel Hoog a présenté des excuses personnelles et professionnelles à Nicolas Sarkozy. Trop peu trop tard coco.

L’Obs, à l’origine de l’intox destinée à égaliser le dédaigneux «sans dents» de François Hollande, est resté silencieux. Trop infatués. Trop à la dérive.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Écrit par : Patoucha | 29/10/2016

@ Anton: vous avez raison. J'aurais du écrire "des électeurs que j'ai rencontrés".

Cependant, pour le reste, il y a la presse et les médias, tant décriés par Pascal Décaillet. Il n'en demeure pas moins que, de droite, de gauche, de Fox News (que l'on ne saurait qualifier de pro Clinton), CNN, et tous les autres disent tous la même chose. Il n'y a que Newt Gingrich et ses disciples qui y croient encore.

Voila voila.

Écrit par : Déblogueur | 30/10/2016

Moi, ce qui m'énerve tout particulièrement, c'est l'obligation qui m'est faite de payer une redevance pour que deux pieds-nickelés incompétents (1) soient envoyés aux USA par la TSR afin de me servir une soupe informative indigeste et tellement prévisible (Hillary/bien; Donald Trump/mal).

Pourquoi ne voit-on jamais cela...

https://www.youtube.com/watch?v=YKeYbEOSqYc

... sur notre télévision d'état, ici par exemple avec un Michael Moore, qui n'est assurément pas "trumpiste", mais qui offre une vision originale, argumentée et honnête sur cette course électorale.



(1) Sébastien Faure s'était d'ailleurs distingué avec sa couverture du conflit syrien où on le voyait quasimment ânonner le service de presse du Pentagone, avec une profondeur d'analyse totalement inconsistante.

Écrit par : Paul Bär | 30/10/2016

Par exemple, pourquoi pas un seul mot dans nos médias sur ceci ?

https://www.donaldjtrump.com/press-releases/donald-j.-trumps-five-point-plan-for-ethics-reform

Moi, c'est bien simple. Je paie la redevance uniquement parce si je ne le faisais pas, ce serait la taule. Les médias de masse, je ne les regarde plus que pour m'informer de ce que pense "l'ennemi", sinon je ne m'informe plus que sur les sites de réinformation. Les journaux, je ne les achète plus. Je les lis au bistrot (toujours pour savoir ce que pense "l'ennemi") ou je les pique dans les caissettes. Hé oui, je suis pour tout le reste honnête et "old school" jusque à la caricature, mais plus un sou, plus le moindre kopek pour la presse Bilderberg. Qu'ils crèvent tous, économiquement, ces menteurs et ces manipulateurs !

Écrit par : Paul Bär | 30/10/2016

Entièrement d'accord sur le constat, les médias ont atteint ici une extrémité, celle de la bêtise et de la manipulation sans frein.

Des milliers d'heures de reportages, de lignes écrites pour arriver à ne jamais parler du programme politique de Donald Trump.

Parce que oui, il a un programme politique, et lorsque l'on fait l'effort de le lire l'on comprend alors pourquoi tous les médias européens se sont acharnés sur lui sans aucune retenue.


Si Donald Trump est élu, et garde la majorité républicaine au Congrès alors :

- il mettra en place le rapatriement aux USA de la trésorerie des entreprises US détenues à l'étranger, évaluée au minimum à 2'500 milliards de dollars, une perte sèche d'investissement potentiel dans l'UE …

- il supprimera l'impôt sur les successions qui est aux USA l’un des plus élevés du monde. Aux USA si une personne veut se défendre contre l’impôt successoral qui fait tout passer dans les caisses de l’Etat à la deuxième génération il n’y a que le recours aux assurances vies, seul moyen légal de contourner cet impôt.

Et le plus gros vendeur de ces assurances vies, le spécialiste pourrait-on dire, Berkshire Hathaway, est une entreprise qui appartient à Warren Buffet et lui sert à financer ses raids spéculatifs, un des hommes les plus riches de la planète et ami personnel de … Hillary Clinton… qui elle défend l'impôt sur les succcessions... [c'est une des affaires les plus rentables...]


- il va attaquer les niches fiscales dont bénéficient certaines industries pour ne pas payer leurs impôts, et notamment l’industrie cinématographique d’Hollywood… Vous comprenez maintenant pourquoi Cher, De Niro, CNN etc. vomissent à ne plus pouvoir s’arrêter sur Trump…

- le mur avec le Mexique est un moyen de pression sur ce pays, lorsque vous aurez lu ce que dit Trump sur cette question il n’est pas certain que vous ne le souteniez pas. Le constat de Trump est que par le rapatriement de l’argent des immigrés mexicains travaillant aux USA ce sont les Etats-Unis qui sont en train de financer le système de sécurité sociale quasiment inexistant du Mexique et d’un gouvernement corrompu qui ne fait rien sur ces questions…

Etc. etc.

Question compréhension et explication des enjeux les médias romands sont tombés en dessous de tout. Ils ont maintenant défini leur rôle comme consistant à être le juge qui désigne qui est le méchant.

Le pire est qu’ils font la même chose en politique suisse, la Constitution a été violée en septembre au conseil national d’une manière jamais vue, mais ils ne vous en pipent pas un mot, ceux qui se plaignent sont les méchants, etc. etc.

Nous sommes entrés dans le règne de la pure manipulation. Ce n’est maintenant plus une idée c’est un FAIT.

Fin des médias ou fin de la démocratie, seul le peuple pourra en choisir le destin, une responsabilité gigantesque pour les simples citoyens.

Pour ceux qui voudraient avoir un tableau de la situation américaine vue par le programme politique de Trump il est ici en français :

https://lc.cx/oJSD

Michel Piccand

Écrit par : Michel Piccand | 30/10/2016

@Déblogueur

Manifestement vous êtes pour Clinton, autrement vous saurez que les journaux cités roulent pour les Démocrates. Vous devriez mieux suivre l'actualité. Fox News est décrié virer à gauche!

Écrit par : Patoucha | 30/10/2016

@Paul Bär

La TdG ne fait pas mieux! Trop sûre d'elle elle ne tire jamais de leçons sur ses erreurs. Normal, la gauche a toujours raison..........

Écrit par : Patoucha | 30/10/2016

Aux dernières nouvelles, "Donald Trump domine Clinton un peu partout dans les sondages, et ceux d’après la réouverture de l’enquête du FBI ne sont pas encore parus" - Flash Dreuz.info

En équation avec ce billet: Extrait

"Tous les arguments de l’arsenal gauchiste sont bons pour déconsidérer ceux qui soutiennent Israël ; dénigrer ceux qui appuient Donald Trump ou dénoncent l’immigration illégale et le terrorisme islamique.

Du bon usage de la psychanalyse

Récemment, un commentateur de Causeur a traité la lutte de Philippe Karsenty (celui qui a fait connaître aux Français et aux Canadiens —entre autres— la manipulation médiatique de France 2 lors de l’Affaire Al-Dura) de «dinguerie monomaniaque».

Je ne compte plus les intervenants au fil des années qui ont gentiment conseillé à Philippe Karsenty de se faire soigner pour obsession monomaniaque, conspirationnisme maboul, paranoïa, hystérie, etc.

C’est une technique de la gauche : quand on ne peut pas réfuter un gêneur, on lui conseille une visite chez le psychiatre.

Et puis il y a ceux qui, comme Glenn Beck, récemment invité chez Charlie Rose (PBS) traitent Donald Trump de sociopathe.

Si on ajoute la fameuse réflexion d’Hillary sur le «panier des lamentables racistes, homophobes et sexistes» qui appuient Donald Trump, on peut dire que mon oncle Sigmund serait fier de ses émules.
Les accusations d’extrême droite fasciste et fanatique

Glenn Beck, en bonne compagnie avec une certaine presse complotiste, a aussi soutenu que Trump entretient des liens avec le Klu Klux Klan et les néonazis. Il est aussi question des White Supremacists.

Obama ne s’est pas gêné pour dire que Trump est dangereux pour la démocratie.

À sa suite, nombreux sont ceux qui disent craindre que Trump soit un futur Hitler/Staline/Pol Pot.

Les moins méchants le traitent de «populiste», mais l’allusion à Hitler est transparente. L’appel de Trump visant à faire en sorte que l’Amérique retrouve sa grandeur aurait des relents de national-socialisme.

La suite n'est pas triste: http://www.dreuz.info/2016/10/29/comment-les-gauchistes-font-la-promotion-de-lislam-et-attaquent-ceux-qui-ne-sont-pas-daccord-avec-eux/

Écrit par : Patoucha | 30/10/2016

"Aux dernières nouvelles, "Donald Trump domine Clinton un peu partout dans les sondages,"

J'en connais qui auront besoin de tranquillisants le lendemain de l'élection. Ca sera l'infarctus en série chez les foldingues de la TDG...

Écrit par : Plouf Ploufovitch se marre quand même, parce que c'est ce qu'il y a de mieux à faire | 30/10/2016

Connaissant votre allergie à la pensée unique et à l’unanimité de la presse bien-pensante, on attendait ce blog depuis un certain temps. Le voici donc ! Bon, lors de l’élection présidentielle française de 2012, vous jugiez les candidats à l’aune de leur capacité à « endosser l’habit » et si ma mémoire est bonne, c’est François Bayrou et François Hollande que vous préfériez. Aucune application du critère de « l’habit » pour l’élection américaine ? Si on comprend (et peut partager) vos réticences envers Mme Clinton (n’est-elle pas, à sa façon, « orléaniste » ?), comment pouvez-vous passer sous silence bien des aspects de M. Trump ?

Quoi qu’il en soit, on attend maintenant votre commentaire sur un autre « monsieur passé au napalm, depuis des mois, par la plus odieuse unanimité médiatique » : François Hollande...

Écrit par : Daniel Gubler | 31/10/2016

Vous avez donc soutenu l'UDC, Silvio Berlusconi, le MCG et maintenant Donald Trump.

Un leader multimilliardaire qui conspue les élites politiques et économiques.

Écrit par : Portier | 02/11/2016

"Aux Etats-Unis, d'ou je reviens, une infime minorité d'électeurs croient en la victoire de Trump."
Je souris.
Même Hollande croit la victoire de Trump possible (source Canard Enchaîné).
http://www.les-crises.fr/coup-de-tonnerre-dans-la-campagne-presidentielle-americaine-par-charles-gave/
Voilà, voilà...

"Ca sera l'infarctus en série chez les foldingues de la TDG..."
Si seulement leur parti pris pouvait leur retomber sur la tête... Ce ne sont plus des "journalistes", mais des partisans et à ce titre des propagandistes qui vous disent ce que vous devez penser.

"Obama ne s’est pas gêné pour dire que Trump est dangereux pour la démocratie."
Tandis que l'autre est dangereuse pour la paix mondiale.

"Un leader multimilliardaire qui conspue les élites politiques et économiques."
Au pays de l'oligarchie et de la ploutocratie, c'est plutôt jouissif.

"Des milliers d'heures de reportages, de lignes écrites pour arriver à ne jamais parler du programme politique de Donald Trump."
Et pour cause:
http://www.les-crises.fr/les-7-propositions-de-donald-trump-que-les-grands-medias-nous-cachent-par-ignacio-ramonet/
1) Médias corrompus: c'est de notoriété publique. Merci Monsieur Décaillet.
2) "l’économie globalisée est une calamité": entièrement d'accord.
3) "augmenter les taxes sur tous les produits importés": entièrement d'accord.
4) "refus des réductions budgétaires néolibérales en matière de sécurité sociale": entièrement d'accord.
5) "augmenter de manière significative les impôts des traders spécialisés dans les hedge funds": 1000% d'accord.
6) "trouver des terrains d’entente à la fois avec la Russie et avec la Chine": 1000% d'accord.
7) "avec son énorme dette souveraine, l’Amérique n’a plus les moyens d’une politique étrangère interventionniste tous azimuts": 1000% d'accord.

Voilà, voilà. Bien sûr les imbéciles préfèrent avoir toujours "raison" en ânonnant ce que la presse corrompue éructe.

Écrit par : Charles | 02/11/2016

Les commentaires sont fermés.